Vous voulez savoir quand nous publions?
Nous vous enverrons un email seulement quand c'est nécessaire. N'est-ce pas cool?
Souscrire!

Nous ne vous enverrons pas de spam et sécuriserons vos données personnelles

Untitled Document
PRÉPARATION URBAINE

9 questions à poser avant d’accepter des personnes dans votre groupe de survie

9 questions à poser avant d’accepter des personnes dans votre groupe de survie

Nous en parlons tout le temps et cela a fait l’objet d’innombrables débats tant sur le site Québec Survie Urbaine que sur d’autres sites. Le scénario ressemble à ceci: TEOTWAWKI est arrivé. Les causes pourraient être nombreuses, mais la réalité dans laquelle vous vivez est devenue si mauvaise que toute votre planification et votre préparation sont mises en action. Ce n’est plus un exercice hypothétique, c’est une situation de survie.

Vous, votre famille et vos amis les plus proches êtes enfermés dans votre bunker / maison de banlieue avec toutes vos provisions, de l’eau potable, des médicaments, de la nourriture pour 12 mois et une puissance de feu suffisante pour garder vos prédateurs à bonne distance au assez longtemps pour qu’ils puissent aller mourir à la porte de quelqu’un d’autre si l’envie lui tente.

 

Mais inévitablement, votre groupe devra grandir. Il se peut que vous ayez besoin de personnes supplémentaires pour vous aider dans les tâches quotidiennes d’entretien d’un jardin assez grand, qui produit suffisamment de nourriture pour vous et votre famille, ainsi que de l’espace pour ranger l’hiver. Vous pourriez avoir besoin de quelqu’un ayant des compétences dans la réparation de machinerie ou dans l’entretien de votre bétail que vous avez commencé à élever juste avant que tout parte en vrille. Vous pourriez avoir besoin de gens qui peuvent développer votre système électrique alimenté par panneau solaire et donner un sens à tous ces volts, ampères et watts que vous n’avez jamais eu le temps d’utiliser. Vous pourriez avoir besoin de personnes supplémentaires pour la défense de votre quartier ou votre propriété parce que vous et vos amis ne pouvez tout simplement pas garder le périmètre que vous avez identifié 24 heures par jour, obtenir des dizaines de litres d’eau du ruisseau et travailler une journée complète sur la production alimentaire pour aider à garder les choses en action.

Votre groupe de survie doit grandir pour survivre

je sais ce que pensent certains d’entre vous. Vous devriez avoir toutes ces compétences prises en charge et identifiées bien avant cette hypothétique TEOTWAWKI dont je parle et dans un monde parfait, je suis d’accord. Vous serez également situé à 50 km de la personne la plus proche cachée derrière une cascade magique que personne ne trouvera jamais. Cependant, la réalité est un genre de film différent. Même si j’arrêtais de travailler (y compris d’écrire ce blog) et que je me consacrais entièrement à apprendre tout ce que je pouvais, je ne serais encore qu’une seule personne. Et croyez moi, vous devriez dès lors, trouver des gens partageant les mêmes idées que vous et qui pourraient rejoindre votre groupe de survie et commencer la même formation que vous.

Oui je sais. c’est plus facile à dire qu’à faire, et moi même, je n’ai pas trouvé ce genre de personne dans mon entourage et je vous parie une bière que la plupart d’entre vous sont dans le même cas. Oui, nous avons tous fait d’énormes progrès pour nous préparer, mais vous ne pouvez tout simplement pas tout faire vous-même.

 

En supposant que vous n’êtes pas comme moi (ou le reste d’entre nous) et que vous avez déjà un groupe de 12 personnes entraînées tactiquement, un emplacement parfait et des spécialistes dans toutes les compétences comme dans le film 13 hours, même vous et votre groupe avez finalement besoin d’ajouter de nouvelles personnes à votre équipe. Les gens se blessent et meurent. Les gens vieillissent et à moins que vous ne prévoyiez de marcher dans les bois toute votre vie, en restant dans l’ombre et en agissant comme un Ninja invisible, vous devez considérer quelles questions vous pourriez être forcé de demander aux gens avant de les accepter dans votre groupe de survie.

Faire la part des choses

Vous pourriez être dans la situation inverse et vous retrouver à la recherche d’un autre groupe parce que, pour une raison ou une autre, vous êtes seul. Cela peut arriver. Juste parce que nous avons tous des plans pour le repli à distance, cela ne veut pas dire que vous ne croiserez jamais personne. Quelqu’un pourrait s’aventurer vers votre lieu de repli, passer devant vos petites rangées de fruits et légumes frais et tuer tout le monde sauf vous. Vous pourriez affronter tout le monde sous une pluie de balles, mais si ce n’est pas votre style? En supposant que vous n’êtes pas la victime d’un groupe de criminels qui voulaient ce que vous aviez et possédaient les compétences ou la chance de vous le prendre, que se passerait-il si vous rencontriez des gens qui voulaient faire partie de votre groupe? Quelles sont les questions que vous pouvez vous poser pour décider si quelqu’un mérite d’entrer dans votre groupe?


Quelles sont les questions que vous pouvez vous poser pour décider si quelqu’un mérite d’entrer dans votre groupe? Prenez-vous le risque?

Cette liste ci-dessous vous donne juste quelques exemples, mais couvre beaucoup de différents scénarios, je pense. Disons que quelqu’un s’approche de votre lieu de repli ou votre maison. Il marche et votre équipe de sécurité est alertée bien à l’avance de son approche. Après des conversations initiales tenues derrière la ligne de périmètre de sécurité, vous pensez qu’il ne sera pas une menace et vous l’inviter à parler. Ce voyageur dit qu’ils marchent depuis des semaines, qu’il se sent faible et fatigué, et veut savoir s’il peut rejoindre votre groupe.

1. Vous inspire t-il confiance? – Pour moi, c’est le premier test, mais je ne pense pas que ce soit une case à cocher que l’on peut frapper dès le début. Je crois qu’il y a plusieurs niveaux de confiance. Je peux faire confiance à un étranger pour parler à mes enfants, peut-être jouer à un jeu avec eux dans la cour de récréation, mais je ne leur tournerai pas le dos une seconde. Avez-vous un bon feeling de cette personne qui ne se sent pas bien? Est-ce son état de santé s’aggrave ou s’améliore quand vous lui parler?

 

2. Apporte-il les compétences / ressources dont votre groupe a besoin? – Peut-être il est infirmier et a une formation médicale? Que se passe-t-il si cette personne est un mécanicien et qu’il sait comment réparer ce tracteur que votre voisin a laissé derrière lui avant de partir en ville? Et s’il est charpentier et peut construire une maison et rendre la structure existante plus sûre? Il y a beaucoup de compétences que je pense pourraient être utiles et cette personne pourrait permettre à votre groupe d’aller beaucoup mieux. De plus, il peut apporter du matériel ou des fournitures ou d’autres ressources dont votre groupe a besoin.

3. Avez-vous les ressources pour le soutenir? – Une autre bouche à nourrir. Oui, c’est ce qui nous préoccupe régulièrement. Vous avez stocké suffisamment de nourriture pour vous et votre famille, mais personnes d’autres?! Toute bouche supplémentaire à nourrir enlèverait de la nourriture à vos enfants. C’est certainement vrai, mais il faut voir les faits autrement et sur le long terme. Et si cette personne supplémentaire pouvait vous aider à produire 100% de nourriture en plus? Cela vaut-il la peine de réduire à court terme l’ensemble de vos stocks d’aliments? Et s’il était un trappeurs qualifié et qu’il avait des douzaines de petits collets dans son sac à dos et pourraient vous apprendre à faire les vôtres? Je veux dire que bien des animaux pourraient être capturés…

4. Quelle situation l’a amené à votre porte? – Vous pouvez aussi lui demander ce qui l’a mis sur la route et avoir des renseignements qui pourraient vous aider, vous et votre groupe. Il peut provenir d’endroits que vous ne connaissiez pas, ou pourrait partager les événements qui se passent ici et là d’où il vient. A t-il été expulsé d’un autre groupe? Cela pourrait aussi être très révélateur.

5. À quel point êtes-vous désespéré / charitable? – Cela pourrait changer considérablement le poids de la balance le jour où un étranger apparaît. La charité peut être établie et donnée sans nécessairement amener un étranger dans votre maison. Si vous voulez offrir de la charité à cette personne, vous pouvez toujours et devriez. Peut-être que vous ne leur faites pas assez confiance pour les laisser entrer dans votre groupe, mais vous voulez les aider. Des moments comme celui-ci appellent à un plan de distribution de charité qui ne vous met pas en danger, vous ou quelqu’un d’autre dans votre groupe. Le contre-pied de cette pièce est peut-être que vous voulez le laisser entrer. Il se peut que vous ayez désespérément besoin de compétences médicales parce que votre femme est malade ou mourante. Tout cela doit être pesé.

6. Dans quelle mesure connaissez-vous cette personne? – Dans ce cas, c’est un étranger, mais les gens que vous connaissez pourraient marcher dans votre rue tout aussi facilement. En fait, je pense que ce seront les gens que nous connaissons qui viendront frapper avant que de parfaits étrangers ne le fassent. Quelqu’un qui sait que vous pourriez les aider avant de les faire fuir avec un fusil de chasse. Un étranger pourrait obtenir un type différent de salutation. En supposant que c’est une connaissance, à quel point connaissez-vous le personnage?

7. Est-ce que les autres membres de votre groupe connaissent la personne? Vous pourriez vous trouver dans une situation où quelqu’un dans votre groupe connaît la personne qui supplie d’entrer. Cela pourrait être l’ami de vos enfants ou de votre conjoint. Ce pourrait être les parents d’un autre membre du groupe. À un certain niveau, connaître la personne que vous envisagez d’inclure est préférable à un parfait inconnu, mais cela ne garantit pas qu’ils seront meilleurs pour votre groupe.

8. Que pensent les autres membres de votre groupe? – Sur beaucoup de choses, j’ai une réaction presque immédiate au niveau de l’instinct. D’habitude, je sais d’une façon ou d’une autre de quelle manière je vais décider, mais je me rends compte que la plupart des situations dans lesquelles je me trouve chaque jour impliquent des choses insignifiantes. Ça n’a pas vraiment d’incidence si je fais une erreur maintenant. Dans une situation TEOTWAWKI, une erreur pourrait me tuer et tuer d’autres personnes. Sur de grandes questions comme l’ajout d’une nouvelle personne à votre groupe, il serait logique d’obtenir un vote de chacun des membres adultes. La dissidence devrait être discutée et même un accord complet devrait être soigneusement examiné.

9. Que dit votre instinct? – Pour en revenir à l’instinct, mon appareil de mesure préféré. Faites confiance à votre instinct, à condition qu’il vous ait bien servi dans le passé. Si vous avez des antécédents de mauvaises décisions, vous devriez peut-être faire confiance à l’instinct de quelqu’un d’autre. Habituellement, le mien est assez fiable. J’espère que le vôtre le sera aussi.

 

Voilà donc mon argument en faveur de la possibilité de considérer les étrangers comme faisant partie de votre groupe à un moment donné. Je suis sûr qu’il y a ceux qui ne sont pas d’accord. Laissez-moi savoir ce que vous pensez. Souhaitez-vous ne jamais autoriser un individu dans votre groupe?

9 questions à poser avant d’accepter des personnes dans votre groupe de survie

Print Friendly, PDF & Email

Réagissez en laissant un commentaire Facebook

Je suis un professionnel de l'urgence le jour, mais un preppers 24/7. Je suis un ancien des forces armées parachutistes qui a intervenu sur plusieurs théâtres d'opération dans les année 2000. Puis je suis devenu Paramedic pendant 10 ans. Dans mon temps libre j'affronte les éléments dans des situations de survie afin de vous proposer sur ce site des articles et de l'équipement de qualité. N'hésitez pas à me contacter pour vos questions personnelles.

Québec Survie Urbaine