11 exercices faciles pour la force mentale en survie

11 exercices faciles pour la force mentale en survie

Divulgation: Si vous achetez via les liens figurants sur notre site, nous pouvons gagner une petite commission (sans frais supplémentaires pour vous). En savoir plus sur la façon dont nous travaillons ici.

Nous voyageons tous dans la vie avec un certain fanfaron. Pour certains, cela se limite à un ensemble restreint de circonstances. Alors que pour d’autres, tout est englobant au point où l’esprit dépasse la capacité du corps à le sauvegarder.

Nous pourrions définir que l’état d’esprit est comme «une attitude ou une disposition mentale fixe qui prédétermine la réponse et l’interprétation d’une personne à une situation». Dans une situation de survie, c’est la foi, la détermination et la volonté de survivre.

Combien d’histoires avons-nous entendu parler du héros survivant contre toute attente? Pour d’autres histoires, le randonneur est décédé sans blessure, par beau temps. Il a souffert de se perdre et s’est résigné à abandonner.

Du point de vue militaire, on dit souvent que la sélection des forces spéciales consiste à ne pas abandonner. Permettre à l’esprit d’enseigner au corps qu’il peut faire un pushup de plus, nager une longueur de plus, faire un pas de plus.

Non pas que je vous suggère de passer par les forces spéciales pour améliorer l’état d’esprit. Il existe des méthodes plus simples. Des méthodes beaucoup plus faciles. Voici 11 exercices faciles pour améliorer l’état d’esprit.

Exercice 1) Accroître la conscience de la situation

La conscience de la situation est l’une des compétences les plus cruciales en matière de mentalité de survie. La capacité d’observer et de traiter ce qui se passe autour de vous définit souvent la vie ou la mort.

Exercer votre conscience de la situation, c’est remarquer plus et prévoir mieux. Prenez conscience de votre environnement et de son impact sur vous.

Étape 1: Connaissance de base de la situation

Commencez par vos compétences d’observation. C’est là que les jeux avec un conjoint ou un ami entrent en jeu. Faites une promenade, allez faire un tour. Au cours de cette période limitée, relevez autant d’éléments environnementaux que possible. Combien de personnes ou de voitures avez-vous croisées? Combien de sorties se trouvent dans le restaurant et quelle est la plus proche?

Augmentez rapidement les délais et les détails. Ensuite, travaillez sur des informations dérivées. De toutes les personnes rencontrées, combien étaient en couple? Lesquelles avait un air suspect?

Étape 2: Connaissance situationnelle avancée

Lorsque vous maîtrisez les bases, passez à la prédiction. Je trouve cela intéressant à pratiquer dans la voiture et les bars. Ces deux environnements font ressortir le pire chez l’homme. Pendant un trajet, prédisez quelle voiture est sur le point de faire un mouvement risqué ou agressif? Avez-vous vu venir cet accident?

Les bars sont un environnement encore plus riche en cibles. Choisissez cette personne qui avait une attitude suspecte déjà à la porte. Il prend tout le monde de haut et on entend que lui dans le bar. Il ne partira pas tant qu’il n’aura pas été jeté par le videur. Ok, c’est peut-être un exercice un peu trop facile. Prédisez à quel moment il va se faire attraper.

Dans une situation de survie, l’état d’esprit commence par savoir qui et ce qui vous entoure. Connaître les ressources disponibles. Surtout, l’état d’esprit de survie utilise ces informations et prévoit quand arrivera SHTF et dans quelle direction cela va évoluer. Ayez la mentalité de déterminer de quelle manière les choses vont empirer. Si c’est le cas, alors ne soyez pas là!

Exercice 2) Devenez dissocié

Un jour, un instructeur d’armes à feu a déclaré «lors d’une situation d’autodéfense, vous devez laissez vos émotions de coté et être clinique». J’ai toujours aimé ce terme. En abordant cliniquement une situation, vous vous dissociez des résultats négatifs potentiels. Le résultat est une concentration totale sur la tâche à accomplir.

La mentalité dissociée minimise les émotions et leur effet sur vos responsabilités immédiates. Entraînez-vous lors de tâches simples, répétitives et ennuyeuses telles que le désherbage, le tri des vêtements ou la vaisselle. La difficulté augmente à mesure que les conséquences deviennent plus réelles.

Progressez jusqu’à ce que vous puissiez vous dissocier de tâches plus engageantes. Il s’agit notamment de la lutte contre l’incendie dans de mauvaises conditions, des exercices d’autodéfense et même des tirs de compétition. Maîtrisez l’art de vous concentrer uniquement sur les détails de la situation et de fuir toute émotion à propos de votre performance.

Le renforcement de cette compétence vous permet de basculer dans un état d’esprit clinique tandis que d’autres échouent ou agissent mal. Se dissocier de l’action qui vous entoure renforce la conscience de la situation et l’action décisive.

Exercice 3) Concentrez votre colère

L’opposé de la dissociation est le processus d’engagement émotionnel. La plupart des experts conviennent que la peur est saine lorsqu’elle est maîtrisée. De même, des émotions incontrôlées ne feront qu’empirer les choses. Dans cet exercice, nous utiliserons la colère comme un outil.

Une note avant de continuer la colère n’est pas la haine. Bien que la haine stimule la colère, elles diffèrent par l’intensité et la durée. La colère est souvent rapide à construire et à dissiper rapidement.

La haine se construit et se dissipe rarement. La haine devient souvent la seule émotion associée au sujet. Malheureusement, la haine peut prendre des années à s’évaporer.

Cet exercice de mentalité sera difficile si vous êtes même caréné et lent à la colère. Si c’est le cas, creusez profondément pour trouver un déclencheur et vous pouvez vous concentrer sur une question triviale, tant qu’elle stimule la colère.

Sélectionnez un souvenir ou un symbole (personne, lieu, idéologie) qui attise la colère. Concentrez-vous sur la façon dont cela affecte votre respiration, votre fréquence cardiaque et vos mouvements (en particulier la motricité fine).

Comprenez l’effet de la colère sur vous. Concentrez-vous sur son utilisation, mettant vos autres sens en évidence. Ouais, je sais qu’il se passe tout un truc de Dark Vador ici.

Augmentez progressivement la stimulation (par exemple, les choses qui vous mettent le plus en colère) et travaillez à affiner vos actions. Essayez des tâches simples pendant ces exercices. Choisissez des tâches qui nécessitent une motricité fine. Construisez un modèle, reconstruisez un carburateur.

Lorsque vous rencontrez de la colère en dehors de votre pratique, utilisez-la pour améliorer votre état d’esprit.

Il est important de sortir de la vision tunnel associée à la colère aveugle. Plutôt que de vous concentrer sur la source de votre colère, concentrez-vous sur la tâche à accomplir. Transformez la colère en outil plutôt qu’en distraction.

Exercice 4) Construisez votre patience

Lorsque les émotions deviennent fortes, la patience semble diminuer. Ne pas prendre votre temps entraînera en fin de compte des étapes ou des opportunités ignorées.

Étape 1) Choisissez les activités lentes

La vie moderne est beaucoup trop rapide. Entraînez-vous à ralentir. Par exemple, cuisiner des repas à partir de rien, cultiver quelques plantes de jardin. Choisissez une tâche qui prend quelques instants par jour mais des activités avec des progrès visibles et réguliers.

Étape 2) Ajouter du stress

La meilleure façon d’enraciner un sens de la patience est de l’exercer au moment le moins opportun. Rien ne renforce la patience comme faire un feu sous la pluie. Mouillez-vous, enlevez quelques épaisseurs, puis commencez à ramasser de l’amadou et à vous allumer un feu.

Froid et humide, votre premier instinct est de vous précipiter. Avec un feu si vous n’avez pas assez d’amadou, le feu s’éteint. Le petit bois est trop gros, le feu s’éteint. Tout est précipité et vous êtes obligé de recommencer. Chaque redémarrage vous démoralise et met votre patience à l’épreuve.

Exercice 5) Sortez de vos zones de confort

Qui n’aime pas être à l’aise? Chaud, stable, blotti dans le familier. Malheureusement, les urgences sont rarement dans notre zone de confort. C’est ici que se trouve le problème.

Plus nous ressentons d’inconfort, plus nous apprenons à nous adapter, à accepter et à embrasser l’inconnu. Plutôt que de geler en cas d’urgence, efforcez-vous d’agir rapidement, efficacement et de manière décisive.

Il existe de nombreuses options pour sortir de notre zone de confort. Pendant les dernières secondes de votre douche, tournez l’eau au froid. Pas seulement moins chaud, mais froid. Une fois que vous pouvez vous tenir 5 secondes, faites-en 10, puis 30, puis essayez une douche froide.

Si vous vivez comme moi dans un climat froid, allez mettre du gaz dans votre auto sans tuque, puis sans gant, puis sans veste.

Prenez un cours sur un sujet inconfortable. Parler en public, jouer, dessiner, réparer de petits moteurs, programmer des ordinateurs sont tous des défis personnels. Poussé à l’extrême, obtenez un emploi à temps partiel dans le commerce de détail ou le service à la clientèle.

Habituez-vous à étirer vos capacités et à surmonter l’inconfort. Apprenez à embrasser l’inconnu.

Exercice 6) Construisez votre endurance

Les événements de survie, grands ou petits, ont tous une endurance en commun. Que ce soit pour une randonnée à la maison ou un manque d’endurance prolongé, ce sera votre fin.

Cet exercice est un peu plus difficile que les autres car il demande du temps. Pratiquer une évacuation de 30 km à pied ou une panne de courant d’une semaine prend du temps. Cela étant dit, il n’y a aucun moyen de le simuler.

Décidez de votre tâche et respectez-la. De nombreux facteurs qui ne peuvent être simulés remettent en question l’état d’esprit de l’endurance. Vous ne pouvez pas visualiser pleinement les cloques et les épaules douloureuses. Vous ne pouvez pas non plus manquer d’eau ou avoir des aliments gâchés.

Exercice 7) Briser la paralysie chez les inconnus

Les intervenants d’urgence apprennent la règle du 10/10/80. Lors d’une situation d’urgence, 10% des personnes impliquées agiront pour résoudre le problème. Un autre 10% deviendra hystérique leurs actions seront préjudiciables à la situation. Les 80% restants gèleront ou ne reconnaîtront pas l’urgence de la situation.

Lorsque nous traitons notre environnement, nous recherchons d’abord le familier. Sans quelque chose à saisir, nous sommes coincés dans la partie Observation et Orientation de la boucle OODA. Décider et agir ne viennent jamais. Cette indécision entraîne une paralysie fatale. C’est là que les 80% s’enlisent.

Cet exercice de mentalité consiste à élargir vos expériences. Réduisez les inconnues dans votre monde. Choisissez les zones que vous vous attendez le plus à rencontrer dans une situation SHTF et recherchez-les. Réduisez le risque de paralysie.

Étape 1: Puissance et lumière

Recherchez l’absence de lumière et de puissance. Éteignez votre disjoncteur principal ou éteignez toutes les lumières. Forcez-vous à vous orienter dans votre maison dans l’obscurité. Apprenez à cuisiner et à gérer les tâches quotidiennes sans électricité. Coupez le courant pendant un après-midi, puis une journée, et terminez par un week-end. Développez l’état d’esprit là où l’obscurité n’est plus inconnue.

Étape 2: L’eau

Nous prenons tous l’eau propre pour acquis, c’est le summum du familier dans le premier monde. L’inconnu est l’eau contaminée. Le traitement de l’eau vous est-il familier ou inconnu? Si vous n’êtes pas à l’aise dans le traitement de l’eau, faites-le! Ayez une semaine où vous ne buvez que de l’eau que vous avez traitée vous-même.

Étape 3: Retour à la maison puis évacuation

Choisissez également d’autres domaines, si votre plan de survie comprend un travail de retour à la maison, laissez-vous déposer quelque part et commencez à marcher! S’il inclut une évacuation vers un emplacement distant, conduisez! Abandonnez le GPS et utilisez des cartes, mieux encore, n’utilisez aucune carte et toutes les routes secondaires.

Poussez-vous pour acquérir de nouvelles compétences au point de la maîtriser et minimiser les inconnus.

Exercice 8) Apprendre de l’histoire

«Ceux qui ignorent l’histoire sont condamnés à la répéter». L’analogue est que les étudiants en histoire ont la possibilité de façonner leur avenir. En étudiant les événements passés, vous apprenez d’eux et utilisez les expériences des autres pour façonner votre avenir potentiel.

Cet exercice de mentalité est une mission de recherche. Recherchez des événements locaux, régionaux et internationaux. Trouvez ceux qui sont semblables à des événements SHTF sur votre matrice de menaces. Grands et petits événements de recherche. Ne vous attardez pas seulement sur les événements telle que le 11 septembre. Les petits sont les plus probables.

Internet regorge de vidéos qui examinent et analysent les rencontres violentes. YouTube et LiveLeak ont ​​une pléthore de combats, de tirs, d’engagements de foule, de conducteurs agressifs. Chacun a une leçon à enseigner.

Examinez chaque vidéo en détail. Quelles sont les décisions qui ont conduit à l’incident, quelles sont celles qui les ont fait sortir ou ont aggravé la situation?

Pour les événements régionaux et nationaux, recherchez des articles de blog, des autobiographies et des articles de presse sur les événements sur votre matrice de menaces. Les événements météorologiques régionaux sont une excellente source d’informations. Essayez de trouver des histoires de personnes prises au piège par la neige ou les inondations et touchées par des pannes de courant importantes.

Les événements nationaux sont souvent documentés dans des blogs et des livres personnels. Devenez un étudiant de ces derniers. Découvrez les signes de défaillance du système et les impacts personnels. Comment est la vie comme refuge? Comment ont-ils voyagé? Qu’ont-ils mangé? Quelles ont été les menaces les plus importantes?

Lorsque vous trouvez et étudiez les histoires d’événements de survie, petits et grands, mettez-vous à leur place. Comment réagiriez-vous aux événements que vous lisez? Quelles sont tes émotions? Quelles seraient vos craintes? Quelles seraient vos priorités?

Exercice 9) Visualisation de la survie

La visualisation est un outil puissant. Utilisé quotidiennement par des athlètes professionnels, il les aide à atteindre des performances optimales. Soyez toujours curieux et répétez une conversation importante ou reconstituez un vieux débat. Ce sont des exercices de visualisation simples qui ajustent votre état d’esprit pour ces interactions.

Ceci est mon exercice de mentalité préféré. Cela peut être fait à tout moment pour n’importe quelle durée. Choisissez un événement «Et si?» Et parcourez mentalement ce que vous feriez et comment vous le géreriez.

Étape 1: Refaire l’historique

La visualisation va de pair avec l’exercice précédent. Placez-vous dans la position d’un personnage historique et visualisez ce que vous feriez. Où trouverais-tu de la nourriture? Comment voyagerais-tu? Comment vos stocks actuels de produits de survie vous auraient-ils aidé?

Étape 2: Road Trip

Pendant votre trajet, visualisez ce qui se passerait en cas d’accident cinq voitures devant vous ou deux voitures devant vous. Tournez-vous à gauche ou à droite? Allez-vous dans la médiane ou forcez-vous la voiture sur votre droite pour qu’elle s’éloigne? Quelle ligne de conduite a les meilleures chances de dommages minimes?

Étape 3: des tireurs actifs partout

Lors de votre prochain film ou voyage dans un centre commercial, visualisez un tireur actif. Où commencerait le tournage, quelle est votre voie d’évasion? Les possibilités sont infinies.

Pour rendre l’état d’esprit positif, visualisez l’événement aussi visuellement que possible. Quels sont les plus petits détails, les vues, les sons, les odeurs?

Étape 4: Lavage, rinçage, parfait

Incorporez tous les autres exercices de mentalité dans celui-ci. Répétez le familier (un événement dans votre maison) et inconnu (dans un nouveau restaurant). Jouez le même scénario avec dissociation et à nouveau avec une colère concentrée. Les possibilités sont infinies.

Intégrez la visualisation à vos activités quotidiennes. Si une catastrophe arrive un jour, cela se passera surement d’une manière que vous avez déjà répétée dans votre tête. Lorsque cela se produit, il n’y aura ni pause, ni absence critique d’action.

Exercice 10) Survivre pour ceux qui dépendent de vous

Qui dépend de toi? Est-ce un conjoint, des enfants, des parents? Est-ce une plus grande communauté? Êtes-vous un leader ou un médecin d’équipe?

Trouvez ceux qui dépendent de vous et ajoutez-les à votre état d’esprit. Vous ne survivez pas pour vous-même mais pour ceux qui vous entourent. Lorsque vous devez rentrer chez vous ou survivre au combat, c’est incroyable de voir comment vous pouvez repousser les limites de votre corps physique lorsque vous avez quelqu’un pour qui vivre.

Après avoir identifié pour qui vous survivez, faites-moi une faveur. Regardez vous dans le miroir. Pas seulement un coup d’œil mais un regard profond. Regarde dans tes yeux. Imaginez maintenant faire cela tous les jours, pour le reste de votre vie, sachant que vous n’avez pas fait de votre mieux et avez échoué malgré ceux que vous aimez.

Exercice 11) Trouvez votre déclencheur de survie

Enfin, trouvez votre déclencheur. Passez du temps à regarder en avant et en arrière pour cette seule pensée, ce seul concept ou émotion qui vous anime. Ceci est votre déclencheur.

Votre déclencheur fait deux choses. C’est d’abord votre raison de vivre. C’est ce concept qui vous pousse plus loin et vous aide à creuser plus profondément. Deuxièmement, c’est la pensée qui déclenche l’action. Consciemment ou inconsciemment, votre déclencheur signifie «Go Time!»

Intégrez votre déclencheur à vos exercices de visualisation. Imaginez les détails de l’événement. Lorsque l’événement critique se produit, considérez votre déclencheur comme votre force motrice pour survivre. Répétez ce processus jusqu’à ce que le déclencheur soit mis en jeu immédiatement et automatiquement.

Organisation

La règle des trois est ma base. Cela m’aide à organiser mon sac d’évacuation. Cela m’aide à organiser mes dollars de préparation. Surtout, cela me garde dans la bonne mentalité, du moment où je me réveille au moment où j’éteins la lumière la nuit.

Le moral et la force mentale fait avancer votre journée avec la volonté de s’attaquer à tout ce que la vie vous réserve. Que ce soit une panne moteur ou une attaque IEM. Dès le réveil, vous établissez que vous avez la foi, la volonté et la volonté de réussir.

Lors de votre journée, garder un état d’esprit de survie vous tient au courant de la situation. Cela vous ouvre les détails du monde qui vous entoure. Chacun est une ressource de détail si les choses prennent une tournure latérale. Cependant, ils deviennent des ressources inutilisées s’ils passent inaperçus.

Une bonne préparation vous met dans la bonne mentalité pour gérer un événement qui se déroule. L’exécution de votre plan en clinique ou avec une émotion concentrée vous offre des avantages clés pour la survie. Une peur et une colère incontrôlées ne peuvent que conduire à des faux pas.

Complétez la préparation de votre état d’esprit à travers l’histoire et la visualisation. Apprenez du passé et utilisez-le pour prédire l’avenir. Jouez constamment au jeu «Et si !».

Au travail, au centre commercial, à la maison. Imaginez le pire et progressez. Trouvez l’inspiration pour le bien et le mal dans les nouvelles, les livres de fiction et sur Internet.

Enfin, trouvez votre noyau et trouvez votre déclencheur. Vous vivez pour quelque chose. Qu’Est-ce que c’est? C’est la seule pensée qui vous maintiendra en vie. Trouvez-le et utilisez-le.

C’est une question de mentalité. Développer un état d’esprit de survie. Sans cela, vous pouvez survivre aux trois premières secondes, mais vous ne pouvez pas survivre aux événements qui suivent.

N’hésitez pas à en parler sur notre forum www.forum.quebecsurvieurbaine.com

Vous aimez nos articles?

Découvrez nos Ebooks.
Ils regorgent d’informations sur la préparation, l’autonomie, la résilience, la survie.
Téléchargement instantané – Vous pouvez même les imprimer pour une utilisation en cas de bris du réseau.


Avertissement:Ce site Web et le matériel couvert sont à titre informatif seulement. Nous ne prenons aucune responsabilité pour ce que vous faites avec cette connaissance. En prenant et / ou en utilisant des ressources d’information de ce site Web, vous acceptez d’utiliser ces informations de manière sûre et légale, en conformité avec toutes les lois applicables, règles de sécurité et bon sens commun. Clause de non-responsabilité complète ici.

11 exercices faciles pour la force mentale en survie

Professionnel de l'urgence le jour, mais un Preppers, un Citoyen Prévoyant 24/7. Ancien des forces armées parachutistes qui est intervenu sur plusieurs théâtres d'opération dans les années 2000. Puis je suis devenu Paramédic pendant 10 ans. Dans mon temps libre j'affronte les éléments dans des situations de survie afin de vous proposer sur ce site des articles et de l'équipement de qualité. N'hésitez pas à me contacter pour vos questions personnelles.

Nous serions ravis de connaître votre avis

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Québec Preppers
Logo
Enable registration in settings - general