ESSENTIELS DE LA PRÉPARATION

Éléments constitutifs de la sécurité personnelle: Réagir au danger

Éléments constitutifs de la sécurité personnelle: Réagir au danger

Divulgation: Si vous achetez via les liens figurants sur notre site, nous pouvons gagner une petite commission (sans frais supplémentaires pour vous). En savoir plus sur la façon dont nous travaillons ici.

Note: Bien que le monde puisse être un endroit dangereux, il n’est pas nécessaire d’attendre passivement que des actes de violence se produisent. Cette série fournit les outils permettant d’anticiper, d’éviter et de faire face aux dangers. La première partie a exploré l’état d’esprit nécessaire pour réagir à une situation dangereuse, la deuxième partie a été consacrée à la connaissance de la situation et la troisième à la compréhension de votre environnement.

Comme nous l’avons noté dans les parties précédentes de cette série, il est toujours préférable de détecter les situations dangereuses avant qu’elles ne se développent complètement, afin que l’on puisse prendre des mesures pour éviter le danger. En effet, une fois l’attaque lancée, il peut être très difficile de l’éviter. Comme tout joueur de football le sait, l’action est toujours plus rapide que la réaction. Ce principe offre aux joueurs offensifs un léger avantage sur leurs adversaires en défense. Ce principe d’action et de réaction est applicable à la sécurité personnelle. Lorsqu’un criminel ou un terroriste lance une attaque, il a l’avantage de la surprise tactique par rapport à la cible: il a choisi le moment, le lieu et la méthode de l’attaque.

En pratiquant le niveau approprié de conscience de la situation et en comprenant la possibilité d’être ciblé, une personne sera préparée mentalement à se rendre compte qu’une attaque est en train de se produire, ce que les professionnels de la sécurité qualifient de reconnaissance d’attaque. Plus tôt une cible reconnaît qu’une attaque se développe, mieux c’est.

Bien souvent, quand un criminel perd l’élément de surprise avant de lancer une attaque, il ne poursuit pas une victime qui quitte la zone d’attaque et se précipite dans un endroit sûr – surtout si la cible n’est que celle de commodité et non de cible spécifique. Même une fois que l’attaque a commencé, la victime peut toujours l’empêcher de réussir en reconnaissant rapidement ce qui se passe et en s’éloignant du site de l’attaque, une tactique appelée “sortir du X”.

N’oubliez pas que les attaques criminelles ne semblent pas sortir du néant. Elles sont le résultat d’un processus de planification qui peut être reconnu si on le cherche. Comme nous l’avons noté, les criminels ont tendance  à camoufler leurs actes et leur comportement suspect les rend souvent vulnérables au dépistage précoce.

Certes, réagir de manière excessive et déclencher une fausse alerte peut être embarrassant, mais il vaut bien mieux prévenir que guérir. L’alternative est d’ignorer les signes avant-coureurs et de laisser se développer une situation réellement dangereuse. Être légèrement gêné est de loin préférable à un traumatisme à long terme – voire à la mort – après avoir été victime.

Bien qu’il soit évidemment préférable d’éviter le danger et de quitter une zone avant le déclenchement d’une attaque ou la commission d’un crime, cela n’est pas toujours possible. Certaines attaques ne peuvent tout simplement pas être évitées. Cela étant dit, même si on ne peut pas éviter une attaque, reconnaître immédiatement le danger et ensuite prendre des mesures pour atténuer la menace peut souvent faire la différence entre la survie et la mort.

Courir, se cacher, se battre

Certaines personnes ont critiqué la simplicité de l’annonce de service public “Run, Hide, Fight” produite par la ville de Houston et financée par le Department of Homeland Security. Selon notre évaluation, la vidéo atteint bien son objectif de sensibilisation aux situations de tireur actif et de fournir un mantra simple et facile à retenir, similaire au slogan de réponse au feu “Stop, Drop and Roll”. La vidéo traite également de la nécessité de disposer d’un plan d’évacuation et de prendre conscience de son environnement. Bien que la vidéo ne soit pas un cours complet d’autodéfense, elle reste une ressource importante.

Une fois qu’une personne a reconnu qu’une attaque est en cours, une étape critique doit être franchie avant de pouvoir décider de courir, de se cacher ou de se battre – elle doit déterminer la source du tir ou de la menace. Sans cela, la victime pourrait courir aveuglément d’une position de sécurité relative à un danger. Nous encourageons certainement toutes les personnes attaquées à quitter le site de l’attaque et à fuir le danger, mais vous devez d’abord vous assurer qu’elles se trouvent sur le site de l’attaque avant de prendre des mesures. Plusieurs fois, la source de la menace sera évidente et ne prendra pas beaucoup de temps à localiser. Mais parfois, en fonction de l’emplacement – que ce soit dans un bâtiment ou dans la rue – les sons de coups de feu peuvent résonner et il peut prendre quelques secondes pour déterminer la direction dans laquelle il se dirige. Dans un tel scénario, il est prudent de se mettre rapidement à l’abri jusqu’à ce que la direction de la menace puisse être localisée. Dans certains cas, il peut même y avoir plus d’un homme armé, ce qui peut compliquer les plans d’évacuation.

Heureusement, la plupart des attaquants engagés dans des scénarios de tir actif ne sont pas bien entraînés. Ils ont tendance à être de mauvais tireurs qui manquent d’expérience avec leurs armes. Par exemple, lors de son attaque contre une garderie du centre communautaire juif de Los Angeles le 10 août 1999, Buford Furrow a tiré 70 coups d’une mitraillette de style Uzi à proximité des gens, mais n’a blessé que cinq personnes. L’Uzi est une arme efficace et extrêmement précise utilisée sur de courtes distances, ce qui signifie que le manque de précision au tir est la seule raison pour laquelle Furrow a fait si peu de dégâts. Lors de la fusillade de juillet 2012 à Aurora, dans le Colorado, James Holmes n’a réussi à tuer que 12 personnes – malgré une surprise tactique presque totale dans une salle de cinéma bondée – en raison d’une mauvaise combinaison de tir et de son incapacité à dégager un bourrage dans son fusil.

Ce manque typique d’adresse au tir implique que la plupart des personnes tuées dans des situations de tir actif sont tirées à une très courte distance. Il y a des exceptions évidentes, comme la fusillade à l’Université du Texas le 1er août 1966, lorsque l’ex-Marine Charles Whitman a tiré plusieurs personnes à l’aide d’un fusil à haute puissance depuis le sommet d’une tour sur le campus universitaire. Mais même dans ce cas, la plupart des victimes de Whitman ont été touchées très tôt lors de son attaque, et sa capacité à engager avec succès des cibles a rapidement diminué à mesure que les victimes réalisaient d’où provenaient les coups de feu et s’éloignaient de la menace ou se mettaient à couvert et attendaient.

MDACD

Comme dans l’affaire Whitman, les victimes potentielles peuvent faire plusieurs choses pour réduire leurs risques d’être blessées lors d’attaques, même celles exécutées par un tireur entraîné. Nous utilisons un acronyme pour décrire ces étapes: MDACD, qui signifie mouvement, distance, angle, couverture et dissimulation.

Premièrement, il est beaucoup plus difficile de tirer avec une cible en mouvement que de frapper une cible immobile, surtout si cette cible est éloignée. La plupart des tirs tactiques ont lieu à des distances inférieures à sept mètres. En effet, très peu de personnes peuvent systématiquement atteindre une cible immobile au-delà de 25 mètres avec une arme de poing, encore moins une cible en mouvement. La plupart des gens peuvent mettre 25 mètres entre eux et un attaquant en seulement quelques secondes. Par conséquent, le mouvement et la distance augmentent les chances de la cible de s’échapper.

L’angle auquel une cible s’échappe est également important, car tirer sur une cible qui se déplace tout de suite est plus facile que de tirer sur une cible s’enfuyant selon un angle, une tâche difficile, même pour un tireur expérimenté. Les deux nécessitent beaucoup d’entraînement, même avec une carabine ou un fusil de chasse. Si la cible peut courir à un angle derrière des objets tels que des arbres, des voitures, des meubles de bureau ou des murs qui obstruent la vue de la cible (dissimulation) ou arrête les balles (couverture), la solution est encore plus efficace.

Il est important de faire la distinction entre dissimulation et couverture. Les objets qui dissimulent, tels qu’un buisson ou des feuilles d’arbres, peuvent masquer une cible du champ de vision du tireur, mais ne les protégeront pas des balles comme le ferait un tronc d’arbre substantiel. De même, dans un bureau, un mur intérieur typique de construction en cloison sèche peut dissimuler mais pas couvrir, ce qui signifie qu’un tireur pourra toujours tirer à travers les murs et la porte. Néanmoins, si le tireur ne peut pas voir sa cible, il tirera à l’aveugle plutôt que de viser, réduisant ainsi la probabilité de toucher une cible.

Dans tous les cas, ceux qui se cachent dans une pièce doivent essayer de trouver une sorte de couverture supplémentaire, telle qu’un classeur ou un grand bureau. Il est toujours préférable de trouver une couverture que de se dissimuler, mais une couverture même partielle – est préférable à l’absence de couverture.

Le guerrier intérieur

La mentalité devient également critique quand une personne est blessée. Dans les situations de tir actif et d’attaque terroriste, il n’est pas rare que plus de personnes soient blessées que tuées; cela se rapporte également à la question du mauvais tireur évoqué plus haut. Dans une telle situation, il est extrêmement important que le blessé comprenne que, contrairement à ce qui est décrit dans les films, la plupart des blessures ne sont pas immédiatement fatales et immobilisent rarement la victime tout de suite. Leurs corps peuvent continuer à fonctionner pour les éloigner du site de l’attaque et les mettre en sécurité. Cependant, il n’est pas rare que des personnes tombent sur le sol lorsqu’elles se font tirer dessus et gèlent de panique ou entrent en état de choc.

Il est très important que les gens se rendent compte que la plupart des coups de feu sont susceptibles de vous blesser uniquement. Bien sûr, une fois que la cible sort de la zone de danger immédiat, elle devrait demander les premiers soins ou se soigner elle-même avec des bandages compressifs improvisés pour arrêter le saignement et éviter les chocs. La médecine des traumatismes moderne est très bonne et, comme le montrent les tirs à Aurora et le bombardement du marathon de Boston, la plupart des victimes blessées dans ce type d’attaque survivront si elles reçoivent rapidement une assistance médicale.

Ce n’est pas une erreur si les schémas d’entraînement des soldats des forces d’opérations spéciales et des athlètes sérieux mettent l’accent sur l’aspect mental du combat et du sport – c’est-à-dire que le corps humain peut continuer à fonctionner et continue à faire des choses incroyables même après que l’esprit ait décidé qu’il veut arrêter. Ce même sentiment de motivation et de détermination, le guerrier intérieur, peut aider à maintenir le corps d’une personne en état de fonctionner après avoir été blessé.

Encore une fois, nous voyons à quel point il est important d’avoir l’état d’esprit approprié dans une situation dangereuse. Garder la tête froide et rester concentré sur la sécurité, améliore considérablement les chances de survivre ou d’éviter une blessure. Être conscient de son environnement permet à une cible potentielle de savoir quand une situation se dégrade et de développer son aptitude à élever son niveau de conscience de la situation peut aider une personne à éviter les situations dangereuses. On ne peut prendre ces mesures qu’après avoir reconnu que l’on se trouve dans des zones dangereuses et constitue une cible potentielle. Se souvenir et utiliser les outils enseignés dans cette série contribueront grandement à empêcher les cibles potentielles de devenir des victimes.

Avertissement:Ce site Web et le matériel couvert sont à titre informatif seulement. Nous ne prenons aucune responsabilité pour ce que vous faites avec cette connaissance. En prenant et / ou en utilisant des ressources d’information de ce site Web, vous acceptez d’utiliser ces informations de manière sûre et légale, en conformité avec toutes les lois applicables, règles de sécurité et bon sens commun. Clause de non-responsabilité complète ici.

Éléments constitutifs de la sécurité personnelle: Réagir au danger

Professionnel de l'urgence le jour, mais un Preppers, un Citoyen Prévoyant 24/7. Ancien des forces armées parachutistes qui est intervenu sur plusieurs théâtres d'opération dans les années 2000. Puis je suis devenu Paramédic pendant 10 ans. Dans mon temps libre j'affronte les éléments dans des situations de survie afin de vous proposer sur ce site des articles et de l'équipement de qualité. N'hésitez pas à me contacter pour vos questions personnelles.

Nous serions ravis de connaître votre avis

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Québec Preppers
Logo
Enable registration in settings - general