Vous voulez savoir quand nous publions?
Nous vous enverrons un email seulement quand c'est nécessaire. N'est-ce pas cool?
Souscrire!

Nous ne vous enverrons pas de spam et sécuriserons vos données personnelles

Untitled Document
ESSENTIELS DE LA SURVIEGUIDE: BASE DE LA SURVIE

Guide étape par étape pour la survie après l’évacuation

Survivre après la catastrophe

Etre prêt en cas de catastrophe et avoir le matériel nécessaire pour y faire face est une très bonne chose; Mais savoir exactement quoi faire, dans le calme et sous pression au moment opportun en est une toute autre.

Si une catastrophe se produit, vos actions posées dans les premiers temps vont être cruciales et avoir un impact durable sur votre survie à long terme qu’elles soient ou non bien posées! Cependant, se préparer à la survie et à survivre sont deux choses très différentes. Pour améliorer vos chances de survie après avoir subit une catastrophe, j’ai préparé une liste de priorités pour vous aider à planifier votre stratégie de survie à long terme dans les meilleures conditions, un guide étape par étape pour la survie après l’évacuation 

Priorité #1: Sécuriser la zone

Une fois que vous et votre groupe êtes arrivés à votre lieu de repli, la première chose à laquelle vous devez penser est de vous concentrer et de vous assurer que la zone est un endroit sûr pour y passer la nuit. Vérifiez votre périmètre et, si vous ne l’avez pas encore fait, tracez une carte approximative des principales caractéristiques de la zone. Trouvez un point de vue décent qui vous permet de prendre position et de voir les alentours, en prenant note de tous les plans d’eau, des pistes visibles, des routes et des voies ferrées.

Évaluez soigneusement s’il est sécuritaire de rester à l’emplacement de votre lieu de repli choisi.

Un autre signe important à rechercher est la preuve que d’autres voyageurs soient dans le secteur; théoriquement, vous avez choisi votre lieu de repli en fonction de ses caractéristiques souhaitables car on ne veut pas être seul dans un coin reculé; il va être difficile de vous défendre ou d’évoluer si vous êtes seul. C’est peut-être le cas de d’autres personnes qui évacuent aussi. Les indices clés à rechercher seraient de l’équipement ou des outils fabriqués par l’homme jonchés le long de la route jusqu’à l’emplacement du lieu de repli, de la fumées montant dans le ciel, des espaces de forêt plus ouvert qui indiqueraient qu’il y a des tentes ou des bâches. En outre, écoutez attentivement les pas et les voix, surtout si vous avez fuit une catastrophe à proximité.

À ce stade, il suffit de connaître toutes les personnes à proximité et de pouvoir les surveiller sans divulguer votre emplacement, jusqu’à ce que vous ayez abordé la deuxième priorité, évaluation de la santé. Cependant, si vous le pouvez, envisagez d’installer des repères ou des signaleurs autour de votre camp avant de vous installer pour la nuit. À l’aide de bâton lumineux, vous pouvez créer un système de repérage simple, mais très efficace, comme celui-ci .

Priorité #2: Évaluation de la santé

L’évaluation de la santé de votre famille/groupe est extrêmement importante; passer outre une évaluation complète peut entraîner de graves problèmes sur la route, alors assurez-vous que votre évaluation est approfondie et complète. Dans une situation de survie, il va être important de prendre soin de vous, de votre groupe. La moindre petite blessure peut s’aggraver et mettre en péril votre survie à long terme – en tant que telle, toutes les blessures devraient être prises en compte et traitées en conséquence. Si la taille de votre groupe le permet, cette évaluation peut être effectuée en même temps que votre recherche de périmètre (priorité #1).

Lors de l’évaluation de la santé de votre équipe, il sera bon d’examiner la santé physique et émotionnelle:

Santé physique

Même les coupures mineures peuvent devenir un problème majeur si elles sont infectées. Il devient donc important d’évaluer votre groupe et de traiter immédiatement les coupures ou les blessures que les membres de votre groupe/famille ont subis pour augmenter les chances de guérison rapide. Si vous avez déterminé qu’il n’y a pas de problèmes médicaux urgents, analysez tout le monde pour des blessures et des coupures mineures. En outre, une fois que vous serez installés, prenez le temps de vous réhydrater correctement et de manger pour reprendre des forces.

Votre survie après la catastrophe dépend grandement de votre santé et de tous ceux de votre groupe.

S’il y a des blessures, priorisez le traitement en fonction de la gravité , en commençant par le moins sévère. Bien qu’il soit peut-être tentant de traiter la blessure la plus sévère d’abord, les personnes ayant des blessures mineures au préalable leur permettront d’aider les autres. De plus, le traitement des petites coupures peut empêcher de transmettre des infections transmissibles par le sang. Malgré cela, c’est à vous de juger en fonction de votre jugement; Si un membre de votre équipe a de la difficulté à respirer ou souffre de saignements sévères, ils devraient être soigné immédiatement.

Dans l’hypothèse où les personnes évacués seraient toutes dans l’incapacité d’aider au mieux, nous recommandons d’ajouter à votre formation, à vos compétences, la pratique de la RCR et des premiers secours comme mesure de préparation. En outre, gardez toujours un manuel de premiers soins avec vous dans votre équipement d’évacuation. Un manuel qui pourrait vous aider si vous êtes pris a donner les premiers soins sous le stress.

Santé émotionnelle

Le bilan émotionnel de l’évacuation peut être tout aussi déstabilisant que les blessures physiques, et de nombreux effets psychologiques ne se manifesteront pas avant que vous soyez en sécurité. Pendant l’évacuation, vous allez être soumis au stress, et tant que votre corps va sécréter de l’adrénaline vous ne ressentirez rien. Une fois que vous allez avoir un peu plus de temps pour reprendre vos esprits et vous reposer, vous allez faire le point, prendre un peu de recule sur ce qui vient de se passer et en réalisant tout ceci, la peur pourrait vous envahir, puis l’anxiété pourrait subvenir par la suite.

  

Beaucoup de gens vont commencer à s’interroger sur la sécurité de leurs proches et des amis qui ne sont pas avec eux et le stress de se savoir dans un lieu qu’ils ne connaissent pas; En outre, pour les personnes en situation de stress pourraient être submergées images extrêmes qui leur traverse l’esprit. Tout ceci en même temps, risque de donner un gros coup sur le moral de votre groupe. L’important va être de garder tout le monde calme et de minimiser les discussions sur les événements qui viennent de se produire. Cela aidera votre groupe à se concentrer sur les tâches à accomplir et à rester positif. L’arrivée a été une étape importante, mais il reste encore du travail à faire pour survivre.

Évacuer avec les enfants peut présenter à lui seul son lot de défis émotionnels. S’il y a des enfants dans votre groupe, assurez-vous de désigner un adulte en charge à l’avance qui est capable de les réconforter et d’afficher une attitude positive. Les enfants plus âgés peuvent être occupés avec des tâches telles que la collecte de bois de chauffage ou l’allumage du feu et la récupération de d’autres matériels pour aider au camp.

Randonnée Baie Dorcas 

Plus les enfants sont mieux préparés à l’avance, plus ils seront capables de gérer les rigueurs de la survie après l’évacuation. La façon dont vous vous portez et votre comportement fait aussi une énorme différence, car même les très jeunes enfants peuvent comprendre et emmagasiner votre niveau de stress; en gardant la tête froide et en restant calme, vous profiterez à tout le monde de votre groupe/famille.

Priorité #3: Tentative de communication

Une fois que vous avez sécurisé la zone et que toutes les blessures ont été stabilisées, votre prochaine priorité devrait être de savoir ce qui se passe en utilisant votre radio d’urgence . Les émissions d’urgence vous fourniront des informations actuelles et, potentiellement l’étendue des dommages dans un scénario de catastrophe. Ces informations vous aideront à mieux évaluer si vous souhaitez ou non rester à l’écart de votre lieu de catastrophe, car vous serez conscient des menaces potentiellement imminentes (comme les bombardements) ou la portée d’une catastrophe naturelle.

Si l’utilisation d’un téléphone cellulaire est une option, vous pourrez vous entretenir avec vos proches afin de vous soulager de l’anxiété. Toutefois, si vous ne parvenez pas à contacter quelqu’un, ne paniquez pas. Les lignes de communication sont souvent submergées au lendemain d’une crise; vous pouvez toujours vérifier à nouveau plus tard.

Si votre téléphone portable fonctionne toujours, conservez la batterie en utilisant votre cellulaire seulement quelques fois par jour pendant de courtes périodes.

Priorité #4: Mise en place du camp

On ne peut pas prévoir à l’avance à quel moment de la journée ou de l’année vous allez être amenés à évacuer; plus vous serez prévoyant et établirez des rôles à l’avance, des automatismes, plus le processus sera facile à “digérer” le moment venu. 

Pour que votre camp soit bien fait, qu’il ne vous manque rien, vous devez choisir un emplacement idéal, proche d’une source d’eau, de gibier, de baie etc… vous devez savoir où votre feu sera fait et protégé du vent, des intempéries ainsi que vos abris. Puis vient le moment de construction des abris et d’allumer le feu. Par la suite il vous faudra prendre les dispositions nécessaire à une bonne hygiène et à la protection de vos rations alimentaires qui doivent être mis à l’abri de la faune.

Feu et refuge

Il existe de nombreuses options pour construire votre abri, du plus simple au plus élaboré; Évaluez soigneusement le temps et les conditions dans lesquels vous allez construire votre abris, ainsi que du type d’outil que vous allez utiliser pour les construire. Quel que soit le moyen que vous choisissez, essayez d’utiliser des structures naturelles pour l’abri et la dissimulation, et installez le feu au milieu de tout les abris afin de garder tout le monde à l’aise. 

Pas de tente? Pas de problème. Il existe de nombreuses façons de construire un abri simple.

Après avoir établi les emplacements pour votre abri et votre feu, il est temps de commencer à allumer votre feu; de cette façon, vous pouvez utiliser la lumière du feu pour continuer à construire ou à installer votre abri. À titre de mesure prudente, vous devez inclure au moins deux moyens d’allumage de feu dans votre sac d’évacuation.

 

Une chose à prendre en considération est celle de savoir si votre feu est visible ou non de loin. Peut-être allez vous devoir renoncer à votre emplacement si la visibilité de votre feu vous met en danger. Au mieux gardez le feu le plus petit possible avec seulement les braises et attendre le crépuscule pour que la fumée soit moins visible.

Hygiène

L’hygiène va probablement être votre priorité en cette période de “après catastrophe”. Vous allez devoir désigner une zone qui va vous servir de salle de bain, et qui sera en descente et à 200 pieds de votre aire de campement principale et de toute source d’eau. Creuser de petits trous pour vos besoins quotidiens fonctionnera si vous êtes en petit groupe. Dans le cas contraire, une latrine peut être votre meilleure option .

Pour construire une latrine, creusez une tranchée de six pieds environ sur huit pouces de profondeur. Lorsque tout l’espace est épuisé, vous devrez choisir un autre endroit car concentrer trop de déchets dans une zone diminue le taux de décomposition et attire la vie sauvage.

 

Une fois que les besoins immédiats ont été satisfaits, vous pouvez commencer à planifier la survie à long terme après l’évacuation.

La conservation des aliments

Une autre grande attraction pour la faune: la nourriture. Assurez-vous de sécuriser vos rations alimentaires hors de la portée des animaux. Pour la méthode simple du sac à ours, attachez un bâton de 10 pouces au bout d’une corde et jetez l’autre extrémité de la corde par dessus une branche haute afin qu’elle retombe de l’autre coté puis attachez un sac avec votre nourriture (et tous les autres objets qui pourraient attirer les animaux) à l’autre bout. Élevez le sac à au moins 15 pieds du sol et fixez l’extrémité au tronc de l’arbre avec le bâton. 

Priorité #5: Trouver un approvisionnement en eau

Si vous vous demandez pourquoi trouver un approvisionnement en eau est plus bas sur la liste des priorités, j’ai supposé que vous avez évacué avec un “sac d’évacuation 72 heures” ainsi qu’un moyen de purifier l’eau trouvée. Si ce n’est pas le cas, il vous faudra peut-être améliorer votre préparation à l’évacuation afin d’avoir le minimum requis pour subvenir à vos besoins pour 72h ou approfondir vos recherches d’emplacement et d’approvisionnement en eau jusqu’à une priorité plus élevée.

Lorsque vous choisissez votre lieu de repli, vous avez certainement choisi un endroit proche d’un plan d’eau; cependant, peu importe d’où provient votre eau, assurez-vous de toujours purifier l’eau obtenue dans la nature afin éviter de contracter un parasite. S’il n’y a pas de source d’eau près de l’emplacement de lieu de repli, ou si il est dangereux de s’approcher de la source d’eau existante, il existe plusieurs façons de récolter de l’eau dans la nature.

 

Les parasites intestinaux, comme la Giardia, peuvent avoir des effets dévastateurs. Purifiez toujours l’eau potable!

Il existe différentes façon de récupérer de l’eau du sol comme l’écoulement des arbres ou des plantes. Vous pouvez aussi vous servir d’un sac plastique a mettre au dessus d’un trou et la réverbération du soleil fera suinter de l’eau qui va s’écouler dans un récipient que vous aurez mis dans le trou. Vous pouvez aussi creuser un trou dans un endroit géographiquement stratégique en recherchant des indices clés telle que des lignes d’arbustes.

Priorité #6: Rationnement des provisions 

En cas d’évacuation, vous avez surement prévu de quoi vous mettre sous la dent ou en tout cas, je l’espère pour vous. Probablement que vous avez optez pour des MRE (Meal Ready to Eat), des barres de protéines à haute densité, des aliments déshydratés et d’autres objets légers et faciles à transporter. Bien que cela puisse être une excellente source de nutrition, essayez de ne pas épuiser vos stocks trop rapidement – la survie n’est pas une fête de trois repas par jour. 

Rationnez vos aliments emballés pour durer le plus longtemps possible pour vous donner suffisamment de temps pour trouver une source de nourriture.

guide étape par étape pour la survie après l'évacuation 

Gardez votre énergie avec des barres de protéines à haute teneur en calories.

Alors que les enfants peuvent avoir des besoins caloriques quotidiens plus bas, ils souffriront d’un manque de calories plus tôt; nourrir les enfants plus fréquemment «repas», mais garder ces repas petits. Lors du rationnement des approvisionnements alimentaires, gardez à l’esprit que vous n’avez pas encore trouvé un autre approvisionnement alimentaire, ce qui nous amène à la septième priorité: Trouver de la nourriture.

Priorité #7: Trouver de l’alimentation

Le moment de commencer à chercher de la nourriture devrait être le plus tôt possible, et non lorsque vos stocks sont faibles. Vous ne savez jamais combien de temps il vous faudra trouver un approvisionnement en nourriture et si cela prend du temps pour réussir, votre approvisionnement en nourriture pourrait être épuisé. Il y a eu des livres entiers écrits sur la façon de chercher à manger dans la nature et ce n’est jamais facile !

Se nourrir par les plantes 

L’une des façons les plus faciles de se nourrir rapidement est de regarder les plantes et le feuillage tout autour de vous. Les plantes ne fournissent pas la même valeur calorique que la viande ou le poisson, mais elles présentent une variété non négligeable nutritionnelle. Assurez-vous d’étudier vos plantes comestibles locales et d’apprendre à les identifier dans la nature avant d’évacuer.

Pose de pièges 

Dans les zones forestières il peut être intéressant de poser des pièges. En particulier pour les écureuils et les lapins qui ont tendance à être abondants et peuvent facilement être capturés en utilisant des pièges simples. Assurez-vous de toujours marquer l’emplacement de vos pièges sur une carte et de vérifier chacun d’eux fréquemment; un animal en difficulté attirera l’attention des prédateurs qui pourraient voler votre repas avant même de savoir qu’il était là.

guide étape par étape pour la survie après l'évacuation 

Un piège simple et fonctionnel est un moyen simple et efficace d’attraper le petit quelque chose.

Des pièges, tels que des entonnoirs, peuvent également être mis en place pour attraper des poissons en plaçant les pièges le long de la rive d’un cours d’eau. Selon votre niveau de compétence et le type d’armes que vous avez disponible, la chasse au gros gibier peut être également une bonne option. 

Rappelez-vous, plus vous aurez de choix dans vos méthodes de chasse, plus vous aurez de chance d’attraper de la nourriture

Priorité #8: Défendre votre camp

Une fois que vous avez fait le nécessaire pour la sécurité de votre famille et que vous avez les moyens nécessaires pour survivre, il est temps de concentrer votre attention sur le maintien de la sécurité de votre famille, de l’équipement et des fournitures mis à l’abri des prédateurs et des voleurs. 

Soyez prêt – vous ne savez jamais qui pourrait tomber dans votre camp!

guide étape par étape pour la survie après l'évacuation 

La première étape de la défense de votre camp est de mettre en place une rotation de garde, en veillant à ce que quelqu’un soit à l’affût en tout temps. En outre, vous pouvez construire une clôture autour de votre camp afin de garder à la fois les intrus humains et les animaux prédateurs à l’extérieur de votre périmètre. 

Il est maintenant temps de décider quoi faire à ce sujet. Si l’intrus est un animal et que vous êtes équipé pour le chasser, cela pourrait être un dîner facile pour votre famille/groupe; cependant, avec peu de moyen, ou si vous ne disposez pas d’une arme appropriée, vous êtes mieux d’essayer de l’effrayer plutôt que de vous blesser.

Votre groupe aura également besoin d’une stratégie pour traiter les intrus humains. Chaque situation devrait être évaluée raisonnablement; Armez vous avec des armes tactiques défensives pour vous protéger contre les attaquants est une solution intelligente, mais toutes les personnes que vous rencontrerez ne seront pas là pour votre bien.

Mon point de vue final sur la survie après une évacuation

La chose la plus importante à retenir après l’évacuation est de rester positif et calme. Garder la tête sur les épaules vous aidera à mieux gérer toutes les tâches nécessaires pour établir votre camp d’évacuation.

Favoriser la communication et la coopération au sein du groupe afin que vous travailliez ensemble en équipe et que vous soyez toujours ouvert à de nouvelles façons créatives d’accomplir des tâches. Le fait d’avoir vos tâches principales priorisées au préalable est un excellent moyen de vous assurer que vous avez couvert toutes les bases critiques et que vous ne gaspillez pas d’énergie inutile.

Votre avis m’intéresse?

Êtes-vous d’accord avec la priorisation des tâches de survie après l’évacuation? Y a-t-il quelque chose qui manque selon vous et qui nécessiterait d’y songer immédiatement après l’évacuation? Avez-vous des conseils à partager de vos expériences pour créer des camps? Partagez vos idées et questions avec moi dans la section Commentaires ci-dessous, merci!

Guide étape par étape pour la survie après l’évacuation

Print Friendly, PDF & Email

Réagissez en laissant un commentaire Facebook

Je suis un professionnel de l'urgence le jour, mais un preppers 24/7. Je suis un ancien des forces armées parachutistes qui a intervenu sur plusieurs théâtres d'opération dans les année 2000. Puis je suis devenu Paramedic pendant 10 ans. Dans mon temps libre j'affronte les éléments dans des situations de survie afin de vous proposer sur ce site des articles et de l'équipement de qualité. N'hésitez pas à me contacter pour vos questions personnelles.

Québec Survie Urbaine