TECHNIQUES DE SURVIE

Conseils de survie sur le littoral – Rester en vie près de la mer

DERNIÈRE MISE À JOUR LE

Conseils de survie sur le littoral – Rester en vie près de la mer

Divulgation: Si vous achetez via les liens figurants sur notre site, nous pouvons gagner une petite commission (sans frais supplémentaires pour vous). En savoir plus sur la façon dont nous travaillons ici.

La grande majorité de la population du Canada vit à quelques heures de route d’un littoral. Par conséquent, nous pouvons théoriquement supposer que la majorité des Canadiens, face à un scénario SHTF, seront à distance de déplacement d’un océan ou d’une mer ou d’un lac. Ces conseils de survie sur les rives vous seront utiles si vous vous trouvez parmi ces personnes.

C’est une chance, en effet, si l’on considère les ressources exceptionnelles que le rivage a à offrir à un survivant avisé. La façon dont on mène les activités de survie en milieu sauvage le long d’une côte sera régie ou affectée par le type précis de littoral sur lequel se trouve le survivant.

Conseils de survie sur les rives

Par exemple, les rives rocheuses des zones tempérées peuvent fournir à un survivant des moules, des mollusques, un assortiment d’algues et divers échinodermes, qui peuvent tous être comestibles ou autrement utiles. Les bassins de marée trouvés dans les affleurements rocheux peuvent contenir des poissons de taille et de quantité surprenantes, ainsi que les produits comestibles mentionnés ci-dessus.

D’un autre côté, un rivage sablonneux dans cette même zone peut fournir des sources de nourriture similaires, mais ces aliments peuvent être un peu plus difficiles à trouver. Là encore, ce fait peut être contrebalancé par la facilité avec laquelle on peut acquérir de l’eau agréable au goût dans la région sablonneuse, par opposition à celle rocheuse. Au lieu de chercher des ruisseaux ou des criques comme le survivant «rocheux» serait probablement obligé de le faire, le survivant «sablonneux» pourrait bien creuser un trou peu profond sur une plage et avoir beaucoup d’eau.

Donc, ce que nous avons ici sont des soi-disant «compromis». Une zone est bien adaptée pour la nourriture, l’autre plus pour l’eau douce. Ce qu’ils ont en commun, cependant, c’est l’arrière-pays, c’est-à-dire la terre derrière le rivage lui-même. Ce que cet arrière-pays contient pour les abris et le matériel, l’amadou, le bois d’allumage et le carburant pour un feu, et les éventuels matériaux de signalisation peuvent faire une énorme différence de temps dans la facilité avec laquelle un survivant pourrait être secouru. Le terrain de cette région aussi, et le fait que le survivant soit sous le vent d’une péninsule, d’une île ou d’une chaîne de montagnes côtière jouera un rôle important.

Comme vous pouvez le voir, il y a beaucoup de variables ici. Nous savons que tout survivant, quelle que soit sa situation exacte, devra faire face non pas à un, mais probablement plus, de cinq domaines de compétence, à savoir les premiers secours, les signaux, la construction d’un feu, la nourriture et l’eau et l’abri. Ces cinq sujets de préoccupation sont collectivement appelés le «modèle de survie».

Premiers soins

Le rivage présentera au survivant des préoccupations particulières. Les côtes des océans et des mers sont pour le moins des lieux uniques. D’étranges créatures marines peuvent être trouvées sur ou juste au large.

Tout peut rapidement et facilement faire de la vie une lutte terrible pour le survivant imprudent. Les blessures qui semblent mineures au début ont la méchante habitude de devenir atrocement douloureuses, voire mortelles, dans un laps de temps remarquablement court. Le survivant qui ne peut ou ne traite pas toutes les blessures rapidement et correctement est une menace pour sa propre existence.

En marchant sur des rochers, je n’ai pas réussi à traiter immédiatement deux minuscules coupures qui étaient apparues sur un orteil de chaque pied. au bout de quelques temps, mon orteil est devenu douloureux et rougeâtre. Je pouvais supporter la douleur, qui, je suppose, allait bientôt disparaître. À l’aube, je savais que j’avais fait une grave erreur.

Une blessure très courante subie par les survivants le long du littoral est l’abrasion. Les abrasions, en particulier celles causées par le corail ou les rochers, peuvent s’infecter en un rien de temps – une situation que le survivant doit éviter. La prudence est la clé pour les éviter. Portez toujours des chaussures qui réduiront vos chances de trébucher et de tomber, que ce soit dans ou hors de l’eau. Utilisez un bâton tout en fouillant dans les bas-fonds.

Signaux

Bien que les côtes sablonneuses soient généralement préférables pour la construction et l’utilisation de signaux visuels, le rivage rocheux peut être tout aussi facile pour le survivant rusé. Beaucoup, sinon la plupart des rives ont des algues marines sur ou à proximité. Certaines espèces d’algues sèches produisent beaucoup de fumée lorsqu’elles sont entassées sur un feu ardent. Cette même algue peut être utilisée pour inscrire «SOS» sur une plage.

Si vous avez des raisons de croire que le sauvetage sera effectué par hélicoptère, placez vos feux d’algues en ligne, trois d’entre eux, à environ 25 mètres de distance si vous avez la chambre. Cela permettra au pilote d’avoir une bonne idée de la direction du vent dans la zone d’atterrissage. Si j’étais toi, je ne partirais jamais sans avoir pris un miroir de signalisation. Qui sait combien de survivants ont été secourus parce qu’ils ont «flashé» un avion qui passait avec un miroir de signalisation?

Les signaux audio peuvent être utiles sur un rivage, mais beaucoup ont tendance à être détruit par les vagues. Comme pour toutes les parties de ce système de survie, L’utilisation du signal doit être une de vos priorités. N’oubliez pas que ce même vent qui a neutralisé facilement l’efficacité de votre sifflet peut également neutraliser vos feux de signalisation. Vous devez vérifier l’ensemble de vos installations de signaux de détresse pour déterminer leur état de préparation.

Ils doivent être prêts à être allumés à tout moment que ce soit comme signal de détresse ou feu de camp. Si je le pouvais, et je le fais souvent, j’aurais trois signaux visuels et trois signaux audio préparés pour une utilisation à tout moment, de jour comme de nuit. Si je savais qu’un ou deux ne seraient d’aucune utilité à un moment donné, j’aurais des suppléants en tête. Tous mes signaux attireraient l’attention d’un passant.

Feux

Le choix du site du feu est extrêmement important lorsqu’il doit être utilisé par un survivant du littoral. Très souvent, le meilleur emplacement pour votre site de feu sera près de l’endroit où l’arrière-pays rencontre le rivage lui-même. Cette zone frontalière peut fournir au survivant un accès rapide à ses ensembles de feux de signalisation, ainsi qu’aux matériaux de construction de feu à la fois sur la plage et dans l’arrière-pays lui-même. En d’autres termes, cela vous place au cœur de l’action.

En ce qui concerne le «triangle» de feu – chaleur, combustible et oxygène -, cette région protège également le feu contre les grands vents et d’autres éléments qui pourraient avoir un effet négatif sur votre feu de camp. L’amadou peut prendre de nombreuses formes le long de la côte. Les plages de sable ont souvent de fines herbes poussant derrière les dunes. Les algues cachées par la mer à marée haute peuvent devenir visibles et accessibles à marée basse. Une fois séché au soleil, cela peut faire un bon amadou.

Dans les zones subtropicales, les enveloppes intérieures des noix de coco peuvent être déchiquetées et séchées. si nécessaire. Il fait de l’amadou fin. Dans les zones tempérées, le rivage peut être bordé de conifères. Prenez quelques-unes des branches les plus basses dénudées d’aiguilles et faites en des copeaux résineux. Eux aussi peuvent être utilisés comme amadou. Le petit bois peut gêner ces mêmes branches de conifères, mais un peu plus épais. Le bois flotté peut être coupé en fines sections, pas plus épaisses qu’un crayon, et utilisé comme bois d’allumage.

Et le carburant? Les rivages sont souvent un bon endroit car ils sont soumis à de violentes tempêtes. Ces tempêtes font exploser les arbres et parfois même déchirent les racines. Les branches de ces arbres peuvent être utilisés à bon escient comme combustible pour vos feux.

L’intérieur d’un arbre mort et tombé, connu sous le nom de bois punk, constitue un excellent carburant dans de nombreux cas. Creusez-le avec un couteau ou un bâton trempé. Il y a de fortes chances que le matériel dont vous avez besoin pour votre feu soit à portée de main. Asseyez-vous et réfléchissez. Vous allez le trouver.

Nourriture et eau

Les rives rocheuses et sablonneuses peuvent offrir une incroyable variété d’aliments, de plantes ou d’animaux. Une compréhension complète de l’écosystème du rivage sera d’une grande aide pour le survivant lorsqu’il s’agit de trouver et de préparer cette nourriture. Ce niveau de compréhension n’est pas facile à atteindre. J’étudie la mer depuis de nombreuses années, mais je me retrouve toujours en mode apprentissage chaque fois que je m’aventure sur le rivage ou en mer.

Sur les rives sablonneuses, le sable lui-même peut héberger des crabes, des palourdes et tout un marécage d’autres créatures qui peuvent être utilisées à bon escient, comme des vers et d’autres choses. Savoir ce que vous regardez vous permettra de l’utiliser.

La zone de surf d’une plage de sable peut abriter une vaste gamme de poissons. Dans certains cas, vous pouvez voir ces habitants nager dans la vague. Sortez votre équipement de pêche et foncez! Pas d’appât? Il y a des appâts, mon ami.

J’assistais une fois à un cours de survie en mer. Un de mes collègues m’a surpris un matin avec plusieurs vers de terre qu’il avait trouvé en creusant dans le sable. Je n’avais jamais trouvé de vers de cette nature dans ce sable auparavant, malgré mes quelques trous creusés dans plusieurs plages. Néanmoins, il les a trouvés là-bas du premier coup.

Les zones rocheuses peuvent contenir de délicieuses spécialités comme les moules, les patelles et une foule d’autres mollusques comme des escargots de toutes sortes dans les marées et des algues.

L’approvisionnement en eau le long de la côte peut être aussi simple que la nourriture. Cela ne veut pas dire que ce sera facile. Essayez de creuser trois ou quatre pieds dans le sable, derrière la première dune sur une plage. Rappelez-vous, cette dune pourrait être une simple élévation à peine perceptible dans le sable. Soutenez les côtés pendant que l’eau s’infiltre dans le trou et attendez quelques heures. Les deux pouces supérieurs ou plus de cette eau seront potable, mais peut-être un peu de goût sulfureux.

Pourquoi attendre? Il permet à l’eau salée de se déposer. Si le sable est moins qu’abondant sur votre plage, cherchez sur le rivage des débouchés de criques et de ruisseaux. Vérifiez l’arrière-pays pour la même chose, ainsi que des flaques d’eau, des étangs, etc. Votre carte peut vous indiquer où chercher. Que diriez-vous de la base d’une falaise ou d’un surplomb rocheux? Peut-être que de l’eau s’y est accumulée. Il pleuvait récemment? Préparez des conteneurs pour recueillir les prochaines précipitations.

Abris

De tous les éléments de la nature, le vent, à mon avis, est le problème le plus fréquemment rencontré qui a des effets néfastes sur les abris le long de la côte. Ce problème peut être minimisé par une bonne sélection du site, l’improvisation et une bonne construction. En d’autres termes, préparez-vous au mauvais temps!

Selon les conditions locales, deux des abris les plus utilisés sur les sites de survie du littoral sont les tranchées adossées de la plage. Nous avons tous vu de nombreux appentis. Ils sont polyvalents et peuvent facilement être modifiés pour s’adapter à la situation. Si c’est ce que vous avez l’intention de construire, assurez-vous qu’il est construit pour survivre aux rigueurs de la côte. Renforcez tous les points faibles avec tout ce qui est à portée de main car il est au-dessus du sol. les éléments feront de leur mieux pour le détruire.

Un abri en tranchée le long de la plage est utile sur les rives sablonneuses. Creusez une tranchée suffisamment profonde pour vous protéger, mais pas assez profondément pour amener les eaux souterraines au fond de celle-ci. Renforcez les côtés. De l’arrière-pays et de la plage elle-même, collectez des matériaux pour construire un toit, et faites-le. Ce toit sera exposé aux éléments, alors renforcez-le comme vous le feriez pour un de vos camps de base. Tapisser le sol de végétation de l’arrière-pays.

Oh oui. Je vous suggère de construire cette tranchée le long de la plage au-dessus de la ligne de marée haute, qui peut être reconnue par la ligne de débris. Sinon, vous aurez construit une piscine au lieu d’une maison. Bien sûr, cette piscine ajoutera de la valeur à la propriété!

Conclusion

Comme vous pouvez le voir, le rivage offre beaucoup pour le survivant. S’il y avait un endroit où j’avais le choix de survivre, je choisirais proche d’un littoral. Les possibilités sont infinies. Assurez-vous également de consulter les autres articles, car vous trouverez des informations plus utiles à ajouter à vos conseils de survie sur le littoral.

N’hésitez pas à en parler sur le forum: www.forum.quebecsurvieurbaine.com

Vous aimez nos articles?

Découvrez nos Ebooks. Ils regorgent d’informations sur la préparation, l’autonomie, la résilience, la survie. Téléchargement instantané – Vous pouvez même les imprimer pour une utilisation en cas de bris du réseau.

Avertissement:Ce site Web et le matériel couvert sont à titre informatif seulement. Nous ne prenons aucune responsabilité pour ce que vous faites avec cette connaissance. En prenant et / ou en utilisant des ressources d’information de ce site Web, vous acceptez d’utiliser ces informations de manière sûre et légale, en conformité avec toutes les lois applicables, règles de sécurité et bon sens commun. Clause de non-responsabilité complète ici.

Conseils de survie sur le littoral – Rester en vie près de la mer

Professionnel de l'urgence le jour, mais un Preppers, un Citoyen Prévoyant 24/7. Ancien des forces armées parachutistes qui est intervenu sur plusieurs théâtres d'opération dans les années 2000. Puis je suis devenu Paramédic pendant 10 ans. Dans mon temps libre j'affronte les éléments dans des situations de survie afin de vous proposer sur ce site des articles et de l'équipement de qualité. N'hésitez pas à me contacter pour vos questions personnelles.

Nous serions ravis de connaître votre avis

Laisser un commentaire

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Québec Preppers
Logo
Enable registration in settings - general