TECHNIQUES DE SURVIE

Le guide du débutant sur l’évacuation

Le guide du débutant sur l’évacuation et les sacs d’évacuation

Divulgation: Si vous achetez via les liens figurants sur notre site, nous pouvons gagner une petite commission (sans frais supplémentaires pour vous). En savoir plus sur la façon dont nous travaillons ici.

La race humaine évolue depuis des milliers d’années. L’histoire est remplie d’histoires de civilisations entières abandonnant leur patrie à cause des guerres, des pandémies et des catastrophes naturelles. Ce n’est pas nouveau, pas plus que les catastrophes naturelles et celles causées par l’homme qui nous affligent encore aujourd’hui.

Nous vivons à une époque où le continent australien est littéralement en feu, où les guerres se mesurent en décennies plutôt qu’en années, et où certains pays sont gouvernés par la rage de l’instinct animal. Si cela ne vous motive pas à construire un sac d’évacuation, rien ne le fera.

La considération la plus critique pour toute évacuation est peut-être la durée. Si vous évacuez pendant une courte période en raison d’une catastrophe naturelle, vos préparatifs d’évacuation pourraient être aussi simples qu’un kit de 72 heures , comme le nomme toutes les municipalités. Si la durée est à long terme, tout se complique, surtout s’il s’agit d’une catastrophe d’origine humaine comme la guerre, ou le terrorisme.

Dans cet article, nous allons couvrir toutes les possibilités et variables liées à l’évacuation et aux sacs d’évacuation. Tout au long, vous trouverez des liens vers des articles avec plus de détails sur des aspects particuliers de l’évacuation.

Devriez-vous rester confiné ou évacuer?

Dans certains cas, ce sera un choix facile. Mais souvent, ce ne sera pas le cas. Le dilemme est d’anticiper l’inconnu. Vaut-il vraiment mieux abandonner le confort et la sécurité de votre maison? Et même si vous avez un emplacement d’évacuation bien établi, pouvez-vous l’atteindre en toute sécurité?

Voici quelques éléments fondamentaux à prendre en compte en cas d’évacuation, en commençant par 5 raisons de rester confiné:

  1. Si vous vivez dans une zone rurale ou si vous êtes en banlieue et que votre maison est entièrement approvisionnée en nourriture d’urgence et en mesures de sécurité à domicile , il est préférable de rester confiné.
  2. Si vous avez les moyens de vivre de manière autonome, vous devriez vous confiner.
  3. Si vous avez de jeunes enfants ou si vous êtes enceinte, vous devriez vous confiner.
  4. Si vous n’avez nulle part ailleurs où aller, vous devriez probablement vous confiner.
  5. Si vous n’avez pas de bonnes compétences en milieu sauvage, il est préférable de vous confiner.

Là encore, il y a de nombreuses bonnes raisons de s’évacuer. Voici le top 5:

  1. Si vous avez une retraite d’évacuation à moins de 160 km, il est préférable d’évacuer.
  2. Si vous n’avez pas le choix (une invasion imminente, un tsunami, etc.), vous devez évacuer.
  3. Si vous avez un véhicule d’évacuation solide et bien équipé, vous devriez évacuer.
  4. Si la catastrophe affecte le système de transport, vous devez évacuer.
  5. Si vous entendez des nouvelles d’initiés selon lesquelles les choses sont sur le point de se détériorer, vous devriez évacuer.

Pourquoi évacuer pourrait vous tuer

N’oubliez pas que l’évacuation est un dernier recours. Vous abandonnez essentiellement le navire. Si une menace majeure est imminente, comme une éruption volcanique ou tout ce qui peut vous tuer ou détruire votre maison, alors vous n’avez évidemment pas le choix. Mais faire le bon choix est la décision la plus cruciale que vous prendrez en cas de catastrophe.

Voici 7 raisons pour lesquelles une évacuation pourrait vous tuer :

  1. Vous évacuez rapidement et / ou n’avez pas de stratégie.
  2. Vous n’êtes pas en bonne condition physique.
  3. Vous pensez que vous pouvez y arriver seul.
  4. Vous serez exposé à l’air libre.
  5. Vous aurez du mal à trouver de la nourriture.
  6. Vous serez rapidement à court de fournitures.
  7. Vous ne connaissez pas du tout la région.

Une planification préalable appropriée pourrait empêcher certaines de ces possibilités, mais voyager sera dangereux, et si vous arrivez à un emplacement d’évacuation sans préparation, vous aurez du mal à survivre.

Quoi ne pas faire si vous restez confiné

On a beaucoup écrit sur ce qu’il faut faire en cas d’évacuation pendant une catastrophe, mais peu a été dit sur ce qu’il ne faut pas faire. De simples erreurs pourraient vous rendre malades, vous et votre famille, attirer l’attention non désirée, gaspiller des ressources ou vous faire tuer même dans ce qui peut être votre endroit le plus sûr.

Cela est particulièrement vrai lorsque vous considérez que l’alimentation sera probablement coupée. Voici quelques éléments clés pour votre «liste des choses à ne pas faire» .

  • Ne brûlez pas de bois traité.
  • Ne cuisinez pas à l’intérieur sans une ventilation adéquate.
  • Ne vérouillez pas les fenêtres de l’extérieur; faites-le à l’intérieur.
  • Ne cuisinez pas avec des récipients en métal galvanisé.
  • Ne brûlez pas de bois vert.
  • Ne présumez pas que les murs sont une couverture fonctionnelle.
  • N’essayez pas de chauffer toute votre maison.
  • Utilisez suffisamment d’eau pour tirer les toilettes.
  • Ne laissez aucune lumière briller visible de vos fenêtres.
  • Ne faites pas fonctionner votre générateur à l’intérieur.
  • Ne buvez pas d’eau non traitée.
  • Ne laissez pas une bougie allumée.
  • Soyez prudent avec les radiateurs.
  • Soyez prudent lorsque vous ouvrez la porte.
  • Ayez toujours une personne pour surveiller.
  • Ne stockez pas de carburant proche d’un feu.
  • Ne barricadez pas toutes les sorties.
  • Ne sortez pas à la lumière du jour.
  • Ne laissez pas les déchets s’accumuler à l’extérieur.
  • Faites fonctionner votre générateur uniquement lorsque vous en avez besoin.
  • Ne tirez pas de coups de semonce.
  • Ne faites jamais confiance à un étranger.
  • Ne laissez pas les voitures garées à l’extérieur.
  • Ne laissez pas vos animaux courir dehors.

Il y a des raisons à tout ce qui précède qui peuvent sembler assez évidentes.

Quoi ne pas faire si vous évacuez

Encore une fois, nous semblons toujours nous concentrer sur ce qu’il faut faire plutôt que sur ce qu’il ne faut pas faire. Voici quelques bons points pour réfléchir à ce qu’il faut éviter de faire si vous vous évacuez .

  • N’oubliez pas de payer vos factures avant d’évacuer.
  • N’annoncez pas votre départ.
  • Ne dites à personne où vous allez.
  • Chargez votre véhicule dans le garage.
  • Apportez tout ce que vous pouvez dans la voiture.
  • Ne portez pas plus de 20% de votre poids corporel.
  • N’utilisez pas les autoroutes principales.
  • Ne partez pas sans votre destination finale en tête.
  • Ne partez pas sans une histoire de couverture logique.
  • Ne restez pas sans arme.
  • N’ayez pas d’armes à feu non chargée
  • N’ayez pas l’air militaire, soyez l’homme gris.
  • Ne vous arrêtez pas la nuit où vous pouvez être vu.
  • Ne fais pas de feu la nuit.
  • Ne dormez pas tout à la fois.
  • Ne pas empiéter sur une propriété privée.
  • Ne marquez pas votre destination sur une carte.
  • N’approchez pas de votre destination immédiatement.
  • Ne devenez pas complaisant.

La complaisance peut être le plus grand danger.

Prendre la décision finale de confinement / d’évacuation

Parfois, les événements rendent la décision évidente s’ils présentent une menace immédiate, mais il peut être temps de réfléchir à ce qu’il faut faire. Voici 11 réalités qui peuvent faciliter cette décision :

  1. Vous êtes ordonné par les autorités.
  2. Une énorme tempête approche.
  3. Agitation civile / émeutes en augmentation constante.
  4. État d’urgence lancé.
  5. Les principaux dirigeants disparaissent.
  6. Des troupes se présentent à la frontière.
  7. Épidémie.
  8. Pénurie de… tout.
  9. Un effondrement des marchés.
  10. Panique bancaire.
  11. Votre maison est compromise.

Si l’inévitable devient évident et que vous n’avez pas d’autre choix que d’évacuer, vous devez mettre en œuvre votre plan d’évacuation. Si vous n’en avez pas, créez-en un.

Plan d’évacuation

Vous êtes approvisionné. Vous avez fait une liste et l’avez vérifiée deux fois. Vous avez acquis autant de connaissances que possible et vous êtes prêt à partir. Mais comment faire? Voici 4 considérations essentielles pour mettre en pratique votre plan d’évacuation .

  1. Pratiquez et apprenez à utiliser votre équipement, vos outils et votre équipement.
  2. Connaissez votre technologie, surtout s’il s’agit d’une nouvelle technologie que vous n’avez jamais utilisée.
  3. Pratiquez votre plan d’évacuation familial tous les mois et envisagez différents scénarios et plusieurs plans d’évacuation.
  4. Évaluez votre richesse de survie. Combien de temps pouvez-vous survivre avec les fournitures, les connaissances et l’équipement que vous avez assemblés?

La considération la plus critique est peut-être l’idée de scénarios d’évacuation multiples. Il est facile d’imaginer tout le monde assis autour de la table de la cuisine en train de débattre de l’opportunité d’évacuer, mais que se passe-t-il si l’un des enfants est absent et est à l’université? Et si un membre de la famille se remet d’une chirurgie récente? Et si un nouveau-né a rejoint la famille?

Toutes les situations évoluent avec le temps et vous devez évaluer votre état actuel en plus des événements qui vous entourent.

Pourquoi vous devrez peut-être évacuer rapidement

Les événements menant à une évacuation peuvent survenir rapidement. Cela est particulièrement vrai en cas de catastrophes naturelles, mais les catastrophes causées par l’homme, de la menace de guerre à une pandémie à propagation rapide, peuvent créer la nécessité d’une évacuation rapide et opportune.

Voici 7 conseils importants pour vous aider à vous évader rapidement.

  1. Élaborez un plan pour tout, du stockage à l’emballage en passant par les lieux d’évacuation.
  2. Faites une liste de tout ce dont vous avez besoin pour votre évacuation et utilisez-la comme liste de contrôle.
  3. Pré-emballez tout ce que vous pouvez pour qu’il soit prêt à l’emploi.
  4. Planifiez à l’avance les itinéraires vos trajets d’évacuation principaux et secondaires .
  5. Maintenez des niveaux de stockage minimum d’au moins 30 jours.
  6. Pré-positionnez les éléments à votre emplacement d’évacuation.
  7. Préparez des caches de survie dans des endroits semi-sécurisés sur le chemin de votre emplacement d’évacuation.

L’idée est d’anticiper les tâches chronophages et de les réaliser à l’avance afin de pouvoir évacuer rapidement.

Le défi de la sortie d’une grande ville

Évacuer d’une grande région métropolitaine comme Montréal par exemple sera un énorme défi. Les embouteillages sont la préoccupation évidente, mais une population nombreuse et désespérée créera son propre ensemble de dangers et d’obstacles. Si vous vivez dans une ville , vous devez ajouter un ensemble supplémentaire de considérations pour une évacuation rapide.

  • N’hésitez pas. Les personnes qui évacuent un lieu avant que les autorités locales n’ordonnent une évacuation évitent les embouteillages d’un départ de masse paniqué. Si les choses vont de mal en pire, prenez votre décision rapidement.
  • Rappelez-vous l’importance des itinéraires alternatifs et n’oubliez pas que les routes et les rues hors des sentiers battus peuvent être votre avenue la plus rapide pour vous échapper. Une fois qu’une autoroute est bloquée, vous n’aurez aucune option ou alternative.

Les 3 étapes critiques pour une évacuation réussie

1. Le sac d’évacuation

Il ne devrait y avoir aucun débat à ce sujet. Tout le monde devrait avoir un sac d’évacuation. Les autorités locales le recommandent. Le bon sens l’exige.

Les catastrophes naturelles récentes telles que les inondations, les incendies de forêt et les tonades en font un élément raisonnable pour tout ménage. Mais c’est une solution complexe et de nombreux facteurs doivent être pris en compte.

Choisir le meilleur sac d’évacuation

Commençons par la décision la plus critique. Comment emballer et transporter les articles qui assureront votre survie et celle de votre famille? Voici quelques-uns des éléments clés à rechercher lors de l’achat d’un sac d’évacuation :

  1. Taille – Suffisamment grande pour transporter ce dont vous avez besoin, mais pas trop grande pour qu’un individu ne puisse pas le porter sur une longue distance.
  2. Compartiments – Plusieurs compartiments vous permettent de transporter plus et de trouver facilement certains articles pendant que vous voyagez.
  3. Cadre – Un cadre répartit mieux le poids d’un sac et vous permettra de transporter votre équipement plus longtemps, plus loin et avec moins de douleur et de fatigue.
  4. Durabilité – Votre sac d’évacuation sera soumis à des conditions difficiles et sera potentiellement avec vous pendant longtemps. La durabilité n’est pas négociable. Et assurez-vous qu’il est étanche.

Et en passant, chaque membre de la famille devrait avoir son propre sac d’évacuation, chacun conçu pour convenir à l’âge, à la taille et aux besoins de cette personne.

Liste de contrôle du sac d’évacuation

La recommandation standard est d’emballer les articles dont vous auriez besoin pour survivre indépendamment pendant 72 heures. C’est pourquoi une expression courante pour un sac d’évacuation est un kit de 72 heures . C’est la recommandation faite par le gouvernement et les municipalités, la croix rouge ou la sécurité civile, et cela a du sens car il serait difficile, voire impossible, de transporter physiquement suffisamment d’articles pour toute période au-delà de trois jours.

Vous devriez également avoir des sauvegardes pour vos besoins les plus importants. Cela signifie que vous avez besoin de deux façons d’allumer un feu, de deux façons de purifier l’eau, de deux façons de cuire les aliments, de deux façons d’allumer votre camp, et ainsi de suite. Il s’agit de capacités redondantes , pas de matériel redondant. Par exemple, n’emballez pas seulement deux briquets. Emportez un briquet et une canne Ferro.

N’oubliez pas non plus d’emballer suffisamment de fournitures pour tout le monde dans votre groupe et de distribuer divers articles dans les sacs de votre groupe. Par exemple, mettez le briquet dans le sac d’une personne et la canne Ferro dans le sac d’une autre personne. De cette façon, si un sac est perdu, vous avez toujours un moyen d’allumer le feu.

Nous allons commencer avec le sac d’évacuation en tant qu’élément de survie / d’évacuation de base, puis le mettre à l’échelle pour sélectionner un véhicule et préparer un emplacement d’évacuation. Commençons par déterminer les meilleurs articles pour un sac d’évacuation . Nous allons faire cela par catégorie.

  • Communication et navigation
    • Boussole, cartes, talkies-walkies.
  • Feu et lumière
    • Briquet, pierre à feu, lampe de poche, bougies.
  • Nourriture et eau
    • Kit de cuisine, cantine, purification de l’eau, nourriture de randonnée, MRE.
  • Materiel médical
    • Trousse de premiers soins, médicaments en vente libre, médicaments sur ordonnance.
  • Hygiène personnelle
  • Abri et vêtements
    • Tente, sac de couchage, vêtements de pluie, deux vêtements de rechange, couvertures en mylar.
  • Outils et armes
    • Hache, scie, couteau, arme de poing, multi-outils, pelle pliante.
  • Objets divers
    • Ruban adhésif, insectifuge , argent liquide, guide de survie.

Considérations d’évacuation urbaine

Les environnements urbains peuvent présenter des défis uniques qui pourraient nécessiter un équipement que vous n’auriez peut-être pas envisagé. Voici quelques-unes des choses que vous pouvez rencontrer lors de l’évacuation d’un environnement urbain et ce qu’il faut emporter pour vous y préparer .

  • Rapidité. En milieu urbain, les premiers à évacuer ont un avantage. C’est une bonne raison de voyager léger et de ne pas être surchargé.
  • Soyez conscient des dangers urbains. Il est possible que vous voyagiez à travers des zones de poussière et de débris. Pensez à ce dont vous aurez besoin pour voyager dans ce type d’environnement, des gants de travail aux masques anti-poussière et au pied de biche.
  • Soyez grisN’attirez pas l’attention sur vous-même. Gardez un profil bas et intégrez-vous.
  • Soyez une menace, pas une cible. Vous rencontrerez plus de gens dans la ville que dans le désert, et beaucoup d’entre eux seront désespérés. Assurez-vous que votre groupe a l’air fort, soyez conscient de votre environnement et faites profil bas lorsque cela est possible.
  • Faites confiance à votre instinct, pas à la foule. Suivez votre plan, pas la foule. Si la foule cours sur votre chemin prédéterminé, suivez le courant.

Évitez les aliments

Bien que vous puissiez survivre 72 heures sans nourriture, cela nuirait à votre énergie et à votre moral. La nourriture apporte également du réconfort, en particulier pour les enfants. Vous devez également tenir compte de votre dépense énergétique et calorique. Vous allez probablement être très actif et marcher sur une grande distance.

Plus vous vous exercez, plus vous brûlez de calories. L’adulte moyen a besoin de 2 000 calories par jour pour maintenir son poids. L’exercice augmente cette demande calorique. Et n’oubliez pas que les aliments que vous emballez ne seront pas réfrigérés. Voici les meilleurs aliments pour votre sac d’évacuation :

  • Boeuf séché
  • Bar à petit-déjeuner
  • Friandises
  • Chocolat
  • Mélanges à boire
  • Plats lyophilisés
  • Gruau instantané
  • Noix mélangées
  • Beurre d’arachide
  • MRE
  • Multivitamines
  • Mélange montagnard

Il y a plus, mais la liste développée dans le lien peut vous donner une bonne longueur d’avance sur la façon d’aborder vos approvisionnements alimentaires. Mais quel que soit ce que vous choisissez de manger, l’essentiel est de voyager léger.

Voyager léger

Quel poids devrait peser votre sac d’évacuation? La recommandation standard est qu’il ne devrait pas dépasser 20% de votre poids corporel si vous êtes en bonne forme et pas plus de 15% de votre poids corporel si vous n’êtes pas en forme. Par conséquent, tout ce que vous emballez doit être évalué dans une certaine mesure par son poids.

Il y a des articles de sac d’évacuation que vous n’avez vraiment pas besoin d’emporter. Et en ce qui concerne les articles dont vous avez besoin, voyez si vous pouvez trouver  une alternative plus légère qui remplira la même fonction . Les outils qui consolident les fonctions en sont un exemple. Les équipements en plastique plutôt qu’en métal en sont un autre.

Vous pouvez également remplacer des objets polyvalents qui accomplissent des choses pour lesquelles ils n’ont pas été conçus. Par exemple, les collants peuvent être utilisés pour filtrer les débris hors de l’eau, fabriquer des cordons pour votre abri, éviter les ampoules aux pieds, etc.

Voyager intelligemment

Pour le dire franchement: nous sommes gâtés. Nous montons dans une voiture, sortons un smartphone et entrons une adresse, et un système sophistiqué relie une application GPS à un satellite tandis qu’une voix amicale nous guide vers notre destination en regardant une carte détaillée sur nos téléphones nous indiquant où nous sommes et où nous allons.

C’est assez remarquable… en supposant que le téléphone fonctionne. En cas de catastrophe, cela pourrait ne pas fonctionner, ce qui signifie que nous devrons recourir à un art perdu: la lecture de cartes. C’est pourquoi vous devriez prendre le temps de préparer soigneusement quelques cartes importantes pour votre sac d’évacuation :

  • Plans de la ville
  • Cartes de la région
  • Cartes de la province
  • Cartes routières d’incendie (également appelées cartes des services forestiers)
  • Cartes topographiques
  • Cartes photo
  • Cartes de chasse
  • Cartes fluviales

Les cartes que vous choisissez doivent être adaptées à votre emplacement actuel, à votre itinéraire et à votre emplacement d’évacuation. Vous en aurez besoin pour évacuer votre domicile, vous mettre en sécurité et survivre une fois sur place.

Évitez d’oublier certains éléments

Combien de fois avons-nous déchiré les tiroirs de la cuisine à la recherche du scotch, des ciseaux ou d’un stylo qui fonctionne réellement? Nos vies sont remplies de petites choses que nous tenons pour acquises. Ces besoins ne s’arrêtent pas lorsque nous partons seuls sur la route après une évacuation.

Il y a toutes sortes de choses qui ne semblent tout simplement pas faire l’unanimité sur les listes de contrôle, du kit de couture pour les vêtements déchirés au Benadryl pour une réaction allergique. Voici un lien vers 200 articles que vous avez peut-être oubliés en préparant votre sac d’évacuation. Vous pouvez décider que vous n’en avez pas besoin ou non.

Et pendant que vous y êtes, n’oubliez pas d’imperméabiliser tout votre équipement. Cela comprend votre tente, vos vêtements, votre sac à dos, votre sac de couchage et tout ce qui sera exposé aux éléments. Évacuer sous la pluie est toujours une possibilité, surtout si le mauvais temps est la cause de votre évacuation.

Survivre sans sac d’évacuation

Si vous lisez ceci, vous avez probablement déjà un sac d’évacuation ou en préparez-vous au moins un, alors pourquoi devriez-vous vous soucier de survivre sans un sac? Parce que vous ne savez jamais ce qui pourrait arriver. Une catastrophe pourrait survenir pendant que vous êtes en vacances, pendant un voyage d’affaires, etc. Ou peut-être que vous ne pouvez pas vous rendre à votre voiture ou à votre domicile (où se trouve votre sac d’évacuation). Ou peut-être qu’il a été volé. Comme je l’ai dit, on ne sait jamais.

Voici quelques choses à faire si vous devez survivre sans sac d’évacuation .

  • Gardez vos articles EDC avec vous en tout temps:
    • Couteau pliant.
    • Firestarter sur votre trousseau de clés.
    • Petit kit de survie personnel .
    • Outil Multi-fonction.
  • Trouvez un emplacement distant.
  • Construisez un abri à partir de matériaux naturels.
  • Trouvez de la nourriture et de l’eau.
  • Faites un feu si éloigné et si nécessaire.

Survivre sans sac d’évacuation ne sera pas facile, mais vous pouvez être un peu rassuré par le fait qu’après un certain temps, vous devrez de toute façon faire beaucoup de ces choses.

2. Le véhicule d’évacuation

Jusqu’à présent, nous nous sommes concentrés sur le sac d’évacuation et sur l’idée que vous vous éloigneriez de votre catastrophe. Ce qui est plus probable, c’est que vous feriez monter votre famille dans la voiture ou le camion et que vous conduisiez hors de la zone sinistrée. J’espère que vous vous dirigez vers un emplacement d’évacuation prédéterminé, et nous en parlerons plus en détail plus tard. Mais pour l’instant, prenons la route.

Les meilleurs véhicules d’évacuation

Il y a quelques fonctionnalités de bon sens que vous devriez considérer lors du choix d’un véhicule d’évacuation:

  • 4WD / AWD est le meilleur.
  • Garde au sol élevée.
  • Assez de place pour tout le monde.
  • Assez de place pour l’équipement, les fournitures, la nourriture et l’eau.
  • Bonne économie de carburant.
  • Carburant supplémentaire dans des bidons en métal dur / sans danger pour le carburant.
  • Sangles de remorquage.
  • Attelage de remorque installé.
  • Deux pneus de secours mais au moins un.
  • Une grille de protection pour le tout-terrain.

Vous ne pourrez peut-être pas répondre à toutes ces considérations, mais si vous avez la possibilité d’en accommoder facilement certaines, ce serait une bonne idée.

Sur la route, les réalités

Nous avons beaucoup parlé de l’évacuation ou de l’évacuation, mais la partie la plus dangereuse de toute évacuation en cas de catastrophe est la période pendant laquelle vous êtes en transit d’un endroit à un autre. La planification préalable et la cartographie minutieuse des itinéraires alternatifs sont certainement un facteur de réussite essentiel, mais il existe d’autres facteurs qui peuvent affecter votre survie, en particulier lorsque vous êtes sur la route.

Par exemple, il y a des choses à garder à l’esprit lorsque vous campez sur le chemin de votre emplacement d’évacuation. Même si votre destination n’est qu’à une centaine de kilomètres, tout, des embouteillages aux barrages routiers dus à une catastrophe naturelle, peut ralentir votre progression et vous amener à vous arrêter de jour comme de nuit.

Voici ce qu’il faut garder à l’esprit:

  • Choisissez la bonne zone. Hors des sentiers battus, isolé et idéalement avec accès au bois de chauffage et à l’eau.
  • Mettez en place un périmètre avec des détecteurs de mouvement pour détecter les intrus.
  • Faites attention à votre élimination des déchets.
  • Faites un feu avec soin et au minimum pour réduire la visibilité.
  • Connaître la faune de la région et les risques.
  • Continuez à bouger. Reposez-vous et partez.

Camper pendant que vous évacuez peut être nécessaire, mais c’est risqué car cela vous laisse exposé avec un minimum de ressources. C’est l’une des raisons pour lesquelles la légitime défense doit être envisagée. Il y a quelques armes à feu que vous devriez emporter lorsque vous évacuez , non seulement pour vous aider à progresser, mais aussi pour chasser et fournir une défense à votre emplacement d’évacuation.

3. L’emplacement de l’évacuation

Vous êtes enfin arrivé à votre emplacement d’évacuation. En supposant que vous en ayez un. Il n’est pas nécessaire que ce soit une cabane isolée et bien approvisionnée dans les montagnes. Il peut s’agir de la maison d’un membre de la famille ou d’un ami qui vit dans une région que vous savez être sûre. Cela peut aussi être un abri naturel dont vous êtes conscient, comme une grotte, une mine ou un terrain de camping.

Nous allons couvrir toutes les possibilités, mais pour l’instant, entrons dans les bases de ce qui fait un bon emplacement d’évacuation .

  1. Sécurité. Dans quelle mesure l’emplacement est-il défendable?
  2. Camouflage. À quel point l’emplacement est-il caché?
  3. Eau. Y a-t-il une source naturelle à proximité?
  4. Hygiène. Comment allez-vous rester propre?
  5. Abri toute saison. Hiver. Printemps. Été. Automne.

Tout aussi important est de stocker à votre emplacement d’évacuation . La meilleure façon de le faire est de le pré-stocker afin de disposer de la plupart des articles dont vous aurez besoin à votre arrivée. Dans une large mesure, ces articles et préparations sont similaires à toutes les préparations que vous avez faites à la maison. Vous pouvez certainement transporter certains de ces objets vers votre emplacement d’évacuation, mais avoir certains de ces objets déjà là simplifiera l’épreuve.

Le stockage d’un emplacement d’évacuation a un prix, cependant, et ce n’est pas seulement une question de coût des articles. Un endroit éloigné qui est pour la plupart inoccupé est une cible facile pour les voleurs. Vous pouvez faire des voyages fréquents vers votre emplacement et même des vacances là-bas, mais les habitants remarqueront rapidement si personne n’est à la maison.

Le plus grand risque peut survenir immédiatement après la catastrophe et avant que vous y arriviez. Cela peut être décourageant, mais il existe des moyens de défendre votre emplacement d’évacuation , ainsi que vous-même.

  • Évaluez à quel point votre emplacement est défendable.
  • N’oubliez pas qu’il y a la sécurité dans les nombres.
  • Gardez le lieu secret.
  • Ajoutez des défenses.
  • Acquérir des armes défensives appropriées.
  • Ayez un stock sain s’il est piégé sur place.
  • Ayez une issue de secours.

Une fois que vous vous êtes installé dans votre emplacement d’évacuation, vous devrez rapidement faire quelques ajustements. Cela est particulièrement vrai si la zone est géographiquement différente de votre maison ou est un emplacement primitif. Dans ces cas, vous devrez peut-être vous adapter à certains environnements extrêmes. Les choses que vous devrez ajuster à inlcure inclure:

  • Chaleur.
  • Du froid.
  • Conditions de voyage.
  • Sources alimentaires nouvelles et variées.
  • Solutions médicales improvisées et naturelles.

Pour certaines personnes, ce ne sera pas un problème pour la simple raison qu’ils n’ont pas d’emplacement d’évacuation. La plupart des gens appartiennent probablement à cette catégorie. Mais cela ne veut pas dire que vous n’avez pas d’options. Voici ce qu’il faut faire si vous n’avez pas d’emplacement d’évacuation :

  • Campings si c’est l’intersaison et que l’évacuation est temporaire.
  • Les mines sont une possibilité, mais vous pourriez avoir de la compagnie. Les mines abandonnées sont très dangereuses.
  • Les villes fantômes sont une autre possibilité, mais là encore, vous n’êtes peut-être pas seuls.
  • Les usines et les entrepôts peuvent être abandonnés, selon la nature de la catastrophe.

Une chose que ces emplacements ont en commun est qu’ils ne conviennent que pour une occupation à court terme. À long terme, ils attireront de plus en plus de gens, et s’il n’y a pas d’application de la loi, les choses pourraient devenir dangereuses.

Cependant, il existe des endroits à éviter qui pourraient offrir une meilleure sécurité. Ils sont définis par les routes forestières à travers l’Amérique du Nord et particulièrement chez nous au Canada. Ils conduisent tous à des endroits éloignés et sont rarement parcourus.

Êtes-vous vraiment prêt?

Jusqu’à présent, nous avons couvert certains facteurs de base affectant une sortie d’évacuation: le sac d’évacuation, le véhicule d’évacuation et l’emplacement de l’évacuation. Les deux premiers sont les plus critiques. Tout le monde devrait avoir un sac d’évacuation prêt, et tout le monde devrait penser à voyager dans le cadre de toute évacuation.

Mais le troisième facteur – l’emplacement du lieu d’évacuation – peut être le plus important en cas d’évacuation à long terme. Voici quelques éléments à considérer si vous vous inquiétez pour le long terme.

Comment évacuer si vous n’avez pas de terrain

S’il y a une catastrophe suffisamment grave pour que vous soyez obligé d’évacuer, cela ne signifie pas nécessairement qu’il y a un chaos généralisé dans tout le pays. Il est possible que les choses soient proches de la normale dans un état voisin. Dans ce cas, vous devriez pouvoir trouver un emplacement d’évacuation, même si vous n’avez pas de terrain.

  • Terres publiques dans une autre province.
  • Hôtels pour séjours prolongés.
  • Terrains de camping des parcs nationaux et provinciaux.
  • Grottes.
  • Votre véhicule, VR ou caravane.

Si cela vous semble trop risqué, le moment est peut-être venu de penser à acheter une propriété et à établir cette cabane isolée. Il existe de endroits qui offrent des propriétés abordables avec le type de géographie idéal pour une cabine d’évacuation.

Et rappelez-vous, l’emplacement que vous choisissez sera probablement un endroit sauvage qui correspond à vos intérêts et à votre style de vie. À cet égard, vous construisez une maison de vacances qui pourrait non seulement répondre à vos besoins en cas de sinistre, mais aussi vous offrir une retraite confortable où vous pourrez profiter du plein air et un jour… appeler votre maison de retraite.

N’hésitez pas à en parler sur le forum: www.forum.quebecsurvieurbaine.com

Vous aimez nos articles?

Découvrez nos Ebooks.
Ils regorgent d’informations sur la préparation, l’autonomie, la résilience, la survie.
Téléchargement instantané – Vous pouvez même les imprimer pour une utilisation en cas de bris du réseau.


Avertissement: Ce site Web et le matériel couvert sont à titre informatif seulement. Nous ne prenons aucune responsabilité pour ce que vous faites avec cette connaissance. En prenant et / ou en utilisant des ressources d’information de ce site Web, vous acceptez d’utiliser ces informations de manière sûre et légale, en conformité avec toutes les lois applicables, règles de sécurité et bon sens commun. Clause de non-responsabilité complète ici.

Le guide du débutant sur l’évacuation

Professionnel de l'urgence le jour, mais un Preppers, un Citoyen Prévoyant 24/7. Ancien des forces armées parachutistes qui est intervenu sur plusieurs théâtres d'opération dans les années 2000. Puis je suis devenu Paramédic pendant 10 ans. Dans mon temps libre j'affronte les éléments dans des situations de survie afin de vous proposer sur ce site des articles et de l'équipement de qualité. N'hésitez pas à me contacter pour vos questions personnelles.

Nous serions ravis de connaître votre avis

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Québec Preppers
Logo
Enable registration in settings - general