GUIDE: COMMENCER À SE PRÉPARER

FORMER UN GROUPE DE SURVIE

Former un groupe de survie – Ça prend du monde

Divulgation: Si vous achetez via les liens figurants sur notre site, nous pouvons gagner une petite commission (sans frais supplémentaires pour vous). En savoir plus sur la façon dont nous travaillons ici.

Faire face à un sinistre, petit ou grand, nécessite de former ou rejoindre un groupe de survie de confiance

Peut-être que Hollywood est à blâmer. Ou peut-être que la faute incombe aux romanciers. Qu’il s’agisse de regarder un trop grand nombre de films ou de lire un trop grand nombre de livres, le fait est qu’il existe un grand nombre de «survivants» qui ont un sens nettement faussé de la réalité. J’appelle cela le «syndrome du loup solitaire». Cette mentalité ou cet état d’esprit dans lequel le héros (et nous ne sommes pas tous des héros dans l’histoire qui se joue dans notre imagination?) Se met tout seul en route pour se frayer un chemin à travers les terres les vastes forêts impénétrables qui ont reconquis le pays après une grande catastrophe.

Bien sûr, le héros n’est pas toujours seul. Ici et là, il sauve inévitablement l’une ou l’autre des demoiselles en détresse, une jeune et charmante jeune fille toujours prête à récompenser le héros pour ses ennuis.

Je suis une légende
Promo The Book of Eli / Le Livre d'Elie (Bilingual)

La réalité, cependant, reflète rarement la fiction. Ici, dans le monde réel, la grande majorité de ces loups solitaires ne réussira pas, pas à long terme. Prévoir de se lancer seul à long terme, c’est échouer. Un plan bien meilleur consiste à former un groupe de survie ou à en faire partie.

Qu’est ce qu’un groupe de survie?

Selon la définition la plus simple, un groupe de survie est un ensemble de personnes qui ont accepté de travailler ensemble pour le bien commun avant, pendant et après une catastrophe. Vous avez sans doute entendu le mantra commun selon lequel de nombreuses mains font un travail léger, non? C’est le concept de base ici. L’idée est de réunir des personnes qui possèdent les compétences et les attributs souhaitables afin de mieux répondre aux besoins de toutes les personnes concernées.

Si vous êtes seul, peut-être même s’il ne s’agit que de vous et de votre famille immédiate, le fait est que vous ne pouvez pas tout faire vous-même. Un moment donné tu dois dormir, vous devez manger, ce qui, lorsque nous parlons de préparation à long terme, impliquera la production et la conservation des aliments, pas seulement la consommation de sacs de bouillie lyophilisée. L’eau devra être collectée, filtrée et stockée, le bois de chauffage coupé et empilé.

Même si nous prenons pour le moment l’approche à long terme de l’équation, ne serait-il pas agréable de savoir que vous avez des gens de confiance qui vous soutiendront? Des gens qui, quand une tempête jettera un arbre sur votre porche arrière, se présenteront avec des tronçonneuses, des haches et peut-être une caisse ou deux de bière, sans qu’on le leur demande?

Un groupe de survie (ou d’entraide) ne doit pas nécessairement être formé d’une sorte de commune quasi hippie au milieu de nulle part. Ne vous méprenez pas, mais former une communauté sur un terrain privé, avec des hectares de jardins, des systèmes d’énergie solaire, ce n’est pas une mauvaise idée, à condition que le but ultime ne soit pas de simplement d’assembler un harem pour les gars. Mais, pour la plupart des gens, la priorité sera de disposer d’un petit groupe de personnes pouvant se réunir pour des occasions d’enseignement, de fraternité et de réseautage.

Trouver des membres potentiels

Certains d’entre nous ont déjà les prémices d’un groupe décent, bien que nous ne puissions pas le reconnaître tout de suite. Avez-vous des gens avec qui vous allez à la chasse chaque année? Que diriez-vous d’un groupe de surveillance de quartier existant? La plupart d’entre nous avons au moins deux amis proches ou des membres de la famille que nous aimerions avoir dans un groupe de survie.

Pour élargir vos recherches au-delà des personnes déjà présentes dans votre vie, réfléchissez aux endroits locaux où l’on peut trouver des Preppers. Apprenez à connaître les habitués et laissez-les en apprendre un peu plus sur vous. Avec le temps, vous saurez qui est peut-être le plus intéressé par un groupe de survie; peut-être même en découvrirez-vous un qui s’est déjà formé.

Une autre option est de regarder en ligne. Le groupe Quebec Preppers peut être une excellente ressource, car nous avons plusieurs centaines de membres actifs qui pourraient être intéressés. Effectuez une recherche des groupes existants dans votre région et envisagez de participer à une réunion ou deux. Des sites comme celui-ci peut constituer d’excellentes ressources pour localiser des personnes dans votre région, si ce n’est juste à côté.

Un mot de prudence, cependant. À moins que vous ne connaissiez la personne depuis des années, gardez-la à une certaine distance jusqu’à ce que vous soyez complètement à l’aise avec elle et que vous ayez eu l’occasion de la vérifier. En d’autres termes, ne les invitez pas à une visite guidée de vos préparations la première fois que vous les rencontrez. La plupart des gens légitimes ressentiront la même chose et ne seront pas intrusifs.

Réunions et activités de groupe

Une fois que vous avez créé un groupe de survie, la prochaine étape consiste à commencer à vous réunir régulièrement. Beaucoup de groupes s’efforcent de réunions mensuelles au minimum. Cela fonctionne généralement bien, à condition que les membres sachent bien à l’avance la date et le lieu des réunions afin de pouvoir planifier à l’avance. Les groupes plus petits, disons moins de cinq ou sept membres, pourraient se réunir un peu plus souvent, ne serait-ce que parce que ces mini-groupes sont généralement composés uniquement de membres de la famille ou d’amis très proches.

À moins que tous les membres du groupe ne soient extrêmement proches les uns des autres, le lieu de la réunion devrait probablement être un peu public. La plupart des bibliothèques publiques ont au moins une salle de réunion disponible pour les membres de la communauté, souvent gratuitement. Parmi les autres options, vous trouverez des cafés, des restaurants et des parcs.

Certains groupes planifient des activités ou des formations pour presque toutes les réunions. Un mois, ils pourraient faire venir un entraîneur de la Croix-Rouge pour enseigner la RCR. Le mois prochain, ils se réuniront dans un stand de tir local pour permettre aux membres d’échanger et de tester différentes armes à feu. Une autre réunion pourrait avoir lieu dans un parc où l’un des membres enseignera différentes manières d’allumer un feu.

Ce qui semble très bien fonctionner, c’est qu’un ou deux membres soient chargés d’aligner les différentes activités. Certes, cela représente beaucoup de travail supplémentaire pour ces membres, mais en contrepartie, si les frais de formation sont minimes, les autres membres du groupe acceptent de payer pour ceux qui ont organisé l’événement.

De nombreux groupes organisent régulièrement des réunions de démonstration où ils apportent leurs sacs d’évacuation, leurs couteaux préférés ou peut-être quelques sélections dans leurs bibliothèques personnelles. Une autre idée répandue consiste à organiser des réunions d’échange régulières entre les membres.

Certains groupes se coordonnent régulièrement pour des achats partagés. Ce type de pouvoir d’achat groupé peut également être très pratique dans les entrepôts.

Un élément clé commun à tous les groupes qui réussissent est l’organisation. Chaque réunion doit être programmée à l’avance et le sujet, l’activité ou le thème de la réunion doit être communiqué à tous les membres. Ne pas le faire aboutit invariablement à une réunion peu fréquentée.

N’oubliez pas non plus que la formation et les activités sont amusantes et instructives, mais que le but ultime est vraiment que les membres s’unissent les uns aux autres. L’idée d’un groupe de survie n’est pas simplement d’avoir un groupe de personnes partageant les mêmes objectifs qui se rencontrent de temps en temps, mais d’avoir des gens qui peuvent compter les uns sur les autres en cas de crise.

Le rôle du groupe dans une crise

Idéalement, le groupe développera des moyens de communication rapide les uns avec les autres en cas de catastrophe ou d’imminence. Cela pourrait être aussi simple qu’un vieux téléphone ou un simple texto envoyé au besoin. L’objectif est de disposer d’un moyen de transmettre l’information à tous les membres de la manière la plus rapide et la plus fiable possible.

Selon la nature de la catastrophe, le groupe peut planifier de se réunir en un seul lieu, par exemple sur une propriété appartenant à un ou plusieurs membres du groupe où des fournitures ont été organisées pour un tel événement. Alternativement, les membres peuvent s’abriter chez eux, avec l’accord ou l’accord qu’ils vérifient régulièrement entre eux. Si un membre ne parvient pas à s’enregistrer comme prévu, les autres peuvent se rendre chez eux pour vérifier leur bien-être.

En examinant un événement potentiel à long terme, tel qu’un scénario de réduction totale du réseau, les membres peuvent travailler ensemble pour se fournir de la nourriture, un abri, la sécurité et d’autres besoins. Bien que cela puisse fonctionner mieux si tous les membres du groupe peuvent s’installer dans un lieu central, il est toujours possible s’ils habitent à une distance relativement proche les uns des autres.

Il existe de nombreux soi-disant experts infectés par le syndrome de Lone Wolf qui suggèrent qu’il est tout à fait possible de survivre seuls dans la nature en utilisant rien d’autre que leur intelligence et leur sac d’évacuation. La triste réalité est que si un événement devait se produire – suffisamment vaste pour obliger ces personnes à mettre en œuvre ces plans – en quelques semaines à peine, les plaines serait jonchées de cadavres portant des sacs à dos. Oui, il y a des gens qui possèdent vraiment les compétences nécessaires pour survivre en vivant de la terre pendant une longue période. Mais ils seront les premiers à admettre qu’il est loin d’être une existence facile ou souhaitable.

Un plan d’action bien meilleur consiste à planifier dès maintenant de former un groupe de survie ou de le rejoindre. Soyez l’une des nombreuses mains qui travaillent avec légèreté pour toutes les personnes concernées plutôt que de lutter pour rester éveillée alors que le cercle de cyclistes zombies mutants se rapproche de plus en plus de votre hutte de débris.

Rôle de chaque joueur

Initialement, un groupe de survie peut ne pas avoir un large éventail de choix quant aux compétences ou traits de personnalité représentés par ses membres. Cependant, au fil du temps, plusieurs rôles sont nécessaires pour former un groupe complet, l’un des mieux à même de résister à un événement majeur. À mesure que le groupe mûrit, les membres doivent rechercher activement des personnes capables de remplir ces rôles ou de permettre à des personnes possédant des qualités innées de s’y développer naturellement.

N’oubliez pas que les membres du groupe doivent être formés de manière croisée à plus d’un de ces rôles, car la polyvalence et l’adaptabilité sont des éléments clés pour réussir dans l’adversité. Par exemple, que se passe-t-il si une blessure (ou même la mort) emporte le meilleur chasseur de votre groupe, ou si votre groupe se sépare dans le chaos d’une tornade? Examinez les neuf rôles suivants et voyez lesquels vous devez remplir et lesquels doivent être remplis.

Le chef

C’est la personne qui guide le groupe, prend les décisions difficiles et garde tout le monde soudé lorsque les temps sont difficiles. Ce rôle particulier est unique parmi les autres, car il est généralement occupé de manière progressive et organique au fur et à mesure que le groupe se développe. Le fondateur du groupe n’est peut-être pas toujours la personne la plus apte à être leader. Si tel est le cas, espérons-le, le fondateur le reconnaîtra tôt. Les dirigeants ont tendance à naître avec la capacité d’organiser, de déléguer et d’inspirer grâce à une combinaison d’intelligence et de charisme – qu’ils le reconnaissent ou non.

Le Medic

C’est celui qui garde tout le monde en bonne santé. Bien que les groupes de survie se concentrent souvent sur la manière de se préparer à des événements extrêmes à long terme (d’où la nécessité de disposer d’une personne bien informée dans tous les domaines, de la chirurgie sur le champ de bataille aux remèdes à base de plantes médicinales), n’oubliez pas que le représentant médical aide les membres du groupe améliorer leur santé et leur bien-être quand les temps sont encore bons. Cela pourrait inclure d’aider les membres à mettre en place des changements alimentaires ainsi que des programmes d’exercices.

L’organisateur

C’est le responsable logistique du groupe. Il ou elle garde une trace des ressources disponibles et communique ces informations au groupe selon les besoins. L’organisateur sait, par exemple, combien de temps les aliments stockés dureront dans le groupe aux niveaux de consommation actuels. Notez que l’organisateur devra être capable de travailler main dans la main avec l’éclaireur.

Le médiateur

C’est un rôle souvent négligé dans la planification d’un groupe de survie, mais il est essentiel au succès d’un groupe à long terme. Les compétences des personnes, telles que la résolution des conflits et la négociation, peuvent devenir tout aussi importantes que l’acquisition et la sécurité alimentaires. Tout groupe constitué d’êtres humains va avoir un conflit interne à un degré ou un autre. C’est juste la nature de la bête. Le médiateur aide tout le monde à s’entendre en s’efforçant de résoudre les conflits le plus pacifiquement possible. Gardez à l’esprit que les conflits interpersonnels au sein du groupe ne sont pas nécessairement une mauvaise chose. C’est la façon dont le conflit est résolu qui revêt une importance cruciale. Les conflits entraînent des changements, ce qui peut être une bonne chose.

Le soldat

C’est le membre responsable de la sécurité du groupe. Ce rôle est souvent celui qui s’acquitte le plus rapidement que le groupe se forme, compte tenu du nombre de Preppers et de Survivants ayant des antécédents militaires ou criminel. En fait, il n’est pas rare qu’un groupe se compose au départ de tout un groupe de soldats, mais pas d’un seul organisateur. C’est l’une des raisons pour lesquelles la formation polyvalente est si importante. C’est parfaitement bien d’avoir tout le groupe capable d’assumer les fonctions de soldat, mais ne négligez pas les autres rôles nécessaires au succès du groupe.

Le chasseur

C’est le membre du groupe qui connaît bien la chasse, la pêche et le piégeage. Il ou elle possède les connaissances, l’équipement et l’expérience nécessaires pour apporter de la nourriture à la maison de manière fiable. Un chasseur capable de se nourrir également de produits comestibles sauvages et de médicaments serait idéal.

Le pisteur

Il est non seulement très familier avec la région, mais il sait très bien où localiser les ressources en fonction des besoins. C’est le type de personne qui, avec la liste des matériaux de construction nécessaires, saura exactement où chercher et comment les obtenir. Le pisteur est également le membre du groupe qui sera le mieux placé pour alerter le groupe des menaces qui se profilent à l’horizon, en raison de leurs fréquentes incursions au-delà de l’emplacement immédiat du groupe.

Le jardinier

C’est la personne responsable de la culture de la majeure partie des aliments consommés par le groupe. Il saura non seulement quels types de plantes poussent le mieux dans la région, mais également comment organiser des jardins pour le plus grand succès. Ils pourront également conserver des semences de manière fiable pour la prochaine saison de croissance. D’autres membres du groupe peuvent être nécessaires pour une partie du travail impliqué dans les cultures (plantation, désherbage, récolte). Tous les membres du groupe doivent également apprendre les différents moyens de conservation des aliments, tels que la mise en conserve domestique et la déshydratation. Souvent, le jardinier participe également à l’élevage d’animaux destinés à l’alimentation, tels que les lapins et les poulets.

Le touche-à-tout

C’est le MacGyver du groupe. Donnez-leur du PVC, du ruban adhésif, et peut-être quelques briques et ils reviendront avec une installation de collecte d’eau qui durera des décennies. Il ou elle travaillera aux côtés de l’organisateur et du pisteur pour se tenir au courant des besoins et des fournitures disponibles.

Et vous, quelles personnes seraient indispensable dans un groupe? Laissez nous savoir dans la section commentaire.

Avertissement:Ce site Web et le matériel couvert sont à titre informatif seulement. Nous ne prenons aucune responsabilité pour ce que vous faites avec cette connaissance. En prenant et / ou en utilisant des ressources d’information de ce site Web, vous acceptez d’utiliser ces informations de manière sûre et légale, en conformité avec toutes les lois applicables, règles de sécurité et bon sens commun. Clause de non-responsabilité complète ici.

FORMER UN GROUPE DE SURVIE

Last update on 2020-09-20 at 09:33 / Affiliate links / Images from Amazon Product Advertising API

Professionnel de l'urgence le jour, mais un Preppers, un Citoyen Prévoyant 24/7. Ancien des forces armées parachutistes qui est intervenu sur plusieurs théâtres d'opération dans les années 2000. Puis je suis devenu Paramédic pendant 10 ans. Dans mon temps libre j'affronte les éléments dans des situations de survie afin de vous proposer sur ce site des articles et de l'équipement de qualité. N'hésitez pas à me contacter pour vos questions personnelles.

Nous serions ravis de connaître votre avis

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Québec Preppers
Logo
Enable registration in settings - general