Vous voulez savoir quand nous publions?
Nous vous enverrons un email seulement quand c'est nécessaire. N'est-ce pas cool?
Souscrire!

Nous ne vous enverrons pas de spam et sécuriserons vos données personnelles

ESSENTIELS DE LA PRÉPARATION

L’anatomie d’une catastrophe

L’anatomie d’une catastrophe

Si nous pouvons tous nous mettre d’accord sur un point, c’est que le gouvernement et les organisations sinistrées sous-estiment énormément la dépendance de la majorité de la population à leur égard pendant et après un événement désastreux. Nous n’avons pas besoin de chercher plus loin que les dernières catastrophes majeures survenues pour trouver nos réponses: Tremblement de terre en Alaska, tornade du coté de Gatineau, Inondation en Mauricie, ou encore la tempête de neige qui a bloqué des centaines d’automobilistes sur l’autoroute près de Montréal l’an passé.

Comme les témoins le savent bien, lorsque les besoins de la population ne peuvent être satisfaits dans les délais impartis, un phénomène se produit et la mentalité se modifie. Ils commencent à agir sans réfléchir et réagissent aux changements de leur environnement d’une manière basée sur leurs émotions, conduisant ainsi au chaos, à l’instabilité et à une rupture de notre paradigme social.

Lorsque vous prenez le temps de comprendre comment une catastrophe se comporte et comment elle évolue, alors seulement, vous pourrez vraiment vous y préparer.

 

L’anatomie d’une panne

Cet aperçu d’une panne systémique est basé sur un sinistre ou un événement isolé et limité au cours duquel des intervenants d’urgence ont été déployés. Je dois souligner que tous les paris sont mauvais si l’événement est étendu et touche plusieurs dizaines de millions de personnes simultanément.

Phase 1: l’avertissement

Bien que les catastrophes telles que les tremblements de terre et les tornades puissent se produire si rapidement que les avertissements ne soient pas toujours donnés à temps, les gouvernements accordent généralement suffisamment de temps pour préparer la population à l’avance. Les gouvernements locaux vont même jusqu’à pécher par excès de prudence et à avertir sévèrement les citoyens de l’évacuation.

Pour une raison ou une autre, un groupe sélectionné restera en arrière. Certains de ces citoyens sont préparés et prêts pour ce qui peut arriver et peuvent ressentir le besoin de rester pour défendre ce qui leur revient de droit, mais la majorité de la population ne sera pas prête pour ce qu’ils vont subir. Ceux qui appartiennent à cette majorité non préparée et qui choisissent de surmonter la catastrophe le font parce qu’ils ne savent pas comment se préparer pleinement en cas de catastrophe, sont devenus indifférents ou engourdis par les avertissements du gouvernement local et des médias, ou sont excessivement sur de soi.

C’est à ce stade de ce cycle que des troupeaux de personnes se rendent aux épiceries pour s’emparer frénétiquement de fournitures. La plupart des épiceries ne seront pas en mesure de répondre à la demande de fournitures de la population et beaucoup pourraient rentrer chez elles les mains vides.

Préparés pour la catastrophe, les personnes préparées et non préparées espéreront le meilleur résultat. Ce dont beaucoup ne se rendent pas compte, c’est que la partie la plus difficile de cet événement sera bientôt pour eux. Dans quelques jours, la descente aux enfers commencera.

 

Phase 2: choc et crainte  (1-2 jours)

Après le choc initial, beaucoup de gens auront du mal à s’adapter à ce qui vient de se passer. C’est aussi ce que beaucoup appellent le biais de normalité et c’est en fait un mécanisme d’adaptation nous permettant de traiter et de gérer les changements survenus. Beaucoup vont s’accrocher à toute pensée et habitude normales jusqu’à ce que leur cerveau commence à accepter les changements dont il a été témoin. Tandis qu’ils essaient de réfléchir à la gravité de la catastrophe, à leurs pertes et à ce que leur avenir réserve, les dirigeants des gouvernements locaux se bousculent pour obtenir des réponses et essaient d’évaluer la situation, tout en s’attaquant à leurs propres problèmes de biais de normalité.

À ce stade, les survivants non préparés s’attendent à ce que les organisations et les autorités locales interviennent pour répondre à leurs besoins immédiats à tout moment. La réalité de la situation devient plus sombre quand ils réalisent qu’en raison de lignes électriques tombées en panne ou de débris bloquant les routes et les points d’accès, les organisations d’urgence, les camions d’intervention et de distribution fournissant de la nourriture, de l’eau, du carburant et d’autres ressources pertinentes ne pourront arriver dans un délais raisonnable. Une fois que l’on se rend compte que les ressources sont rares et que les chefs de gouvernement sont incapables de les aider au moment opportun, les citoyens désespérés agiront de leur propre chef.

La panne a commencé…

Phase 3: La panne (3-7 jours)

Avez-vous déjà entendu le dicton «Nous sommes à trois jours de l’anarchie?» À la suite d’une catastrophe, il ne vous reste que trois jours pour faire demi-tour avant que le crime, les pillages et le chaos ne s’ensuivent.

Ces histoires similaires de pillage sont récurrentes aux États Unis comme par exemple pendant la tornade à Joplin, dans le Missouri, en 2011. Cette fois, le pillage a été commis par des soldats de la garde nationale qui patrouillaient dans la région.

«La nuit de la tornade, alors que les intervenants d’urgence se dépêchaient d’une maison à l’autre, Steve Dixon était assis devant la maison détruite de son père avec une batte de baseball. Ils ne me voyaient pas assis dans mon fauteuil, j’étais dans le noir », a-t-il déclaré à NPR. «Je mettais mes projecteurs sur eux et leur disais qu’ils devaient partir. Puis, quand les policiers sont passés, je leur ai dit par où ils sont allés.

De multiples facteurs contribuent aux ruptures de la société, notamment l’échec de la réponse du gouvernement, la densité de la population, le fait que les citoyens tirent parti du réseau en panne et la surcharge des équipes de secours.

Quelle que soit la raison, 3-5 jours après une catastrophe est l’heure ensorcelante. Pendant ce court laps de temps, la population devient lentement un baril de poudre pleine de citoyens en colère et désespérés. Un bon exemple est le chaos qui s’est ensuivi à la Nouvelle-Orléans à la suite de l’absence d’action du gouvernement local ou d’une réponse fédérale efficace et opportune après le passage de l’ouragan Katrina. En ces temps troublés, les gens étaient obligés de se débrouiller seuls et avec leurs familles, par tous les moyens nécessaires. Cette chronologie de l’ouragan Katrina illustre bien «l’effondrement» et, au bout de trois jours, les citoyens de la Nouvelle-Orléans sont tombés dans l’anarchie, le pillage et le meurtre.

Si ce scénario ne suffit pas, à la fin de cette période, le nombre de maladies dues à l’exiguïté des locaux d’hébergement dans les abris d’urgence, les maladies liées à l’assainissement , les sources d’eau altérées et l’exposition aux éléments naturels seront multipliés. Au lendemain du séisme en Haïti, les épidémies liées à l’assainissement sont devenues une préoccupation majeure pour les victimes de la catastrophe. En fait, l’épidémie de choléra est la plus importante du monde, malgré une énorme mobilisation internationale qui continue de faire face aux effets du séisme du 12 janvier 2010 ( Source ).

 

Phase 4: Récupération (8-30 jours ou plus)

Malgré ce que nous voulons croire, la plupart des récupérations sont lentes et difficiles à progresser et nécessitent une planification à long terme. En moyenne, il faut pour une ville, environ une à deux semaines après la tenue de l’événement pour lancer cette phase du cycle. Chaque catastrophe est différente et la durée des efforts de rétablissement varie considérablement selon la nature de l’incident.
Sept ans après l’ouragan Katrina qui a balayé certaines parties de la Louisiane, l’État etait toujours en phase de relèvement. «Nous sommes en train de reconstruire à long terme», a déclaré Christina Stephens, porte-parole de la Louisiana Recovery Authority. “Il y a au moins pour 10 autres années de récupération.” ( Source )

Au cours de cette phase de reprise, les biens et les ressources essentiels pourraient encore être difficiles à obtenir, obligeant ainsi les responsables locaux à mettre en œuvre le rationnement des ressources afin de s’assurer qu’il y a suffisamment de ressources pour la population.

C’est arrivé aux États Unis, c’est arrivé dans d’autres pays, ça peut arriver au Canada et au Québec !

Ne soyez pas une autre statistique

Maintenant que vous comprenez ce à quoi nous sommes confrontés, vous pouvez utiliser ces informations de différentes manières pour vous préparer au prochain événement et ainsi faire partie d’une population prête pour l’avenir.

Ayez confiance en vous. Apprenez à être autonome et à compter sur vous-même. En fin de compte, vous êtes le seul à pouvoir prendre soin de vous et de votre famille, au mieux. Vous serez celui qui a à cœur les meilleures intentions de votre famille. Disposer d’un stock de produits en conserve ou des aliments secs pour votre famille, d’une réserve d’eau et d’un simple kit médical peut répondre à vos besoins essentiels en cas de catastrophe de courte durée. Ce simple approvisionnement de préparation pourrait vous différencier des personnes non préparées.

Si vous vivez dans une région très peuplée, sachez que les ressources vont diminuer rapidement, alors préparez-vous à l’avance pour éviter ce problème. Vous pouvez toujours commencer avec les 10 éléments de base de préparation dont vous aurez besoin pour faire face à une catastrophe:

[lockercat]

  1. Nourriture et façons de cuisiner
  2. Eau
  3. Carburant pour générateurs, cuisinières et équipement de cuisson, charbon de bois pour grillades en plein air
  4. Batteries et chargeur de batterie
  5. Générateur
  6. Éclairage de secours
  7. La glace
  8. Fourniture médicale
  9. Formule bébé
  10.  Fournitures d’assainissement

[/lockercat]

Ou, si vous souhaitez une offre plus complète, consultez le guide mois après mois pour vous aider à faire face aux sinistres.

Renseignez-vous. Apprenez en d’avantage sur comment réagissent les gens suite à une catastrophe! Chaque fois qu’il y a un désastre, le même schéma se produit: l’avertissement, le choc et la crainte, la panne et la récupération. Étudiez les effets des catastrophes qui affectent votre région et les éléments dont vous aurez besoin pour traverser l’événement. De plus, trouvez les points faibles de votre réserve et corrigez-les. Les stocks d’approvisionnement deux fois par an peuvent faire des merveilles dans ce domaine.

Entrez dans la mentalité. Apprendre quoi faire face à une catastrophe ou comment prendre soin de votre famille lors d’urgences prolongées ou lors d’une panne de réseau peut vous permettre de prendre une longueur d’avance sur vos voisins. Plus vous êtes préparé, plus vite vous vous adaptez à la situation. Vous pouvez tout apprendre à condition de rechercher, de rassembler et d’appliquer les informations. Par exemple, alors que de nombreux habitants du Québec étaient encore sous le choc de la crise du verglas et étaient assis dans leur maison, paniqués et regardant la température de leur maison descendre, il y avaient ceux, qui avaient appris à survivre dans des environnements froids et hors réseau. Ceux là, bien préparés à faire face à ce type de catastrophe, avaient déjà commencé à emballer leurs articles périssables dans la neige pour les préserver. C’est si simple!

La pratique rend parfait. Entraînez-vous à utiliser vos compétences, vos préparations et préparez des scénarios d’urgence basés sur vos aliments stockés. Plus vous vous entraînerez à survivre à un sinistre hors réseau, plus vous serez efficace quand et si cet événement se produit. De plus, ces compétences vous garderont en vie! Pour une liste des compétences pertinentes à connaître en cas de catastrophe, cliquez ici .
De plus, pour renforcer la cohésion de votre famille ou de votre groupe, formez les membres de manière à ce qu’ils puissent compenser les autres en cas de catastrophe.

 

En résumé, nous ne pourrons apprendre que si nous voyons le cycle de ce que c’est et les effets qu’il a sur la société. Il y a toujours une réaction sous une forme ou une autre après une catastrophe. Si vous pouvez vous y préparer, vous pourrez vous adapter plus rapidement à ce qui se passe autour de vous.

Le cycle est là et nous ne pouvons pas regarder au-delà. Préparez-vous en conséquence et ne négligez pas de veiller à ce que vos préparations de base soient comptabilisées.

L’anatomie d’une catastrophe

Print Friendly, PDF & Email

Last update on 2019-09-19 at 21:32 / Affiliate links / Images from Amazon Product Advertising API

Mathieu M.

Professionnel de l'urgence le jour, mais un preppers 24/7. Ancien des forces armées parachutistes qui a intervenu sur plusieurs théâtres d'opération dans les année 2000. Puis je suis devenu Paramédic pendant 10 ans. Dans mon temps libre j'affronte les éléments dans des situations de survie afin de vous proposer sur ce site des articles et de l'équipement de qualité. N'hésitez pas à me contacter pour vos questions personnelles.

JE SERAI RAVIE DE LIRE VOTRE COMMENTAIRE !

Laisser un commentaire

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Québec Preppers
Logo

Nouveau eBook

GUIDE DE PRÉPARATION AUX SITUATIONS D’URGENCE

Le Guide de préparation aux situations d’urgence a été créé pour vous donner les connaissances et la confiance dont vous avez besoin dans une situation d’urgence. En utilisant nos connaissances et notre expérience, vous trouverez des informations cruciales sur la manière de se préparer et de mener une vie préparée, de créer un plan d’urgence et de survivre à une grande variété de catastrophes et d’administrer les premiers secours qui sauvent des vies.

www.quebecpreppers.com