PREMIERS SOINS & MÉDICAL

Tout savoir sur le Coronavirus de Wuhan

DERNIÈRE MISE À JOUR LE

Tout savoir sur le Coronavirus de Wuhan: Ce que vous devez savoir sur ses origines, les efforts pour le contenir et la suite

Divulgation: Si vous achetez via les liens figurants sur notre site, nous pouvons gagner une petite commission (sans frais supplémentaires pour vous). En savoir plus sur la façon dont nous travaillons ici.
Les premières images de la pneumonie de Wuhan, 2019-nCoV, publiées par les autorités chinoises

Liu Zheng Zheng de la Harvard Business Review, basée à Pékin, a contribué à ce rapport

Dernière mise à jour : 01-24-2020 à 17h43 CT

Un virus respiratoire inconnu originaire de Wuhan, dans la province du Hubei, en Chine, a donné lieu à une épidémie virale en croissance rapide qui fait la une des journaux et qui se propage maintenant à travers le monde alors que nous regardons tous les reportages en temps réel. Ce nouveau virus coronavirus porte les noms de «Pneumonie de Wuhan» et 2019-nCoV, et bien qu’il n’ait pas encore été officiellement déclaré «Urgence de santé publique de portée internationale» par l’Organisation mondiale de la santé, il est suffisamment grave pour garder un œil attentif sur lui.

Nous continuerons à couvrir cette épidémie afin que vous puissiez réduire la peur et de panique qui s’empare de la population.

Faits rapides (mis à jour selon nos dernières nouvelles):

  • Il y a lieu de s’alarmer, mais ce n’est pas le moment de paniquer. Gardez à l’esprit que la grippe normale au Canada entraîne en moyenne 12 200 hospitalisations et 3 500 décès chaque année.
  • Il subsiste une incertitude considérable quant à l’endroit où le virus s’est propagé et au nombre réel de cas.
  • Le virus se propage principalement par des gouttelettes dans l’air (par exemple, lorsque les gens expirent / éternuent / toussent), infecte principalement les poumons et provoque des symptômes tels que fièvre, fatigue, toux sèche et détresse respiratoire.
  • Cela pourrait devenir très mauvais, mais nous n’en sommes pas à penser à The Walking Dead. Pour de nombreuses raisons détaillées ci-dessous, l’épidémie de grippe espagnole de 1918 ressemble à notre Coronavirus sur la façon dont les choses pourraient se détériorer avec ce virus en termes d’impact sur la société. Aussi mauvaise que la grippe espagnole était, l’infrastructure moderne fonctionnait toujours, les épiceries étaient toujours approvisionnées, le marché boursier toujours échangé, et en général la vie continuait.
  • L’évolution de cette épidémie a été rapide et la situation actuelle est vaste, généralisée, non contenue et en croissance rapide. Il semble être entré dans une phase de croissance exponentielle rapide et de répartition géographique.
  • La souche de Wuhan semble avoir une période d’incubation significativement plus longue que le SRAS, de l’ordre de deux semaines. C’est mauvais, car cela signifie que les gens peuvent l’avoir – et le propager – plus longtemps avant de remarquer qu’ils sont malades.
  • Le nombre reproductif de l’épidémie est incertain, mais les estimations responsables se situent entre 1,4 et 4 . Ce nombre, expliqué plus en détail vers la fin de cet article, doit être inférieur à un pour que l’épidémie diminue.
  • La plupart des cas semblent impliquer une transmission entre des personnes ayant un lien direct les unes avec les autres, comme les membres de la famille, les collègues et les patients qui communiquent la maladie au personnel médical des hôpitaux.
  • La transmission entre des personnes non apparentées dans les espaces publics semble être rare, bien qu’il existe une incertitude considérable à ce sujet.
  • Le taux de létalité (CFR) du coronavirus de Wuhan semble être qualitativement plus élevé que la grippe et bien inférieur à quelque chose comme Ebola ou le VIH non traité, mais pourrait être à peu près le même que le SRAS (10%), ou presque aussi élevé que le MERS (40 %).
  • Il est possible que les médicaments antiviraux existants soient réutilisés contre le coronavirus de Wuhan, mais il est peu probable que de nouvelles thérapies émergent sur la chronologie d’une épidémie comme celle-ci.
  • Il est peu probable que les mesures de confinement à l’intérieur de la Chine arrêtent la propagation du virus d’une ville à l’autre, mais il est tout à fait possible que les mesures de quarantaine puissent arrêter la propagation du virus à l’intérieur des villes une fois qu’il les aura atteintes. Cependant, il nous manque trop d’informations pour justifier le pessimisme ou l’optimisme sur l’un de ces points.

Dernières mises à jour:

  • [27-01-2020, 22 h 03] Le nombre de cas confirmés dépasse désormais 4 500, dont plus de 2 700 à Wuhan, plus de 100 dans six autres villes chinoises et 65 cas dans 18 pays / territoires hors Chine. La transmission interhumaine connue en dehors de la Chine est encore très limitée. Le nombre de morts s’élève à plus d’une centaine. Le nombre de cas double toujours tous les deux jours et il reste plusieurs jours avant que nous ayons une indication précoce de l’efficacité de la quarantaine.
  • [25-01-2020, 07h42] Un premier cas a été confirmé en Australie. Le patient, un homme sur lequel aucun autre détail n’a été divulgué, a rallié Melbourne il y a une semaine en provenance de la ville de Wuhan, ont communiqué les autorités australiennes.
  • [25-01-2020, 06h54] Les autorités sanitaires Françaises ont annoncé vendredi soir que trois cas avaient été confirmés, sur un patient hospitalisé à Bordeaux et deux autres à Paris, soulignant qu’il s’agissait des “premiers cas européens”.
  • [24-01-2020, 17h49] Il y a maintenant 1125 cas confirmés et 41 décès à ce jour. Parmi eux, la grande majorité se trouvait dans la province du Hubei et seule une poignée se trouvait en dehors de la Chine. Cependant, des milliers de cas non confirmés sont actuellement en attente dans les hôpitaux débordés de Wuhan, et le nombre de cas augmente de façon exponentielle de jour en jour.
  • [24-01-2020, 17h49] 2 cas confirmés aux États-Unis, un à Seattle et un à Chicago. Il y a des cas suspects au Texas, à Los Angeles et au Michigan, et peut-être dans d’autres endroits.
  • [24-01-2020, 17h49] Le tout premier cas connu de transmission entre humains en dehors de la Chine a été confirmé aujourd’hui.

Soyez prêt. Ne soyez pas victime.

Qu’est-ce que le coronavirus de Wuhan?

Le coronavirus de Wuhan est un septième type de coronavirus humain récemment découvert, qui est à l’origine de l’épidémie en cours à Wuhan, dans d’autres régions de la Chine et dans un nombre croissant d’autres pays à travers le monde.

Les coronavirus sont l’une des deux familles de virus dont les experts en maladies infectieuses s’attendent à ce que la prochaine grande pandémie mondiale émerge. (L’autre étant des virus de la grippe.) L’épidémie de SRAS de 2002 et l’épidémie de MERS de 2012 étaient toutes deux des coronavirus qui, nous le craignions initialement, pourraient entraîner une pandémie mondiale, avant qu’elles ne soient maîtrisées.

À quel point cette épidémie de coronavirus pourrait-elle s’aggraver?

En théorie, très mauvais, mais même si c’est aussi mauvais que la grippe espagnole de 1918, ce ne sera pas comme la fin de la civilisation .

Il est difficile d’estimer le nombre de personnes qu’un virus respiratoire à propagation rapide pourrait infecter la population dans le monde moderne, mais l’événement qui nous a le plus durement touché par un tel virus a été la pandémie de grippe de 1918. On estime que la soi-disant grippe espagnole a touché 30% de la population mondiale et a eu un taux de létalité de 10% à 20% – du même ordre que les estimations actuelles pour le coronavirus de Wuhan. Cette pandémie a submergé toutes les installations médicales du monde et tué entre 3% et 6% de tous les êtres humains vivants.

Avec l’état de la médecine tellement plus avancé qu’il y a un siècle, il est difficile d’imaginer que le coronavirus de Wuhan pourrait faire pire que cela, même dans le pire des cas.

Les deux virus, bien que génétiquement différents, sont quelque peu similaires dans certaines des principales propriétés qui régissent la propagation d’une épidémie. Le virus de la grippe espagnole de 1918 a eu une période de latence comprise entre 2 et 7 jours, ce qui chevauche les estimations actuelles de la période de latence du coronavirus de Wuhan. Son nombre de reproduction de base dans différents contextes variait de seulement 1,2 (dans un bon hôpital) jusqu’à 7,5 (parmi les membres de la famille dans un espace confiné), dans le même ordre général que les estimations pour le coronavirus de Wuhan.

La grippe espagnole et le coronavirus de Wuhan sont tous deux des virus respiratoires à propagation par gouttelettes, avec un chevauchement significatif des symptômes. Et tandis que la plupart des avertissements concernant «la prochaine pandémie mondiale» font une grande partie de l’interdépendance du monde moderne, la grippe espagnole l’a fait presque partout dans le monde et infecte 30% de la population mondiale, donc une pandémie mondiale est déjà un événement connu dans l’histoire .

L’histoire montre bien ce qui s’est passé avec la grippe espagnole. Les gouvernements sont restés intacts, les services publics sont restés accessibles et il y avait de la nourriture à l’épicerie. La société a continué de fonctionner même lorsque les gens sont tombés malades et sont morts. Dans le cas très improbable où le coronavirus de Wuhan deviendrait en quelque sorte une pandémie mondiale, les villes et gouvernements diffuseraient une conduite à tenir pour la population (espérons le).

Il n’y a donc aucune raison de penser que la souche Wuhan peut faire tout ce que la grippe espagnole ne peut pas faire. En conséquence, il est probablement peu logique de préparer un effondrement total de la société – même lorsque l’on pense au pire scénario possible.

Cependant, il est beaucoup plus probable que les mesures de santé publique, la science médicale et les humains coordonnant nos actions contiendront l’épidémie, et dans un an, cette section de cet article ressemblera à la spéculation irresponsable qu’elle est presque certainement.

Quelle est la précision de nos informations sur l’origine, la génétique, la biologie et l’épidémiologie du virus?

Pas très précis. Jusqu’à présent, nous avons suffisamment d’informations pour entrer dans les grandes lignes sur certains des facteurs clés qui définissent la propagation et la gravité d’une épidémie, mais nous ne serons pas en mesure de confirmer ces chiffres avant quelques semaines.

Bien que nous puissions être à peu près sûrs que le virus s’est transmis des animaux vers les humains dans une zone particulière du marché des fruits de mer à Wuhan, nous ne savons pas de quels animaux il provient, ni si la chaîne de transmission des animaux était directe ou indirecte.

Le génome du virus a été séquencé de manière fiable, mais une étude continue sera nécessaire pour comprendre son origine, sa relation avec d’autres coronavirus et l’effet de ses propriétés uniques sur le comportement de la maladie chez l’homme.

Nos estimations actuelles de la période de latence, de la période d’incubation, du nombre reproductif de base et du nombre de cas mortels du virus peuvent nous aider à évaluer les impacts possibles du virus, mais nous devons approfondir ces chiffres dans les prochaines semaines. pour obtenir une image plus claire de la gravité de ce qui est ou pourrait devenir. En particulier, nous n’avons aucune idée réelle des effets à plus long terme d’une infection par le coronavirus de Wuhan.

Quels ont été les progrès de l’épidémie actuelle et quel est son état actuel?

Les progrès de l’épidémie ont été rapides et la situation actuelle est vaste, généralisée, non contenue et en croissance rapide.

L’article sur la chronologie de Wikipédia contient le meilleur résumé que j’ai pu trouver en un seul endroit et est mis à jour rapidement.

Alors que les premiers symptômes ont été observés vers le 8 décembre, le cas n’a pas été porté à l’attention des autorités sanitaires en tant que groupe de cas connexes avant le 30 décembre. Le 31 décembre, le marché des fruits de mer a été identifié comme point d’origine, et les premières des précautions ont été prises. Le marché des fruits de mer a été fermé le 1er janvier. Les pays voisins ont commencé à prendre des précautions sur les voyages.

Le 5 janvier, le SRAS, le MERS et la grippe avaient été écartés et un nouveau coronavirus a été confirmé le 9 janvier. Le génome du virus a été séquencé le lendemain.

Le 10 janvier, l’épidémie, bien que réelle, pourrait être traitée comme une curiosité. Bien qu’il y ait eu 41 cas et que l’on savait qu’un nouveau virus était responsable, les cas ont tous été en contact direct avec le point d’origine et il n’y a pas eu de confirmation directe du contact interhumain. De plus, tous les cas étaient localisés à Wuhan et aucun nouveau cas n’avait été signalé depuis cinq jours.

Le 13 janvier, le premier cas en Thaïlande a émergé, et le 14 janvier, un cas à Wuhan a émergé qui suggérait une transmission interhumaine. Le premier test de laboratoire pour confirmer les cas de la maladie a été publié le 15 janvier. La Thaïlande a signalé un deuxième cas le 17 janvier et les États-Unis ont mis en place un dépistage de la fièvre pour les vols directs arrivant aux États-Unis en provenance de Wuhan à cette date .

C’est à ce moment que l’épidémie a commencé à s’intensifier beaucoup plus rapidement. Le 18 Janvier, la Chine a signalé le nombre de cas a augmenté à 62, et le 19 e , à 201, y compris les cas en dehors de Wuhan. On ne sait pas combien de ces cas ont réellement émergé au cours de cette période, et combien sont apparus plus tôt et ont simplement échappé à la détection. C’est à ce moment que l’épidémie a commencé à m’inquiéter.

Le 20 janvier, de nouveaux cas ont été confirmés à Shanghai, Pékin et Guangdong, et les premiers cas en Corée du Sud. Il a également été définitivement confirmé pour la première fois que la maladie s’était propagée d’humain à humain.

Le 21 janvier, Wuhan a signalé plus d’une centaine de cas supplémentaires, portant le total à 320, dont 15 parmi le personnel médical qui avait pris des précautions contre les gouttelettes. En outre, des cas ont été signalés pour la première fois dans neuf autres provinces chinoises, plus Taiwan et les États-Unis.

Ce dernier cas, le premier confirmé aux États-Unis (il y a un deuxième cas à ce jour), était un homme qui est arrivé aux États-Unis de Wuhan avant le début des précautions de voyage le 17 septembre. On ne sait pas si les précautions seraient ont permis à son cas d’être détecté à l’entrée, qu’il ait infecté quelqu’un avant d’être hospitalisé, s’il infectera quelqu’un à l’hôpital et si d’autres personnes infectées sont entrées aux États-Unis depuis Wuhan ou ailleurs.

L’épidémie semble être entrée dans une phase de croissance exponentielle rapide et de propagation géographique. Au moment d’écrire ces lignes, nous sommes le matin du 25 janvier, et le nombre de cas confirmés est de 1125, avec 41 décès signalés.

Bien que la plupart des cas se trouvent à Wuhan, presque toutes les provinces de la Chine en ont et des cas ont été signalés dans sept pays en dehors de la Chine: Thaïlande, Japon, Corée du Sud, Taïwan, États-Unis, Singapour et Vietnam. Les arrivées récentes de Wuhan présentant des symptômes ont été mises en quarantaine dans l’est du Texas, à Los Angeles, au Royaume-Uni et dans un certain nombre d’autres pays, tandis que des rapports non confirmés en chinois ont affirmé qu’un cas confirmé avait été hospitalisé à la Rush University de Chicago.

Que va-t-il se passer dans un avenir proche?

Beaucoup de choses à la fois. Plus précisément, de nombreux cas confirmés dans de nombreux autres endroits apparaîtront, aux États-Unis, en Europe et dans d’autres pays. L’OMS peut revoir sa décision de ne pas déclarer d’urgence de santé publique. Et nous obtiendrons plus de clarté sur les paramètres clés et les propriétés virales qui définissent l’épidémie, ainsi que sur la façon dont nos mesures pour la contenir fonctionnent.

Le nombre de cas diagnostiqués de cette maladie est presque certain de continuer à croître rapidement par milliers. Étant donné que la période d’incubation de la maladie semble être d’environ deux semaines, les cas diagnostiqués aujourd’hui ont été infectés pour la première fois vers le 10 janvier, avant que des mesures importantes n’aient été prises pour enrayer la propagation.

Il faudra encore une semaine avant de connaître tous les cas supplémentaires qui sont entrés aux États-Unis avant les précautions (le cas échéant), et encore deux semaines avant de savoir dans quelle mesure le verrouillage de Wuhan a réduit le taux de propagation.

Il est impossible de fournir des prévisions numériques quant à l’ampleur de l’augmentation du nombre de cas au cours de cette période, mais le nombre de cas connus a décuplé depuis le 18 janvier, et il est fort possible qu’une expansion similaire se produise avant même ont la chance de voir les effets des mesures de protection récemment instituées. Cependant, les estimations du taux de croissance sont notoirement difficiles à quantifier aux premiers stades des épidémies en raison de la tendance à découvrir plus tard de vieux cas, ce qui peut réduire ou gonfler les estimations basées sur le nombre de cas au fil du temps. Et en plus, le taux de croissance peut avoir changé.

Il est pratiquement certain que davantage de cas de la maladie seront confirmés aux États-Unis, en Europe et dans d’autres pays, pour la même raison.

Il est fort possible qu’à mesure que ces informations émergent, l’OMS reviendra bientôt sur sa décision de ne pas désigner une urgence de santé publique de portée internationale à Wuhan.

Au fil du temps, nos estimations des paramètres épidémiologiques de la maladie se resserreront. Des estimations plus limitées de la période de latence, du nombre de reproduction de base et du taux de létalité devraient être disponibles dans quelques semaines. De plus, le profil des symptômes de la maladie et les mesures optimales de soins de soutien seront mieux compris.

Enfin et surtout, nous commencerons à voir dans quelle mesure les mesures nouvellement instituées sont efficaces pour empêcher la propagation à l’intérieur des hôpitaux et dans les pays où l’épidémie vient de se déclarer.

Y a-t-il des médicaments qui agissent sur ce coronavirus?

Aucun n’est connu ni susceptible de se développer avant que cette épidémie ne se poursuive.

Aucun traitement antiviral n’est actuellement connu pour être efficace contre le coronavirus de Wuhan, et nous n’avons trouvé aucun rapport de recherche clinique dans cette veine.

Les laboratoires avec des thérapies expérimentales contre les coronavirus dans l’industrie et le milieu universitaire travaillent sûrement aussi vite qu’ils le peuvent pour déterminer si leurs thérapies pourraient fonctionner contre la souche de Wuhan. Cela pourrait impliquer un processus minutieux de construction de modèles d’homologie des protéines virales sur la base du génome viral publié, puis d’effectuer des calculs d’amarrage moléculaire pour voir si les médicaments dirigés contre d’autres coronavirus fonctionneront avec la souche de Wuhan, ou des expériences biologiques précipitées, entreprises dans des des laboratoires de virologie sécurisés, pour déterminer la même chose. Cela impliquerait également un travail précipité sur les fronts logistiques et réglementaires pour déterminer si les thérapies sont prêtes à être essayées en clinique.

Au cours de l’épidémie d’Ebola de 2014, ces approches ont connu des succès très notables, qui ont conduit à la fois à un traitement et à un vaccin efficace, mais les épidémies de coronavirus se déplacent tellement plus rapidement que les épidémies d’Ebola qu’il est difficile de savoir si elles donneront des résultats à temps.

Ainsi, les efforts pour traiter le virus de Wuhan sur le terrain se limiteront probablement à aider les victimes à faire face aux symptômes, au moins dans un avenir prévisible.

Pouvons-nous développer de nouveaux médicaments contre ce coronavirus? Un vaccin? À quelle vitesse?

Il est possible que les médicaments antiviraux existants soient réutilisés contre le coronavirus de Wuhan, mais il est peu probable que de nouvelles thérapies émergent sur la chronologie d’une épidémie comme celle-ci.

Comme discuté ci-dessus, les laboratoires du monde entier travaillent sans relâche pour évaluer les antiviraux existants, en particulier les thérapies expérimentales contre les coronavirus, pour leur potentiel contre la souche de Wuhan à la lumière du génome récemment séquencé du virus. Le temps nous dira si des résultats significatifs émergent, s’ils peuvent être traduits en essais cliniques et quel succès, le cas échéant, de tels essais montrent.

Cependant, il est peu probable que de nouvelles thérapies puissent être développées dans le délai de cette épidémie. Même des thérapies relativement rapides à développer, comme les anticorps et les acides nucléiques thérapeutiques, prennent généralement des mois pour le prototype, et des mois de plus pour se qualifier, et des mois de plus pour évoluer, et généralement des années pour se traduire en clinique. Les éclosions de coronavirus passées ont été éradiquées en moins de temps qu’il ne faudrait pour passer par ce long processus de développement de la thérapie.

Que peuvent faire les personnes qui pensent avoir le coronavirus de Wuhan?

Si vous pensez être infecté, mettez immédiatement un masque chirurgical et rendez-vous à l’hôpital le plus proche. Présentez-vous pour le traitement et la surveillance, et dites aux médecins et aux scientifiques tout ce que vous savez sur l’endroit où vous avez été et avec qui vous avez été en contact.

Que peuvent faire les habitants d’une zone affectée?

  • Pas de panique.
  • Lavez-vous régulièrement les mains à l’eau et au savon et ne touchez pas vos muqueuses avec des mains non lavées (yeux, nez, bouche).
  • Portez un respirateur en public. N’oubliez pas que les masques chirurgicaux de base ne vous protègent pas des autres, ils protègent les autres de vous.
  • Limitez les interactions sociales et le temps passé en public.

Plus : Lisez le guide du débutant et nos critiques des meilleurs respirateurs

Que peuvent faire les gens dans une zone non affectée?

Détendez-vous et lisez les nouvelles pour voir si les événements changent. Réfléchissez à ce que vous feriez si votre région était touchée.

Avez-vous suivi la liste de contrôle du débutant pour avoir au moins deux semaines de fournitures à votre domicile afin que vous puissiez éviter d’autres personnes si vous en avez besoin? Avez-vous des respirateurs?

Quelles informations clés devrions-nous rechercher dans une future couverture de presse pour déterminer à quel point nous devons nous inquiéter?

À mesure que les estimations se raffermiront des propriétés épidémiologiques du virus et de la capacité de diverses mesures à le contenir, nous saurons à quel point il est susceptible de s’aggraver.

Plus précisément, les chiffres suivants nous diront dans quoi nous nous dirigeons:

  • taux de létalité
  • période de latence
  • période d’incubation
  • numéro de reproduction de base

Nous surveillerons également les réponses aux questions suivantes:

  • Le confinement dans la province du Hubei est-il suffisant pour arrêter la croissance de l’épidémie? (Nous ne le saurons probablement pas avant quelques semaines.)
  • Pouvons-nous empêcher les médecins et les infirmières d’être infectés à l’intérieur des milliers de lits de services anti-coronavirus actuellement installés au Hubei?
  • D’autres villes en Chine parviennent-elles à contenir la propagation de leurs cas, ou des épidémies locales comme le Hubei s’établissent-elles dans d’autres villes?
  • Les nouveaux cas de coronavirus cessent-ils d’arriver dans des pays hors de Chine dans les semaines à venir, ou continuent-ils?
  • La transmission entre humains commence-t-elle à se produire en nombre significatif hors de Chine?

Tout aussi important que de savoir à quoi prêter attention, il est bon de savoir quoi ignorer, car certaines informations sont en fait de la désinformation.

Par exemple, si des cas de virus sont détectés dans trente pays au cours de la semaine prochaine, ou si le nombre de cas au Hubei est multiplié par cinquante au cours des deux prochaines semaines, cela peut simplement montrer les effets retardés de la croissance épidémique avant la mise en place de mesures de protection. Donc, ce que nous voulons vraiment savoir, c’est si ces mesures sont efficaces une fois que leur efficacité devient mesurable, dans quelques semaines.

La presse et le public ont tendance à basculer entre l’ignorance et la panique aveugle. Lisez attentivement et réfléchissez, mais ne lisez pas trop dans les points effrayants. Gardez un œil sur les fondamentaux biologiques, médicaux, épidémiologiques et sociaux.

Que font les autorités chinoises pour arrêter cela?

Beaucoup, notamment la mise en quarantaine de plus de 35 millions de personnes, la construction d’un nouvel hôpital en quelques jours, la limitation de la taille des rassemblements publics, la sélection des voyageurs, la fermeture de lieux publics tels que les cinémas et le fait que les gens restent autant que possible à l’intérieur.

À Wuhan et ses environs, le gouvernement a annoncé le 22 janvier qu’il arrêterait tous les trains et vols au départ de Wuhan à compter du 23 janvier au matin, et arrêterait tous les transports en commun dans la ville en même temps. Cela a été élargi le lendemain pour inclure une recommandation que les résidents de Wuhan restent chez eux sauf si nécessaire, et une interdiction de quitter Wuhan sauf avec une autorisation spéciale.

Les ponts et les ferries permettant de circuler entre les trois quartiers de la ville ont également été fermés à tout trafic non officiel.

Plus tard dans la journée, la mise en quarantaine et le confinement ont été progressivement étendus à d’autres villes près de Wuhan, notamment Huanggang, Ezhou, Chibi et Zhijang. Une ordonnance de mise en quarantaine pour Xianning, Xiantao et Zhijiang est entrée en vigueur le matin du 24 janvier, et d’autres zones du Hubei ont été ajoutées le soir du 24 janvier. Cela met environ 35 millions de personnes sous contrôle. Jusqu’à présent, ces mesures se limitent aux environs immédiats de Wuhan et dans la province du Hubei.

En outre, il y a un effort pour fournir plus de médecins et de fournitures pour étendre la capacité de soins aux malades à Wuhan, y compris une plus grande capacité de laboratoire de virologie. Le gouvernement chinois a annoncé qu’il allait déclarer des unités spéciales pour les coronavirus à Wuhan d’une capacité de 2 000 lits et construire un hôpital de campagne dédié d’une capacité de plus de 1 000 lits en utilisant des structures préfabriquées.

Jusqu’à présent, le nombre de patients confirmés ne semble pas avoir dépassé les capacités hospitalières existantes, sans parler de ce nombre accru. Cependant, de longues files d’attente de patients cherchant à être évalués ont été signalées, et plus de 8 000 patients à Wuhan et dans les environs sont actuellement évalués pour le coronavirus.

Ailleurs en Chine, les voyageurs sont soumis à un dépistage par thermométrie infrarouge et ceux qui ont de la fièvre sont évalués pour le coronavirus de Wuhan. Les gens ont été encouragés à limiter les voyages malgré la prochaine saison des voyages du nouvel an chinois. De grands événements publics tels que les célébrations du nouvel an ont été annulés, et des endroits à forte circulation comme la ville interdite de Pékin, Disneyland de Shanghai et les 70 000 salles de cinéma du pays ont été fermés même dans les zones non touchées.

Des abris volontaires ont été signalés, des afflues rapides mais ordonnées dans les épiceries et des masques chirurgicaux, qui sont déjà largement utilisés dans des circonstances courantes dans les espaces publics de toute la Chine.

Que fait la communauté internationale pour arrêter cela?

L’OMS et les experts en virologie se coordonnent largement et les chercheurs travaillent sans relâche pour comprendre le génome du virus et déterminer si des thérapies existantes pourraient être réutilisées pour le combattre.

Il y a également un effort continu pour étendre la disponibilité des tests de diagnostic pour détecter le virus.

Jusqu’à présent, rien de tout cela ne s’est traduit par des cliniques à Wuhan, et la ville n’est généralement pas considérée comme ayant besoin d’une présence de Médecins Sans Frontières (MSF) au même titre que les pays du tiers monde sans accès généralisé à la médecine moderne.

L’OMS a annoncé le 21 janvier qu’elle tiendrait une réunion d’urgence le lendemain pour déterminer si l’épidémie constituait une urgence de santé publique de portée internationale (USPPI). Le 22 janvier et de nouveau le 23 janvier, les dirigeants de l’OMS se sont rencontrés, mais les deux jours ont décidé de ne pas déclarer une telle urgence. Ils ont annoncé qu’ils convoqueraient une autre réunion dans les dix jours.

Et bien sûr, les pays du monde entier mettent en place des contrôles pour les voyageurs des régions touchées et isolent et traitent les cas qu’ils identifient.

Quelle est la précision de nos informations sur les progrès de l’épidémie?

Potentiellement peu précis, notamment en marge. Il y a encore beaucoup d’incertitude sur l’endroit où le virus s’est propagé et sur le nombre réel de cas.

Par exemple, au moment d’écrire ces lignes, Hong Kong comptait plus de 140 cas de coronavirus suspecté à Wuhan, dont 60 antérieurs au 10 janvier. Si une partie importante est confirmée, l’épidémie de Hong Kong pourrait se rapprocher de l’épidémie de Wuhan en taille. Cependant, Hong Kong n’a toujours que deux cas confirmés, et aucun rapport n’a encore révélé les résultats des tests sur la masse des cas suspects, qui n’ont peut-être pas encore été effectués en raison du nombre limité de laboratoires capables d’administrer les tests.

En outre, certaines des mesures de confinement et de quarantaine prises à Wuhan ont été étendues aux villes voisines qui ont peu ou pas de cas confirmés dans les rapports en anglais. On ne sait pas si de nombreux autres cas sont attendus dans ces domaines.

Enfin, avec une période d’incubation pouvant aller jusqu’à deux semaines, les cas signalés ces derniers jours ont été infectés il y a deux semaines, et le nombre et la localisation des personnes infectées depuis lors qui ne signalent pas encore de symptômes restent une très grande inconnue. .

Comment savoir si une personne malade a le coronavirus de Wuhan?

Les gens sont rapidement dépistés en recherchant la fièvre, qui est le symptôme le plus universel de la maladie. Ceux qui ont des profils de symptômes correspondants et une histoire les reliant de manière plausible à l’épidémie (par exemple, en provenance de Wuhan ou en relation avec quelqu’un qui l’a) sont soumis à des mesures de test supplémentaires. Cela peut inclure l’imagerie radiographique des poumons pour détecter les anomalies caractéristiques d’une infection à coronavirus.

Cependant, les tests les plus fiables pour le coronavirus de Wuhan en particulier sont le test ELISA, qui recherche les protéines du coronavirus de Wuhan dans le sang, et le test PCR, qui recherche des séquences uniques du génome du virus qui le différencient de tout autre virus.

Ces deux tests ont été rapidement développés et déployés par des chercheurs sur les coronavirus en réponse à cette épidémie ces dernières semaines. Les patients dont le test est positif sur l’un ou l’autre de ces tests sont qualifiés de confirmés en laboratoire, et ce nombre est considéré comme le moyen le plus fiable d’évaluer la taille de l’épidémie.

D’où le coronavirus de Wuhan est-il originaire?

Le virus s’est propagé pour la première fois aux humains début décembre 2019, sur le marché des fruits de mer de Huanan à Wuhan, la capitale de la province du Hubei, en Chine. Ce marché, similaire au point d’origine de l’épidémie de SRAS, vend une grande variété d’animaux à des fins alimentaires, y compris des animaux sauvages et exotiques, et jouit en tout cas de mauvaises conditions sanitaires.

Les premiers cas étaient concentrés parmi les travailleurs et les clients d’un petit nombre de stands à proximité, mais on ne sait pas quels animaux étaient à l’origine de cette souche et si elle s’est propagée directement ou par l’intermédiaire d’un intermédiaire.

Au départ, il y avait une discussion sur les chats civettes comme intermédiaire, similaire à l’épidémie de SRAS, mais la recherche génétique et le suivi des cas ces derniers jours ont conduit certains chercheurs à conclure que les serpents venimeux mangés pour se nourrir sont la source de réservoir la plus probable. Cependant, d’autres recherches ont étudié les blaireaux, les rats et les chauves-souris. Ces conclusions peuvent changer avec le temps.

Quelles sont les propriétés du nouveau coronavirus par rapport à d’autres maladies virales et à d’autres coronavirus, et dans quelle mesure sommes-nous sûrs de ces choses?

À la fois médicalement et génétiquement, le coronavirus de Wuhan apparaît le plus similaire au coronavirus du SRAS. Bien que son génome ne soit qu’à 70% identique au niveau de l’ARN, les protéines semblent être beaucoup plus apparentées, en particulier des protéines importantes liées à la reconnaissance du virus et à l’attaque de ses cellules hôtes .

Le virus se propage principalement par des gouttelettes dans l’air, infecte principalement les poumons et provoque une batterie de symptômes similaire au SRAS, comme de la fièvre, de la fatigue, une toux sèche et une détresse respiratoire.

En termes de paramètres épidémiologiques clés, le coronavirus de Wuhan semble avoir une période d’incubation significativement plus longue que le SRAS, dans l’intervalle de deux semaines, mais la durée de la période de latence est moins claire, et peut être aussi courte que les SAR à 4-6 journées. Il a été confirmé que dans le temps écoulé depuis l’apparition des premiers symptômes, le virus a traversé au moins trois générations d’humains dans certains cas .

Le nombre reproductif de l’épidémie est également incertain, mais les estimations responsables se situent entre 1,4 et 4 . La plupart des cas semblent impliquer une transmission entre des personnes ayant un lien direct les unes avec les autres, comme les membres de la famille, les collègues et les patients qui communiquent la maladie au personnel médical des hôpitaux. La communication entre des personnes non apparentées dans les espaces publics semble rare, bien qu’il existe une incertitude considérable à ce sujet.

Compte tenu de l’augmentation rapide du nombre de cas, qui semble être beaucoup plus rapide que l’épidémie de SRAS, je dirais, non expert, que la période de latence est susceptible de tomber sur l’extrémité la plus courte du spectre, ou le nombre reproducteur est susceptible de tomber sur l’extrémité supérieure, ou les deux.

En théorie, si la période de latence était de dix jours et le nombre de reproducteurs de 1,4, par exemple, nous nous attendrions à voir l’épidémie doubler de taille tous les vingt jours, mais elle est passée de quelques cas à près d’un millier en seulement six semaines . Donc, je suppose que, comme la période de latence et le nombre de reproducteurs seront encore plus clairs dans les semaines à venir, ils correspondront au taux de croissance rapide observé dans l’épidémie.

Le coronavirus de Wuhan semble avoir un taux de létalité qualitativement similaire au SRAS et au MERS, mais avec beaucoup d’incertitude sur ce nombre. Au moment d’écrire ces lignes, 25 décès ont été observés, alors que le nombre de cas signalés n’était que de 62 il y a une semaine. Cependant, des décès supplémentaires peuvent survenir dans une cohorte de cas donnée, et des travaux épidémiologiques supplémentaires peuvent augmenter nos estimations du nombre total de cas qui existaient dans ces cohortes.

Donc, pour l’instant, nous pouvons dire que le taux de létalité du coronavirus de Wuhan semble être qualitativement plus élevé que, disons, la grippe, et bien inférieur à quelque chose comme Ebola ou le VIH non traité, mais pourrait être à peu près le même que le SRAS (10% ), ou presque aussi élevé que le MERS (40%).

Jusqu’à présent, qu’ont fait les scientifiques pour en savoir plus sur ce virus et enfin l’arrêter?

Les chercheurs ont séquencé le génome du virus et l’analysent. Les modèles épidémiologiques sont adaptés aux données disponibles pour prédire la propagation du virus.

Toutes les données cliniques disponibles sont regroupées et analysées par des experts en virologie, et des mises à jour sont envoyées aux hôpitaux traitants selon les disponibilités.

Et bien sûr, des efforts sont déployés par les laboratoires du monde entier pour étudier les possibilités de réutiliser les antiviraux disponibles contre la souche de Wuhan.

Quelle sera l’efficacité du confinement de Wuhan pour limiter la propagation des cas à Wuhan?

Probablement assez efficace, mais la réponse est loin d’être certaine.

Comme discuté ci-dessus, il est très probable que des milliers de cas soient déjà latents à Wuhan, et de telles estimations ont une énorme incertitude sur eux.

En théorie, un confinement réduira considérablement la propagation de la maladie en dehors de l’hôpital, mais sans estimations fiables du nombre reproductif de base du virus, nous ne savons pas si de telles mesures seront capables de réduire le nombre reproductif en dessous de un. Des mesures similaires prises dans l’épidémie de SRAS ont réussi à réduire le nombre de reproducteurs à 0,4 dans les semaines suivant son instauration, il y a donc lieu d’être optimiste.

De même, les hôpitaux, une fois mobilisés, ont réussi à contenir la propagation intra-hospitalière de la rougeole et du virus Ebola, il est donc probable qu’avec des mesures appropriées, la même chose se produira à Wuhan et l’épidémie commencera à diminuer. Mais le nombre de cas pourrait augmenter très haut avant l’arrêt de la croissance de l’épidémie, et il y a beaucoup d’incertitude sur ce point.

Dans quelle mesure la quarantaine de Wuhan sera-t-elle efficace pour limiter la propagation des cas dans les régions en dehors de Wuhan?

Probablement pas très efficace. Il existe déjà des cas de coronavirus de Wuhan dans presque toutes les provinces de Chine et dans de nombreux pays étrangers. Il est probable que davantage seront ajoutés rapidement dans les prochains jours, car les cas se propagent avant que ces précautions actuelles ne soient trouvées.

Les statistiques des chemins de fer chinois révèlent que plus de cent mille passagers ont quitté Wuhan pour d’autres parties de la Chine le dernier jour avant l’institution de la quarantaine et du verrouillage, et il y a eu des rapports sporadiques et peu fiables sur les réseaux sociaux chinois de patients souffrant de fièvres inconnues d’origine en utilisant des médicaments antipyrétiques pour éviter les chèques de voyage à l’intérieur de la Chine afin de quitter la province du Hubei.

Bien sûr, le nombre de patients atteints de coronavirus arrivant dans des endroits en dehors du Hubei et en dehors de la Chine sera beaucoup réduit par de telles mesures, mais il semble clair qu’un nombre important de personnes infectées ont déjà quitté le Hubei et la Chine pour diverses destinations.

Il est fort probable que le succès des efforts visant à empêcher la transmission généralisée du coronavirus dans les zones situées à l’extérieur de la province du Hubei et à l’extérieur de la Chine dépendra de l’isolement et du traitement des patients et de la prévention de la propagation dans ces endroits, plutôt que d’empêcher l’un d’eux d’arriver.

Quelle sera l’efficacité du dépistage et de la mise en quarantaine des patients pour limiter la propagation des cas dans et à l’intérieur de nouveaux pays?

Nous ne savons vraiment pas. Ces mesures ont été efficaces pour empêcher une transmission importante du SRAS à l’extérieur de la Chine, mais inefficaces pour prévenir une épidémie importante de MERS en dehors de l’Arabie saoudite.

Cependant, dans les deux cas, l’épidémie a été rapidement contenue même là où le coronavirus a commencé à se propager. Il est possible qu’une transmission importante ne se produise nulle part ailleurs que dans la province du Hubei, mais également que cela se produise, et que d’autres villes seront bientôt confrontées à leurs propres épidémies généralisées. Avec le grand nombre de cas non confirmés à Hong Kong, il est possible qu’au moins une ville le soit déjà. Cependant, même si cela se produit, dans une ville ou dans plusieurs, il est probable (sur la base d’un précédent historique) que l’épidémie puisse être arrêtée à chaque endroit.

Que pouvons-nous faire contre le prochain coronavirus, la prochaine souche Ebola ou le prochain virus complètement inconnu?

C’est une question très difficile, mais il y a un certain nombre de choses que nous pouvons faire.

Dans un an ou deux ou cinq, lorsque l’épidémie de coronavirus de Wuhan aura été éradiquée, l’humanité sera à nouveau dans une accalmie entre les épidémies, cette fois ayant fait face à trois épidémies mortelles en vingt ans. Parallèlement, bien sûr, à l’émergence du VIH et du virus Ebola en tant que nouveaux clades de la maladie virale humaine, inconnus avant qu’ils ne commencent à tuer. Cette situation fondamentale est quelque chose avec laquelle nous vivrons tous pour le reste de nos vies, et cela nous convient de prendre la préparation à ce genre de chose plus au sérieux que nous.

Sur le plan économique , nous pouvons arrêter le marché des animaux sauvages vendus pour l’alimentation sans aucune précaution de sécurité. Je pense que les gens ont le droit de manger des serpents venimeux s’ils le souhaitent, mais cela devrait être une évidence de vendre de la viande de serpent venimeux dans des conditions sanitaires appropriées et de tester la viande exotique d’espèces avec des vecteurs de maladie connus pour la maladie avant le vendre. La situation dans laquelle une centaine de types de gibier sauvage sont vendus sur le même marché sale sans aucune précaution est une absurdité tragique, et les humains peuvent faire mieux, si tout va bien mieux pour empêcher le prochain coronavirus de se développer de cette façon.

Sur le plan biomédical , il y a beaucoup à faire. Le séquençage rapide du génome et la capacité de développer des diagnostics sur mesure très rapidement et de partager les informations cliniques entre les cliniques du monde entier de manière coordonnée, ont fait des merveilles dans cette épidémie de coronavirus et dans le passé. À mesure que la biotechnologie et les communications s’améliorent, nous pouvons faire mieux que cela. Nous pouvons également prototyper des méthodes pour une conception thérapeutique plus rapide.

Une initiative des NIH est en cours d’élaboration pour concevoir un composé d’outil pour chaque protéine du génome humain, permettant en théorie de tester les hypothèses de médicaments cibles beaucoup plus rapidement. La même chose pourrait être faite pour les génomes de clades viraux connus. Et les technologies de conception de médicaments et d’anticorps, au fur et à mesure de leur progression, devraient être prêtes à entrer en action pour développer de nouvelles thérapies contre les coronavirus et d’autres nouveaux pathogènes de manière accélérée.

Nous pouvons également développer des thérapies pour des maladies connues. Des thérapies antivirales ciblant les composants les plus conservés de la famille des coronavirus devraient être développées et testées, y compris des vaccins contre les coronavirus, et des plans pour les fabriquer à grande échelle si nécessaire devraient être établis. Les plans existants concernant la préparation à Ebola devraient continuer à progresser, afin que les nouvelles flambées puissent être contenues et exterminées plus rapidement. Et bien sûr, nous devons aller au-delà de l’état actuel de la recherche sur le VIH, trouver un remède à la maladie et éradiquer le virus.

Sur le plan logistique , nous pouvons étendre notre capacité à déployer des hôpitaux de campagne dans les zones touchées par les épidémies, à convertir les hôpitaux des usages polyvalents en épidémies et à déplacer les personnels de santé, les médicaments et les fournitures dans les zones touchées.

Sur le plan social , nous pouvons accroître notre capacité à diffuser des informations correctes sur la façon dont les gens peuvent se protéger et contrôler la propagation d’une épidémie en cours, et renforcer l’honnêteté institutionnelle et la confiance sociale qui permet aux gens d’avoir la confiance que les informations qu’ils reçoivent sont exactes et utile et permet aux gens de résoudre les problèmes de coordination, comme de quitter les zones touchées par la crise ou d’abri sur place.

Quelques termes et concepts clés relatifs aux maladies infectieuses

Période de latence : La période de temps qui s’écoule entre le virus infectant un organisme hôte et le moment où cet organisme hôte transmet généralement son infection à d’autres. Notez que ceci est différent de la période d’incubation : le temps entre une infection et les premiers symptômes.

Nombre reproductif : nombre moyen de personnes qui seront infectées par la transmission d’une autre personne au cours de la vie d’une infection. Le nombre reproductif d’un virus dans une population en grande partie non infectée avec peu d’immunité, ne prenant aucune précaution particulière, est appelé «nombre reproductif de base» d’une maladie, et peut aller de 1,5 en cas d’épidémie d’Ebola à 18 pour un virus très contagieux comme la rougeole.

Taux de létalité : Le pourcentage d’hôtes infectés qui meurent de l’infection. Cela peut aller d’un petit pourcentage fractionnaire pour le rhume à près de 100% pour l’infection à VIH non traitée. Elle varie considérablement en fonction de la qualité des soins médicaux reçus.

Un bref historique des récentes flambées de coronavirus

Le coronavirus du SRAS (Sudden Acute Respiratory Syndrome) a fait son apparition dans la province du Yunnan, dans le sud de la Chine, en novembre 2002, se propageant des chauves-souris aux humains, probablement par le biais de civettes mangées comme nourriture.

Ce thème, des réservoirs viraux chez les animaux se dirigeant vers les humains par le biais de formes inhabituelles de contact humain-animal, est un thème récurrent dans les nouvelles sur les épidémies virales.

Le virus du SRAS provoque de la fièvre, des symptômes respiratoires, des douleurs musculaires, des maux de tête et d’autres symptômes, et a une période de latence d’environ 4 à 6 jours, un nombre reproductif de base d’environ 2 à 4 et un taux de létalité d’environ 10%. Comme vous pouvez vous y attendre de ces paramètres, l’infection s’est propagée rapidement, entraînant plusieurs milliers de cas au moment où l’OMS et les autorités sanitaires locales ont pris des mesures de contrôle efficaces en avril 2003. Après cela, le nombre de reproducteurs a chuté à environ 0,4, et l’épidémie a été exterminé en juin 2003.

Au cours de l’épidémie de SRAS, 8 273 cas dans 16 pays ont fait 775 décès. Depuis lors, malgré un petit nombre de cas isolés individuels dus à des accidents de laboratoire, aucune éclosion supplémentaire de SRAS ne s’est produite.

Le coronavirus MERS (Middle Eastern Respiratory Syndrome) a émergé de chauves-souris par le biais de chameaux en Arabie saoudite en juin 2012. Il provoque des symptômes similaires à ceux des SRAS, mais avec une proportion plus élevée de cas graves, ce qui entraîne un taux de létalité supérieur à 30% . Son nombre reproductif de base est inférieur à celui du SRAS, environ 2,7, et se limite en grande partie aux contacts intimes comme les contacts familiaux et médicaux, tandis que sa période de latence est légèrement plus longue dans la plupart des cas.

L’épidémie initiale en Arabie saoudite a augmenté lentement tout au long de 2013 et au début de 2014, suivie d’une croissance explosive en avril 2014, qui a été largement maîtrisée en quelques mois, et a entraîné 1029 cas et 452 décès. Bien que le virus soit largement contrôlé, les cas résiduels se sont propagés à des dizaines d’autres pays, causant peu de problèmes dans aucun d’entre eux, à l’exception notable d’une épidémie en Corée du Sud qui en a malade 184 et en a tué 29 de mai à juillet 2015. Cette deuxième épidémie est un rappel puissant que lorsqu’une flambée particulière a été maîtrisée, elle peut réapparaître tout aussi facilement si les conditions qui l’ont arrêtée changent, par exemple si elle se propage dans une nouvelle zone ou si les mesures de contrôle disparaissent.

Depuis lors, des épidémies de MERS chez les chameaux ont été observées dans plusieurs pays, et une plus petite épidémie de MERS se poursuit en Arabie saoudite depuis 2018.

Ces épidémies soudaines et périodiques de coronavirus ont fait des coronavirus une préoccupation prioritaire parmi les épidémiologistes, qui avertissent qu’ils constituent certains des plus grands risques d’une épidémie mortelle à grande échelle de tout type de virus. Cela pourrait provenir des coronavirus du SRAS ou du MERS, d’une mutation mortelle d’un coronavirus endémique, ou d’un nouveau coronavirus qui nous surprend complètement. Dans le cas du nouveau coronavirus de Wuhan, ce dernier scénario est exactement ce qui s’est produit.

Vous aimez nos articles?

Découvrez nos Ebooks. Ils regorgent d’informations sur la préparation, l’autonomie, la résilience, la survie. Téléchargement instantané – Vous pouvez même les imprimer pour une utilisation en cas de bris du réseau.

Avertissement:Ce site Web et le matériel couvert sont à titre informatif seulement. Nous ne prenons aucune responsabilité pour ce que vous faites avec cette connaissance. En prenant et / ou en utilisant des ressources d’information de ce site Web, vous acceptez d’utiliser ces informations de manière sûre et légale, en conformité avec toutes les lois applicables, règles de sécurité et bon sens commun. Clause de non-responsabilité complète ici.

Tout savoir sur le Coronavirus de Wuhan

Professionnel de l'urgence le jour, mais un Preppers, un Citoyen Prévoyant 24/7. Ancien des forces armées parachutistes qui est intervenu sur plusieurs théâtres d'opération dans les années 2000. Puis je suis devenu Paramédic pendant 10 ans. Dans mon temps libre j'affronte les éléments dans des situations de survie afin de vous proposer sur ce site des articles et de l'équipement de qualité. N'hésitez pas à me contacter pour vos questions personnelles.

Nous serions ravis de connaître votre avis

Laisser un commentaire

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Québec Preppers
Logo
Enable registration in settings - general