Éléments constitutifs de la sécurité personnelle: Connaissance de la situation

PUBLIÉ À L'ORIGINE LE 14 novembre 2019 @ 10 h 00 min

Éléments constitutifs de la sécurité personnelle: Connaissance de la situation

Divulgation: Si vous achetez via les liens figurants sur notre site, nous pouvons gagner une petite commission (sans frais supplémentaires pour vous). En savoir plus sur la façon dont nous travaillons ici.

Note: Bien que le monde puisse être un endroit dangereux, il n’est pas nécessaire d’attendre passivement que des actes de violence se produisent. Ceci est la deuxième partie d’une série en quatre articles qui fournit les outils permettant d’anticiper, d’éviter et de faire face aux dangers. La première partie explore l’état d’esprit nécessaire pour faire face à une situation dangereuse, la troisième partie décrit l’établissement d’une base environnementale de référence et la quatrième partie traite de la réaction au danger.

Il est important de noter que la conscience de la situation – être conscient de son environnement et identifier les menaces potentielles et les situations dangereuses – est davantage un état d’esprit qu’une compétence difficile à acquérir. De ce fait, la connaissance de la situation par la pratique ne peut pas être réalisée uniquement par des agents gouvernementaux hautement qualifiés ou des équipes de sécurité spécialisées. En effet, il peut être exercé par quiconque ayant la volonté et la discipline de le faire. La connaissance de la situation est utile pour reconnaître et éviter les menaces terroristes, distinguer les comportements criminels et identifier les autres situations dangereuses émergentes.

Les gens ont généralement cinq niveaux de conscience distincts. Il y a plusieurs façons de décrire ces niveaux. L’échelle de Cooper, par exemple, est un système fréquemment utilisé dans les formations de maintien de l’ordre et d’entraînement militaire. Cependant, nous avons constaté que le moyen le plus efficace d’illustrer les différences entre les niveaux est de les comparer aux différents degrés d’attention que les gens accordent au volant. Pour les besoins de notre propos, nous ferons référence aux cinq niveaux comme “indifférent”, “détendu”, “attentif”, “une alerte élevée” et “tétanisé”.

Le premier niveau, indifférent, ressemble à une personne qui conduit dans un environnement très familier ou qui est absorbée par une pensée, un rêve éveillé, une chanson à la radio ou même par les enfants qui se battent à l’arrière. De plus en plus d’appels téléphoniques et de textos amènent également les gens à se déconnecter pendant qu’ils conduisent. Une personne éprouve de la peine à conduire lorsqu’elle arrive quelque part sans vraiment penser à son voyage.

Le deuxième niveau de conscience, conscience détendue, est similaire à la conduite défensive. C’est un état dans lequel on est détendu, mais qui surveille également les autres voitures sur la route et qui regarde en avant pour les dangers potentiels. Par exemple, si quelqu’un approche d’une intersection et qu’un autre conducteur a l’air de ne pas pouvoir s’arrêter, appuyer sur les freins pour ralentir est un bon coup défensif. La conduite défensive ne fatigue pas une personne, et on peut conduire de cette façon pendant longtemps si on a la discipline nécessaire pour éviter de glisser dans un mode de fonctionnement ”indifférent” (premier état de conscience). Tout en pratiquant la conduite défensive, on peut toujours profiter du voyage, regarder le paysage et écouter la radio, mais on ne peut pas se permettre de se perdre dans des distractions et d’ignorer tout le reste. Bien que détendu et prenant plaisir à conduire, on est toujours à l’affût des dangers de la route.

Le niveau suivant de sensibilisation, attentif, s’apparente à la conduite sur des routes dangereuses. Vous devez pratiquer ce niveau de conscience lorsque vous conduisez sur des routes glacées ou glissantes – ou sur des routes infestées de nids-de-poule peuplées de conducteurs erratiques qui existent dans de nombreux pays en développement. Lorsque vous conduisez dans un tel environnement, vous devez toujours garder les mains sur le volant et concentrer toute votre attention sur la route et les autres conducteurs qui vous entoure, sans jamais quitter la route des yeux ni la laisser vagabonder. Il n’y a pas de temps pour les appels téléphoniques de cellulaire ou autres distractions. Une conduite qui semblerait être normale est épuisante dans ces conditions car elle exige une concentration prolongée et totale.

Le quatrième niveau de conscience est alerte élevée. C’est le niveau qui induit à une poussée d’adrénaline, une prière et un souffle d’air tout en même temps quand on voit une voiture foncer droit dans un panneau d’arrêt ou entrer dans une intersection achalandée. Une alerte élevée peut être effrayante, mais à ce niveau, on est toujours capable de fonctionner; tous nos sens sont en alertes – Nous pouvons freiner et garder notre voiture sous contrôle. En fait, la poussée d’adrénaline que l’on éprouve à ce stade peut parfois aider nos réflexes.

Le dernier niveau de conscience, figé ou tétanisé, correspond à ce qui se produit quand on gèle littéralement au volant et que l’on ne peut pas répondre aux stimuli, soit parce qu’ils se sont endormis, soit à l’autre bout du spectre, parce qu’ils sont pétrifiés. C’est cette paralysie provoquée par la panique qui est la plus importante pour la conscience de la situation. Le cerveau cesse de traiter les informations et on ne peut tout simplement pas réagir à la réalité de la situation, risquant ainsi un choc. Souvent, lorsque cela se produit, une personne peut nier, en pensant que «cela ne peut pas m’arriver» ou encore se sentir comme si elle observait l’événement au lieu d’y participer réellement. Souvent, le temps qui passe semble s’arrêter. Les victimes d’actes criminels signalent fréquemment avoir éprouvé cette sensation et constatent souvent qu’elles étaient incapables d’agir raisonnablement.

Trouver le bon niveau

Maintenant que nous avons discuté des différents niveaux de conscience, nous pouvons nous concentrer sur l’identification des niveaux idéaux à un moment donné. Le corps et l’esprit ont besoin de repos. Nous devons donc passer plusieurs heures chaque jour au niveau le plus bas pendant que nous dormons. Lorsque nous sommes assis chez nous à regarder un film ou à lire un livre, il n’est pas difficile de fonctionner en mode syntonisé. Cependant, certaines personnes tenteront de maintenir le mode optimisé dans des environnements résolument inappropriés, par exemple lorsqu’elles se promènent la nuit dans la rue, dans un bidonville du tiers monde. D’autres fois, ils maintiendront un état d’esprit dans lequel ils nieront que les criminels puissent les victimiser en se disant: “Cela ne pourrait pas m’arriver, alors il n’y a pas besoin d’être si parano.” Cette attitude les éloigne des menaces potentielles.

Si vous êtes bloqué en conduisant et que quelque chose d’inattendu se produit – par exemple, un enfant traverse la route ou une voiture s’arrête rapidement – on ne verra pas le problème venir. Cela signifie généralement que l’on ne voit pas le danger à temps et le frappe, ou alors il panique totalement, gèle et ne peut pas réagir. Ces réactions – ou manque de réactions – se produisent car il est très difficile de changer rapidement d’états mentaux, en particulier lorsque l’ajustement nécessite de passer de plusieurs étapes, par exemple, de l’écoute à l’alerte maximale. C’est comme essayer de faire passer une voiture directement de la première vitesse en cinquième, la faisant frémir ou caler. Souvent, lorsque les gens sont forcés de faire ce saut mental, ils paniquent et se retrouvent bloqués, ils sont sous le choc et sont gelés, ce qui les empêche de prendre des mesures. Ils tombent tétanisé. Cela se produit non seulement au volant, mais aussi lorsqu’un criminel attrape une personne totalement inconsciente et non préparée. Bien que la formation aide les gens à monter et descendre dans le continuum de vigilance, il est même difficile pour les personnes hautement qualifiées de passer des étapes d’alerte au stade d’alerte élevé. C’est pourquoi les forces de l’ordre et le personnel militaire reçoivent autant de formation sur la connaissance de la situation.

Il est essentiel de souligner ici que conscience de la situation ne signifie pas être paranoïaque ou obsédé par la sécurité. En fait, les gens ne peuvent tout simplement pas fonctionner dans un état de conscience ciblée pendant de longues périodes et une alerte élevée ne peut être maintenue que très brièvement avant l’épuisement. La réaction de combat ou de fuite peut être très utile si elle peut être contrôlée. Cependant, lorsqu’elle est incontrôlable, un flux constant d’adrénaline et de stress n’est tout simplement pas sain pour le corps et l’esprit, ce qui entrave également la prise de conscience. Par conséquent, opérer constamment dans un état d’alerte élevé n’est pas la solution, pas plus que d’opérer pendant de longues périodes dans un état d’alerte ciblée, qui peut aussi être exigeant et complètement épuisant. Le corps humain n’est tout simplement pas conçu pour fonctionner sous un stress constant.

Pour cette raison, le niveau de base de conscience de la situation qui devrait être pratiqué la plupart du temps est une conscience détendue, un état d’esprit qui peut être maintenu indéfiniment sans tout le stress et la fatigue associés au fait d’être sans cesse attentif ou à une alerte élevée. Une prise de conscience décontractée n’est pas fatigante et permet de profiter de la vie tout en la récompensant avec un niveau de sécurité personnelle efficace. Lorsque les personnes se trouvent dans une zone potentiellement dangereuse (ce qui, en réalité, se trouve presque n’importe où), elles devraient passer la majeure partie de la journée dans une conscience détendue. Si on repère quelque chose qui sort de l’ordinaire et qui pourrait constituer une menace, on peut «basculer» vers une prise de conscience attentive et examiner attentivement cette menace potentielle tout en recherchant d’autres personnes dans la région. Si la menace potentielle s’avère inoffensive ou est simplement une fausse alerte, on peut alors redescendre dans une conscience détendue et continuer notre chemin. Si, au contraire, la menace potentielle devient une menace probable, sa détection préalable permet à une personne de prendre des mesures pour l’éviter. Dans un tel cas, le passage à une alerte plus élevée peut devenir inutile car le problème a été évité plus tôt.

Cependant, une fois qu’une personne est dans un état de conscience attentive, elle est bien mieux préparée à gérer le passage à l’état d’alerte élevée si la menace passe de potentielle à réelle – si les trois voyous qui se cachent au coin commencent à avancer vers elle et ont l’air de chercher des armes.

Bien sûr, lorsqu’une personne s’aventure en connaissance de cause dans une zone très dangereuse, il est prudent de pratiquer une prise de conscience attentive dans cette zone. Par exemple, s’il existe un tronçon d’autoroute où explosent de nombreux engins explosifs improvisés et des embuscades, ou s’il y a une partie de la ville contrôlée et surveillée par des gangs criminels – et que la zone ne peut être évitée – il est prudent de pratiquer un niveau de conscience accru dans ces zones. Un niveau accru de sensibilisation est également prudent lorsque vous vous engagez dans des tâches courantes ou quotidiennes présentant un risque accru, telles que vous rendre à un guichet automatique ou aller à la voiture seul dans un parking sombre. Lorsque le temps du danger potentiel est passé, il est facile de revenir à un état de conscience détendue.

Il est possible d’acquérir des compétences de conscience de la situation en pratiquant quelques exercices simples. Par exemple, on peut déplacer consciemment son niveau de conscience vers un état concentré pendant de courtes périodes de la journée. Par exemple, vous pouvez identifier toutes les issues lors de l’entrée dans un bâtiment, compter le nombre de personnes dans un restaurant ou un wagon de métro ou noter les voitures qui effectuent les mêmes virages dans la circulation. Parmi les astuces employées par de nombreux agents de la loi, il convient de regarder les gens qui les entourent et de tenter de comprendre leur histoire – en d’autres termes, ce qu’ils font pour gagner leur vie, leur humeur, ce sur quoi ils se concentrent et ce à quoi ils s’apprêtent. Vous pouvez faire cet exercice basé simplement sur l’observation. Effectuer de tels exercices simples de sensibilisation ciblée entraînera une personne sans aucun doute.

Ce processus de prise de conscience de la situation démontre également l’importance de se familiariser avec son environnement et les dangers qui y sont présents. Une telle prise de conscience permet d’éviter certaines menaces et de prévenir d’autres menaces lorsqu’il faut s’aventurer dans une zone dangereuse. Le processus de construction d’une compréhension de base de son environnement sera le prochain point dont nous discuterons.

Avertissement:Ce site Web et le matériel couvert sont à titre informatif seulement. Nous ne prenons aucune responsabilité pour ce que vous faites avec cette connaissance. En prenant et / ou en utilisant des ressources d’information de ce site Web, vous acceptez d’utiliser ces informations de manière sûre et légale, en conformité avec toutes les lois applicables, règles de sécurité et bon sens commun. Clause de non-responsabilité complète ici.

Éléments constitutifs de la sécurité personnelle: Connaissance de la situation

Professionnel de l'urgence le jour, mais un Preppers, un Citoyen Prévoyant 24/7. Ancien des forces armées parachutistes qui est intervenu sur plusieurs théâtres d'opération dans les années 2000. Puis je suis devenu Paramédic pendant 10 ans. Dans mon temps libre j'affronte les éléments dans des situations de survie afin de vous proposer sur ce site des articles et de l'équipement de qualité. N'hésitez pas à me contacter pour vos questions personnelles.

Nous serions ravis de connaître votre avis

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Québec Preppers
Logo
Enable registration in settings - general