Vous voulez savoir quand nous publions?
Nous vous enverrons un email seulement quand c'est nécessaire. N'est-ce pas cool?
Souscrire!

Nous ne vous enverrons pas de spam et sécuriserons vos données personnelles

ESSENTIELS DE LA SURVIE

Force intermédiaire et évitement des conflits

Force intermédiaire et évitement des conflits

Regardez autour de la sphère des armes à feu la prochaine fois que vous allez sur Internet. Lorsque vous regardez toutes les vidéos sympas de divers exercices et évolutions d’entraînement, est-ce que quelque chose vous semble étrange?

Lorsque vous discutez d’un scénario «Que feriez-vous?» avec des amis ou des collègues, avez-vous l’impression que tout est acquis d’avance? Existe-t-il des tactiques et des techniques qui échappent à la pratique régulière de techniques susceptibles de sauver des vies?

Je pense que oui, et ces techniques consistent à éviter et à utiliser des options de force intermédiaire. En d’autres termes, votre citoyen moyen, même un citoyen branché, hautement entraîné et doué en armes, s’entraînera ou s’exercera de manière à ce qu’un conflit avec une menace ou une menace potentielle aboutisse à un coup de feu.

Étant donné que la grande majorité des combats et des conflits se terminent et devraient se terminer de la manière opposée, qu’aucun coup de feu ne devrait être tiré même si la force est requise, il s’agit là d’un défaut méthodologique flagrant que vous devez corriger sérieusement.

Dans l’article d’aujourd’hui, je vais vous servir des informations que j’espère, vous en tiendrez compte afin que vous puissiez avoir plus d’options défensives que «prier» et «aller aux armes à feu» dans un contexte de WROL. Alors, gardez toute vos armes dans votre sac et commençons.

Ajustement d’attitude

Quelque chose doit être abordé à l’avance pour replacer cet article dans son contexte. En supposant que vous soyez un civil dont le travail est autre que «d’amener les criminelles en prison ou de les surveiller» ou même de «tuer des combattants ennemis», vous devriez faire tout ce qui est en votre pouvoir pour éviter les ennuis, ne pas le commencer, ni même vous laisser entraîner. Toutes les occasions d’éviter, de fuir ou de se retirer d’une confrontation devraient être saisies. Dans un monde WROL il en est tout autant bien que les circonstances soient plus compliquées à gérer.

Je suis sûr que quelques-uns d’entre vous qui lisez ont probablement été hérissés. Vous n’êtes pas un lâche au genou faible. Vous n’allez pas laisser un ”chialeux” vous pousser par ce qu’il veut quelque chose de vous ou n’est pas d’accord avec vous Etc. etc. Je comprends, vraiment. Et j’étais comme vous avant que je ne commence le Krav Maga. Mais mettons de coté votre ego. Vous ne pensez pas objectivement. Vraiment, vous ne pensez pas du tout à votre objectif.

En tant que civil, votre seul objectif devrait être de survivre. Vous avez des gens qui comptent sur vous, vos amis, votre famille et d’autres amis de votre réseau de survie. Le point culminant de la survie en matière de combat est de ne pas combattre du tout, si possible, et si vous le devez finalement le faire, faites le avec le moins de dégâts physiques, financiers et sociaux possibles. Non, ce n’est pas cool mais c’est ainsi.

Beaucoup d’entre nous, même la plupart d’entre nous, au fond de nous-mêmes voulons être le point fixe contre le mal, contre les ténèbres qui grignotent la société bonne et décente. C’est louable et compréhensible. Mais la vraie vie n’est pas un conte de fées, et vous n’êtes pas le chevalier errant sur le cheval blanc comme neige.

Conséquences

Considérez un instant si vous voulez les enjeux quand un civil recourt à la force meurtrière pour se défendre. En supposant que vous viviez, peu importe le résultat, peu importe la gravité de la situation, si vous tirez sur quelqu’un, vous devrez, avec une certitude à 100%, aller au tribunal et rendre compte de vos actes.

Cet événement durera encore et encore, comme ils le font, et tout le temps vous accumulez les frais d’avocat. Gagner ou perdre, vous pouvez vous attendre à dépenser de 80 000 $ à 100 000 $ en frais juridiques.

Si vous gagnez, les conséquences financières et sociales seront terribles. Vous pouvez vous attendre à perdre votre emploi et à être mis à l’écart par une partie importante de vos anciens amis et associés. Vos groupes d’activités et d’autres connaissances vous traiteront très différemment ou vous éviteront tout simplement.

Ce syndrome “Mark of Cain” est très réel. Entre la perte de revenus, les dommages causés à votre réseau et la possibilité très réelle de perdre un emploi et de ralentir votre croissance, vous serez probablement confronté à une grave crise financière.

Comprenez ceci maintenant: la plupart des gens ne partageront pas vos valeurs lorsqu’il s’agira de prendre une autre vie humaine, même in extremis , même lorsque cela est justifié, même si c’est eux-mêmes ou vous-même. La justice telle qu’elle est rendue aujourd’hui au Canada a pour effet de faire taire les gens, qu’ils gagnent ou qu’ils perdent, à moins que vous ne soyez extraordinairement riche ou puissant. Tout compte fait, l’impact sur votre vie sera terrible.

Mais c’est comme ça, non? «Mieux vaut être jugé par douze que porté par six!», Dit franchement un groupe de crétins qui n’ont jamais été jugés par douze. Je peux assurer solennellement que ceux qui le font ne diront jamais une chose pareille.

Ceux qui ont perdu, souhaiteraient probablement être portés par six, plutôt que d’être condamnés à languir en prison parmi les pires de l’humanité, en ayant que leurs souvenirs de leur famille, leurs amis et leur vie à l’extérieur. Un destin indescriptible et terrible pour tout bon gars ou bonne fille.

Décisions et options

Le vieux cliché, “si tout ce que vous avez est un marteau, tout commence à ressembler à un clou” s’applique très bien à votre moyen de transport dissimulé. Pour beaucoup, le canon est l’alpha et l’oméga des options défensives.

Il y a un besoin criant de disposer de plus d’options que de jurer ou d’utiliser une arme à feu. Certaines de ces options sont des équipements supplémentaires, d’autres des compétences supplémentaires ou simplement des tactiques et des changements de procédure.

Si vous êtes approché, alors que vous mettez de l’essence dans votre véhicule, par un individu minable et erratique qui menace de «vous botter le cul» et que vous pensez pouvoir vous débarrasser de lui s’il tente quelque chose, réfléchissez y à deux fois… avez-vous le droit de le tirer, même s’il est beaucoup plus gros et plus fort que vous?

Peut-être, mais alors vous allez vraiment lancer les dés sur le dos de la rencontre quand il sera temps de vous présenter au tribunal et d’expliquer comment vous avez tiré sur un homme non armé qui tout simplement des problèmes mentaux.

Quoi d’autre auriez-vous pu faire?! Bien, probablement beaucoup de choses, si vous savez quoi faire et êtes formé en conséquence. Si vous étiez alerte à ce moment là plutôt que la tête dans votre téléphone ou dans les nuages, vous auriez peut-être vu ce type arriver et l’avoir évité ou maîtrise d’une manière ou d’une autre.

Peut-être que vous auriez pu monter dans votre voiture à temps et vous échapper. Peut-être que d’aller dans le magasin serait une bonne idée. Vous auriez pu passer de la pompe à votre véhicule pour gagner du temps, vous laissant un peu de marge de manœuvre.

Vous pourriez avoir fermement dit au gars de rester en arrière et de ne pas s’approcher plus près. Vous auriez peut-être pu le repousser et le réprimander ou le rediriger. Si vous aviez une crainte raisonnable qu’il soit sur le point de vous frapper, le spray au poivre (attention pour la loi au Canada) serait une excellente option et beaucoup moins désordonnée qu’une arme à feu.

Toutes ces options ont peut-être fonctionné ou non. Mais sur la base de la menace dans cet exemple, les coups de feu seraient une option très risquée sur le plan juridique. C’est le but: vous ne vous préparez pas à réussir dans toutes les phases de la rencontre si votre résolution de prédilection est une force meurtrière.

Qu’on le veuille ou non, les juges et les jurés préfèrent ne pas abattre ni tuer personne , ni le fait qu’ils vous aient attaqué. De plus, vous n’en êtes pas exempt pendant une crise ou une catastrophe majeure. Lorsque la situation dehors reviendra à la normale, vous devrez probablement rendre compte du choix que vous avez dû faire en une fraction de seconde.

Par conséquent, il est dans votre intérêt de vous “armer” de manière appropriée avec des outils et une formation autres que les armes à feu et les compétences requises pour surmonter les menaces qui n’exigent pas une telle réponse.

Plan A, Plan B et Plan C lorsque WROL

Y a-t-il un plan D que vous pourriez demander? Oui, oui il y a. Le plan D est le pistolet (ou force létale). Nous ne voulons pas utiliser le plan D à moins de ne pas avoir d’autre choix. Tout citoyen intelligent qui souhaite être prêt à faire face aux menaces auxquelles il est le plus susceptible de faire face dans le monde d’aujourd’hui aurait mieux fait que ses Plans A, B et C soient sélectionnés, préparés et mis en pratique. A quoi servent ces plans?

Les plans suivants ne sont en réalité que des options que vous pourriez choisir d’utiliser pour arrêter ou échapper à une attaque imminente contre vous. Les plans sont classés par ordre croissant de préférence et par niveaux de force et d’interactions croissants avec la personne qui vous menace. Les plans A et B ne nécessitent aucune force, contrairement aux deux autres, le plan C étant une force intermédiaire et le plan D étant, à nouveau, une force meurtrière.

Le plan A est purement évitement

Si vous portez suffisamment d’attention, remarquez des indicateurs de pré-attaque et écoutez votre instinct, vous éviterez énormément de problèmes. Fait correctement, votre attaquant potentiel restera sur un échec et recherchera une nouvelle victime. Tient qu’à vous de regarder cette personne s’éloigner de vous pour éviter une nouvelle attaque.

L’évitement dépend de votre attention active, de votre vision, de votre observation, de votre écoute et de votre filtrage de toutes les données entrantes par le biais de votre formation, de votre expérience et de votre intuition. Ce plan est toujours un plan de prévention; ça ne marchera pas quand le combat est en cours. Ce serait l’évasion.

Le plan B est la désescalade 

Appelez ça du judo verbal, du tour de passe-passe des Jedi ou tout ce que vous voudrez. Il fait appel aux compétences verbales, à la posture corporelle et à la prévention pour désamorcer un conflit avant même qu’il ne commence, ou peut-être dissiper la violence ou le comportement d’un assaillant, en supposant qu’ils ne sont pas seulement en proie au chaos.

Ces compétences exigent de la pratique, des répétitions et la volonté de casser certaines coutumes sociales pour ce qui est considéré comme normal.

Le plan C est une force intermédiaire

Les poings, les pieds, les battons télescopiques, les kubotans, les stylos tactiques , le gaz poivré et d’autres instruments rarement mortels s’inscrivent ici. La réponse correcte à une personne menaçante. Vous utiliserez une arme non mortelle ou une arme qui n’est pas une arme à feu ou un couteau.

C’est un coup de poing à la tête, un coup de pied à l’aine, une dose de spray épicé ou une solution similaire qui aura certainement un effet sur eux mais qui ne laissera probablement pas de dommages majeurs à long terme.

Plan D, la force meurtrière 

N’est votre premier choix que lorsque nous sommes confrontés à une menace mortelle présente et imminente. Jamais une autre fois. Apprendre à faire un jugement rapide et correct est une compétence en soi. Bien que vous ne puissiez pas anticiper toutes les menaces imaginables et que votre numéro apparaisse parfois juste, éviter d’utiliser Plan D est votre priorité numéro un.

Nous reviendrons sur chacune d’elles en détail dans la section suivante.

Évitement

Vous devez toujours être attentif à la possibilité d’être ciblé par un criminel. En règle générale, à l’exception du psychotique ou de quelqu’un qui a une rancune violente contre vous, les criminels recherchent une proie facile.

A quoi ressemble une proie facile? Isolé, seul, distrait et pas particulièrement menaçant. Les proies dans un espace transitoire, par exemple entrer ou sortir d’une voiture ou d’un ascenseur, entrer ou sortir d’un bâtiment, etc. sont également beaucoup plus vulnérables, car elles sont préoccupées et généralement figées pendant la transition.

De loin, le meilleur moyen d’améliorer vos chance de ciblage d’un criminel consiste à être collé à votre téléphone, à regarder dans le vide ou à ne pas prêter attention à votre environnement. Bien que vous n’ayez pas besoin de vivre dans un état orange toujours relevé, vous devriez (et êtes plus que capable) être dans un état d’alerte et détendu, de couleur jaune.

En jaune, vous savez qui est autour de vous, ce qu’ils font et où sont vos voies d’approche et de sortie vers l’espace dans lequel vous vous trouvez. En restant en condition jaune à tout moment, vous ne devriez pas être surpris par une situation qui vous serait néfaste. Vous n’aurez pas à vous demander pourquoi il traîne là où il n’y a pas de voiture, car vous l’avez déjà remarqué et évalué.

L’évitement repose en grande partie sur ce qui suit: s’il semble mal paraître et en proie à l’agressivité. Ne rationalise pas, ne remets pas en question. Fuit.

Désescalade

Si vous êtes approché par une personne que vous ne connaissez pas, la dernière chose à faire est de les laisser entrer dans votre espace, dans votre bulle sans aucune difficulté. Une fois que quelqu’un est en contact ou à une distance de contact proche de vous, vous courez un grave danger s’ils décident de vous attaquer.

À moins que vos capacités ne soient presque surhumaines, si elles sont extrêmement lentes, vous ne pourrez pas réagir à temps pour empêcher leur action.

La solution est de les défier et de leur demander de se tenir à l’écart de vous. Cela sert également d’alerte précoce supplémentaire en fonction de la réaction de la menace à votre demande. Cela semble sans doute inacceptable pour les gens avenants qui ”aiment tout le monde”.

Cela est compréhensible car nos mœurs, coutumes et normes sociales permettent généralement de créer un «espace social» plus sécuritaire dans les lieux publics. C’est bien, mais je ne laisse personne m’approcher directement s’il n’a pas de raison d’être là.

Par exemple; une personne agitée vous aborde pendant que vous pompez de l’essence dans votre véhicule. Ils vous appellent et commencent à raconter une histoire sanglante sur la façon dont ils se sont fait mal, ont besoin d’argent, d’essence, de billets d’autobus, de blabla, etc.

Toutes les conversations rapides vous permettent de rester sur place pendant qu’ils se rapprochent. Peut-être qu’ils ont déjà décidé ce qu’ils vont vous faire ou bien c’est une “interview” qui les aidera à déterminer si vous êtes quelqu’un qu’ils peuvent arnaquer ou tout simplement agresser.

Lorsque vous laissez ces personnes entamer la discutions et échanger avec vous, vous leur donnez la permission. Mais vous ne devriez pas! Mon réflexe préféré dans de telles situations, peu importe qui s’approche de moi et où, est un fort «je ne peux pas vous aider», couplé avec un contact visuel fort. S’ils ont besoin d’instructions, «je ne peux pas vous aider».

S’ils ont besoin d’argent, «je ne peux pas vous aider». S’ils ont un problème, «je ne peux pas vous aider». Monsieur, vous avez le temps? Avez-vous du feu? Quelle est ta couleur préférée? Aimez-vous danser? “Je ne peux pas t’aider.”

Maintenant, faites attention à ce qui se passe ensuite. S’ils s’arrêtent et continuent à plaider leur cause, ils pourraient être «légitimement» dans le besoin de gagner du temps pendant que leurs associés vous accueillent.

Gardez un œil sur votre environnement, mais si vous voulez les écouter, vous pouvez le faire à distance. Mais attention, la plupart vont soudainement décider que vous n’en valez pas la peine tout à coup…

Si je suis approché la nuit, je me fais toujours un devoir de les éclairer avec ma lampe de poche que je porte TOUJOURS SUR MOI. Bien que ce ne soit pas agréable et qu’il soit peut-être «impoli» de faire flasher une lumière de haute intensité dans les yeux de quelqu’un, cela attire certainement l’attention.

Pour une personne réellement dans le besoin, elle peut être perturbée, mais ce ne sera pas grave. Elle continuera a vous demander de l’aide.

Un mot rapide sur l’éthique

Maintenant, avant de me lancer dans l’exploration de l’impunité, de la réaction excessive ou de ce qui ne va pas dans le monde… Je suis charitable. Je m’en préoccupe du monde. Et j’essaie d’aider; Je le fais juste à mes conditions.

Je ne suis pas à l’aise avec des personnes que je ne connais pas qui m’approchent en public. Appelez-moi cynique, appelez-moi blasé. Peut-être que je vois le mal là où il n’y en a pas, qu’importe.

Maintenant, si vous êtes habitué à paraître froid et indifférent à des gens que vous ne connaissez pas et auxquels vous n’êtes pas lié, vous pouvez essayer une approche différente.

Dans la même situation que celle décrite ci-dessus, vous pouvez les arrêter lorsqu’ils commencent leur spitch avec un «Hey, monsieur / madame, j’aimerais vous aider, mais s’il vous plaît, ne vous approchez pas davantage. Je viens tout juste de sortir de l’hôpital / je suis atteint d’une maladie / je suis claustrophobe / contagieux et j’ai juste besoin d’espace, d’accord? »Et ensuite à partir de là vous aviserez.

Peu importe la méthode que vous utilisez, si quelqu’un continue d’essayer de se rapprocher, vous pourriez très bien avoir un problème. Ne les laisse pas continuer. Reprenez-les fermement, commencez à gagner de la place si vous le pouvez et préparez-vous à vous battre.

Dans toute autre situation, si vous vous présentez comme quelqu’un qui est alerte, conscient et qui ne veut pas être traité comme une victime, un attaquant potentiel décidera qu’il y a des cibles plus faciles ailleurs et partira. Si ce n’est pas le cas, le jeu est peut-être en marche, et leur demander de s’arrêter vous indiquera tout ce que vous devez savoir.

Force intermédiaire

Pensez aux types de situations dans lesquelles vous pourriez vous trouver et qui pourraient nécessiter et même imposer une force défensive en votre nom, mais pas une force meurtrière défensive. Un combat aux poings par exemple. Être confronté et harcelé par un groupe de mauvais gars en est certainement un.

Qu’en est-il d’une personne agissant irrationnellement, folle. Les malades mentaux sont imprévisibles. Si vous vous sentez menacé par une personne qui ne va pas bien et que vous ne pouvez pas vous échapper, est-ce que la bonne solution consiste à lui tirer dessus? Probablement pas, bien que vous puissiez certainement être justifié d’utiliser une force.

Envisagez-le sous un autre angle: vous êtes beaucoup, beaucoup plus susceptible de rencontrer ou de vous perdre dans une situation qui nécessite le recours à la force non létale à la force létale.

Si vous avez besoin de mettre les mains sur quelqu’un, ou de lui donner des coups de poing, de le claquer ou de le combattre, vous allez préférer savoir en donner des coups non? Si quelqu’un a besoin d’une mise au point, mais que vous ne voulez certainement pas vous en prendre à lui, le spray au poivre ne serait-il pas la solution idéale et «conviviale pour la famille»? Bien sûr que ça l’est!

Ces autres options de force sont appelées proprement force intermédiaire car le risque de blessure est bien réel, mais elles ne constituent pas, en règle générale, une force mortelle.

Bien que vous ne puissiez pas éduquer les gens, leur donner des coups de pieds ou coups de poing pour ensuite fuir et vous échapper en plaidant que vous aviez peur, sont beaucoup moins graves que de toucher à une arme à feu ou donner à quelqu’un le droit d’argent avec un couteau.

La meilleure chose que vous puissiez faire est d’apprendre à utiliser et à porter une bombe d’aérosol au poivre de haute qualité. Je sais que c’est une dernière chose à porter, mais vous devriez quand même y songer. Je n’entrerai pas dans les détails ici sur l’utilisation et le déploiement, car moi-même et d’autres auteurs l’avons déjà fait ici sur Québec Preppers et ailleurs, mais vous devriez consulter des articles dédiés.

Quoi qu’il en soit, le spray au poivre est l’option de force intermédiaire à distance la plus efficace à la disposition des civils. Oubliez les tasers et procurez-vous un spray au poivre.

Les compétences main à main sont un autre impératif. Si vous savez tirer, mais ne savez pas vous battre, vos priorités sont déséquilibrées. En plus de traiter avec un connard qui ne veut que se battre, les compétences de corps à corps sont essentielles lorsque les enjeux sont encore plus importants.

Mettre tout dans le même panier

Il est facile de penser à vos options de force en tant que clés différentes pour différentes serrures et en choisissant la bonne clé pour la bonne serrure, vous désamorcez la situation, vous vous échappez et personne ne se blesse sérieusement. Les armes restent froides et les couteaux restent dans leur fourreau. Mais ce genre de choses est rarement aussi propre et soigné.

Vous pourriez empêcher un gars de le confronter verbalement pour le voir se faufiler assez près pour tenter de vous agresser. Vous êtes malin et avez prévu votre spray au poivre pour lui donner un bon rinçage avant son lancement, mais maintenant il vous écrase et vous tombez tous les deux sur l’asphalte.

Maintenant, vos mains et vos compétences de lutte vont vraiment être mises à rude épreuve: le pistolet, si vous en portez un, est en jeu. Il peut très bien sortir de son étui ou être découvert par votre assaillant pendant que vous luttez tous les deux pour obtenir un avantage.

Heureusement, cela ne se passe pas ainsi: le spray au poivre le rattrape et il commence à cracher. La douleur et la distraction vous permettent d’obtenir un avantage et de le maîtriser, son visage rempli de choses brûlantes. En parlant de ça, au lieu de vous acharner sur lui, gardez votre sang-froid et laissez le là où il est assis, et profitez en pour appeler la police.

Encore une fois, il ne s’agit pas d’un exercice de qui est le meilleur. C’est pourquoi il est si important de passer de l’un à l’autre et même de les intégrer, le cas échéant.

Conclusion

Les affrontements défensifs peuvent et doivent être résolus avec autre chose que la force meurtrière, si possible. Se fier uniquement à une arme mortelle pour se défendre peut en réalité aggraver certaines situations.

Il vous appartient de développer des options d’évitement et de force intermédiaire robustes et bien équilibrées pour vous permettre de négocier avec succès une rencontre défensive avec un minimum de dommages et de conséquences juridiques.

Force intermédiaire et évitement des conflits

Print Friendly, PDF & Email

Tags :

Mathieu M.

Je suis un professionnel de l'urgence le jour, mais un preppers 24/7. Je suis un ancien des forces armées parachutistes qui a intervenu sur plusieurs théâtres d'opération dans les année 2000. Puis je suis devenu Paramedic pendant 10 ans. Dans mon temps libre j'affronte les éléments dans des situations de survie afin de vous proposer sur ce site des articles et de l'équipement de qualité. N'hésitez pas à me contacter pour vos questions personnelles.

JE SERAI RAVIE DE LIRE VOTRE COMMENTAIRE !

Laisser un commentaire

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Québec Preppers
Logo

Nouveau eBook

GUIDE DE PRÉPARATION AUX SITUATIONS D’URGENCE

Le Guide de préparation aux situations d’urgence a été créé pour vous donner les connaissances et la confiance dont vous avez besoin dans une situation d’urgence. En utilisant nos connaissances et notre expérience, vous trouverez des informations cruciales sur la manière de se préparer et de mener une vie préparée, de créer un plan d’urgence et de survivre à une grande variété de catastrophes et d’administrer les premiers secours qui sauvent des vies.

www.quebecpreppers.com